dimanche 30 novembre 2014

In my mailbox (78)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.


Salut à tous !
Cette semaine aura été une semaine sans réception livresque pour moi. Mais, malgré tout, j'ai un petit IMM à vous présenter car je n'ai pas pu résister à l'achat de quelques livres que j'ai trouvé soit en réduction, soit parce qu'aller dans sa librairie fétiche pour les livres VO sans ramener de livre VO, c'était juste pas possible !
Et puis, j'ai eu une petite réception quand même que je vous montrerai en fin d'IMM.

Loin de Margaux qui est un roman que j'ai très envie de lire depuis un bon moment.



L'ombre du 8 décembre de  Christophe Cornillon que j'ai acheté parce que nous approchons du 8 décembre et que je suis très curieuse de lire un polar autour de ce thème.

Couverture L'ombre du 8 décembre

The first fifteen lives of Harry August conseillé par mon libraire VO et qui a l'air pas mal du tout.




Et puis, je me suis trouvé une petite merveille que j'avais repéré mais pour laquelle je n'avais jamais craqué vu le prix de départ : La Belle et la Bête aux éditions Chêne.




Enfin, j'ai reçu mon gain dans le cadre du concours en souvenir de Juju Boukine :



Et voilà pour moi cette semaine ! Et vous qu'avez-vous reçu, acheté, emprunté ?



samedi 29 novembre 2014

Monsieur mon Amour - Alexandra de Broca



Infos sur le livre

éditions : Albin Michel
date de publication : 06-11-2014
pages : 233
prix : 18€

Résumé éditeur


Princesse vertueuse totalement dévouée à Marie-Antoinette ou conspiratrice et séductrice aux mœurs dépravées ? Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, fut en son temps l’objet des plus folles rumeurs. Au fil d’une bouleversante correspondance imaginaire, Alexandra de Broca, l’auteur de La Princesse effacée, se glisse dans la peau de cette jeune aristocrate turinoise, veuve à dix-neuf ans du descendant d’un bâtard de Louis XIV, qui lui aura fait subir les pires affronts. Comme tant d’autres victimes expiatoires du régime de la Terreur, cette femme fragile, attachée à la famille royale au point de reprendre ses fonctions après la fuite du roi, connaîtra une fin atroce. Du fond de la geôle parisienne où elle attend son jugement, Marie-Thérèse écrit chaque jour à Philippe d’Orléans, député et proche de Robespierre. Comme la vertu s’adresse au vice, elle commence ses lettres par « Monsieur mon Amour »..

Pourquoi ce livre ?

Merci à Gilles Paris pour l'envoi de ce roman historique sur lequel je ne me serais pas forcément arrêtée de prime abord. Cela aurait été dommage.

De quoi est-il question ?

Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, aurait pu tout avoir pour être heureuse. Or, à peine sortie de l'adolescence, on la marie à un homme violent, un bâtard de Louis XIV, un homme qui lui fera subir de terribles affronts tels que des nuits entières de viols par l'un de ses domestiques dans le but de "l'initier". L'homme en question mourra peu de temps plus tard à la suite d'une trahison et, à 19 ans à peine, la princesse se retrouve veuve.

Désormais seule au monde, Marie-Thérèse restera très proche de la famille royale et notamment de Marie-Antoinette en qui elle voit la femme plus que la reine, une amie plus qu'une femme de pouvoir. Alors que le régime de la Terreur fait rage et que de nombreux nobles fuient la France, la princesse de Lamballe reste fidèle à sa reine. Elle sera jetée en prison et, du fond de sa cellule sordide, elle n'aura d'autre ambition que de demander du simple papier pour écrire des lettres à Philippe d'Orléans dans lesquelles elles racontera son histoire et son espoir d'être encore sauvée.

Du côté de la forme...

Je ne lis pas très souvent de romans purement historiques et encore moins relatifs à cette époque très embrouillée de l'Histoire de France. Mais, j'ai trouvé le résumé de ce roman tellement intrigant et la couverture tellement belle, soyons honnêtes, que j'ai eu envie de me plonger dans cette lecture pour découvrir ce personnages dont je n'avais jamais entendu parler.

Nous découvrons dans ce roman la princesse de Lamballe le jour où elle est arrêtée pour être jetée en prison et, dès le début, nous sentons une dualité chez cette femme qui a la fois est dépassée par ce qui lui arrive et à la fois le comprend fort bien, qui à la fois est terrorisée par l'avenir et à la fois montre une volonté de faire face en gardant une stature honorable. De fait, cette peur doublée de ce courage m'a rendu ce personnage immédiatement sympathique avec l'envie de connaître son histoire et de comprendre comme elle avait pu  "en arriver là".

L'histoire de la princesse, nous la découvrons par le biais de lettres que Marie-Thérèse écrira à Philippe d'Orléans qu'elle espère voir venir la sauver, ce qui n'arrivera jamais. Dans ces lettres, la princesse raconte son enfance et son mariage désastreux, son veuvage et sa relation particulière à la famille royale et notamment à Marie-Antoinette qu'elle aime profondément. Dans ses lettres, elle dévoile aussi à Philippe d'Orléans l'amour qu'elle lui porte.

Ce roman composé de lettres navigue entre deux genres : d'une part le roman épistolaire avec des événements racontés par le biais de lettres et, d'autre part, le journal intime avec l'idée d'une femme qui écrit pour se libérer mais dont nous ne lirons jamais les réponses qu'elle recevra. A ce titre, les lettres de Marie-Thérèse semblent nous être directement adressées et le lecteur est mis à mal de ne pouvoir aider cette femme victime d'un régime dirigé par la folie des hommes.

L'auteure parvient dans son roman à mêler une langue historique et une langue restant accessible ce qui rend la lecture de ce roman très agréable tout en restant instructive sur toute une époque pour laquelle il est parfois difficile de concevoir l'individualité des individus. Dans ce roman, l'Histoire se mêle à l'individualité, la peur à l'espoir et le besoin de raconter à une crainte constante de dénoncer ou de se faire prendre à écrire ce qu'il ne faudrait pas. A tout cela, s'ajoute une pointe de romance et d'amour sincère pour une famille sur la sellette à laquelle la princesse restera fidèle jusqu'au bout.

En conclusion...

Je serais sans doute passée à côté de se roman si je ne l'avais pas vu dans le programme de presse de Gilles Paris et je serais vraiment passée à côté de quelque chose de pas mal du tout qui vaut vraiment le déplacement. Ce roman m'a permis de passer un très bon moment de lecture et, de fait, je vous engage vivement à y jeter un oeil. A l'occasion, j'espère lire l'autre roman de l'auteure pour découvrir l'histoire d'une autre personnalité de l'Histoire.

vendredi 28 novembre 2014

King's Game Extrême - Nobuaki Kanazawa

Risque de spoiler du tome 1



Infos sur le livre

éditions : Lumen
date de publication : 06-11-2014
pages : 376
prix : 15€

Résumé éditeur


Chaque nuit, par SMS, le King's Game somme ses participants de se plier à un défi toujours plus extrême. Les joueurs ont 24 heures pour obéir... sous peine d'y laisser la vie ! Qui est l'expéditeur de ces mystérieuses injonctions ? Quelles sont les racines de ce jeu cruel ? Plus crucial encore : quand le message tombe et que la sentence est imminente, comment échapper à la mort ? King's Game Extreme : le cauchemar continue ! Découvrez la saison 2 de King's Game... Nouveaux élèves, nouveau Roi, une seule règle : obéir ou mourir !

Pourquoi ce livre ?

Merci à Emily et aux éditions Lumen pour la découverte du deuxième tome de cette série que jamais très envie de découvrir suite à la fin, plutôt sadique, offerte par le tome 1.

De quoi est-il question ?

Plusieurs mois ont passé depuis que Nobuaki a vu toute sa classe mourir dans les plus horribles conditions après s'être vue imposée le Jeu du Roi. Le voici désormais au sein d'une nouvelle classe en espérant plus que tout ne pas avoir à revivre cet enfer. Pourtant, c'est à ce seul prix qu'il a pu survivre à la précédente partie et il sait que de nouveaux sms vont bientôt arriver... ce qui ne tarde pas.

Le jeu recommence donc et les mêmes ordres que la première fois reviennent. Or, cette fois, ce n'est pas mais plusieurs ordres à la fois que le Roi bombarde à ses victimes, des victimes qui vont avoir tôt fait de prendre Nobuaki en grippe en le tenant responsable des horreurs qui se produisent sous leurs yeux. Mais très vite, les adolescents de la classe vont devoir admettre que tout est vrai et que, désormais, une seule chose compte : sauver sa propre vie et aller chercher au plus profond de soi-même le courage d'aider ses amis pour les sauver eux aussi...

Or, cette fois, le jeu se révèle bien plus terrible et les morts s'enchaîne dans une succession de violence. Mais ce n'est pas tout... Parmi les élèves, il y a bien un traître, quelqu'un prêt à tout pour sauver sa peau en se moquant pas mal de ce qui peut arriver aux autres.

Du côté de la forme...

J'étais ressortie plutôt mitigée du premier tome que j'avais trouvé un peu trop artificiel de par son côté saccadé mais tant de questions étaient restées en suspens que j'avais très envie de lire la suite pour découvrir enfin le fond de la chose.

Au début de ce tome, je dois dire que j'ai eu la crainte d'un double avec un schéma plus ou moins identique à la première partie. Mais très vite, nous nous rendons compte que tout s'enchaîne beaucoup plus rapidement et que ce tome promet encore bien plus d'émotions fortes que le premier tome. Ici, plusieurs ordres du Roi arrivent en même temps et la violence monte encore en puissance d'autant plus que Nobuaki sait déjà ce qu'il risque d'arriver et que ses camarades le jugent très vite responsable de leurs maux.

Et puis, ce deuxième tome c'est aussi, enfin, l'apport des réponses tant attendues aux questions que se posait le lecteur à la fin du tome 1 : qui est le Roi, comment le Jeu a-t-il commencé, quels secrets cachent ces morts monstrueuses ? Sans rien en dire, j'avouerai que je ne m'attendais pas du tout à ce genre de fin même si je ne sais pas trop à quoi je m'attendais.

Enfin, ce roman est, à moindre mesure, un roman poussant à la réflexion car ce tome, plus que le premier, pose véritablement la question du groupe et, surtout, de l'amitié, de ce que l'on est prêt à sacrifier pour protéger ses amis.
D'ailleurs, le diptyque en entier propose une profonde interrogation sur la vie, sur la mort, sur les relations entre les gens et sur le monde tel qu'il est aujourd'hui.

Le style de l'auteur est direct et d'une violence inouïe ainsi qu'elle doit l'être dans le manga d'où est tiré le roman. L'auteur sait nous entraîner dans son roman sans que l'on puisse arrêter notre lecture et le style direct que l'on retrouve rappelle cette ambiance tout à fait unique offerte par l'auteur.

En conclusion...

Même si j'ai trouvé ce deuxième tome un peu artificiel également, j'ai beaucoup apprécié ma lecture et comprendre le pourquoi du comment même si toutes les réponses ne sont pas données et invite le lecteur à la réflexion sur pas mal de choses encore. De plus, la fin du roman boucle le diptyque tout en ouvrant sur une hypothétique suite, ce qui est très fort. 
Avis à tous ceux qui aiment l'action et le sang dans la fiction, ce diptyque est fait pour vous ! Pour ma part, j'espère avoir un jour l'occasion de lire les mangas d'où sont tirés les romans car j'aimerais pouvoir faire la comparaison entre les deux.

jeudi 27 novembre 2014

L'appel du mal - Lisa Unger



Infos sur le livre

éditions : Toucan Noir
date de publication : 15-10-2014
pages : 416
prix : 20€

Résumé éditeur
Lana Granger est étudiante à l’université des Hollows, une petite ville tranquille de l’état de New York, où elle prend un emploi de baby-sitter auprès d’un garçon psychologiquement troublé, prénommé Luke. Déjà expulsé de plusieurs écoles, le jeune adolescent se révèle vite particulièrement  manipulateur et pervers, prêt à tout pour contrôler les gens. Quand la meilleure amie de Lana disparaît un soir sans plus jamais donner de nouvelles, les policiers réalisent très vite que l’emploi du temps que leur a précisé Lana ne cadre pas avec les versions relatées par les rares témoins oculaires Les efforts de Lana pour cacher la vérité pourraient ne pas être suffisants : quelqu'un d'autre connaît ses mensonges. Et il meurt d'envie de les livrer à la Justice…

Pourquoi ce livre ?

Merci aux Editions du toucan pour l'envoi de ce roman qui me tentait énormément de par son résumé et de par sa couverture qui promettaient un thriller dans les règles de l'art.


De quoi est-il question ?

Lana est étudiante. Ayant besoin d'argent, elle recherche un petit boulot et finit par trouver un poste de baby-sitter auprès d'un enfant de douze qui est, pour le moins qu'on puisse dire, perturbé avec un talent inné pour la manipulation et en proie à une violence impressionnante lorsque les personnes en face de lui ne font pas exactement ce qu'il veut au moment où il le veut.

Lana, qui se souvient avoir eu elle-même une enfance perturbée, pense être la personne idéale pour aider le jeune garçon et le comprendre dans sa fureur continuelle à l'égard du monde qui l'entoure. Mais très vite, Lana va faire l'expérience de la violence et de la manipulation de l'enfant qui va bientôt l'entraînée dans une forme de chasse au trésors par le biais d'énigmes qu'il crée lui-même. Un jeu malsain mais dans lequel Lana va être prise malgré elle et malgré les conseils de l'un de ses enseignants qui tentera de lui faire comprendre qu'accepter ce jeu n'est pas une bonne idée.

Dans le même temps, une camarade de fac de Lana disparaît. Si la jeune fille ne s'inquiète que très moyennement au début, elle se rend très vite compte que cette disparition n'est pas normale d'autant que la police s'interroge de plus en plus et notamment au sujet de Lana qu'elle place à la première place des listes des suspects d'autant qu'avec de disparaître Lana et la jeune fille s'étaient disputées...

Du côté de la forme...

Il y a de bons livres et d'excellents romans et puis, il y a les bouquins complètement addictif qui vous font dévorer 400 pages en une journée parce que vous ne pouvez plus penser à autre chose au point d'en oublier de vous arrêter ne serait-ce que pour manger. Je dois dire que cela faisait longtemps que je n'avais pas ressenti une telle passion pour un thriller avec à la fois l'envie de vite découvrir la fin et l'envie que ce livre dure le plus longtemps possible.

Dès les premières lignes, je me suis laissée embarquée dans l'histoire de Lana sans pouvoir quitter ma lecture avec des frissons qui m'ont parcouru le corps à chaque page. Lana nous apparaît très vite comme une jeune fille au fort caractère qui, bien qu'elle sache que ses parents lui ont laissé un joli compte en banque, n'a autre volonté qu'aider les autres du mieux qu'elle le peut.
Lana est donc un personnage qui m'a tout de suite beaucoup intriguée et que j'ai beaucoup apprécié dès le début de ma lecture mais dès la rencontre avec Luke, je me suis sentie comme mal à l'aise, comme si cet enfant était véritablement en face de moi.

L'angoisse est omniprésente dès les premières pages mais elle ne cesse de monter en puissance au fil du roman d'autant que l'auteure a l'art de nous réserver un certain nombres de surprises qui nous font douter de tout ce que l'on croyait avoir compris. Ainsi, la révélation n'arrive qu'à la fin du roman, une révélation dans le ton des meilleurs romans, une fin qui pousse à relire l'ensemble pour voir les indices que l'auteure avait pu nous laisser au préalable.

Les personnages de ce roman sont parfaitement bien construits et le roman lui-même nous plonge dans une ambiance incroyable grâce à une atmosphère angoissante et un rythme qui rend la lecture complètement addictive. La fin du roman est en apothéose même si je dois avouer que, après la teneur du roman, je m'attendais à mieux encore.
Le style de l'auteure est très bien travaillé et empli toutes les conditions d'un thriller dans les règles de l'art avec plusieurs intrigues entremêlées qui nous font nous poser de multiples questions pour essayer de comprendre la vérité avant que l'auteure nous la livre.

En conclusion...

J'ai littéralement adoré ce roman à l'intrigue exceptionnelle et aux personnages qui valent vraiment le déplacement. Seule la fin un peu en deçà de ce que j'aurais voulu avoir m'empêche de donner un coup de coeur à ce roman mais ce thriller reste néanmoins un excellant moment de lecture.
Si vous aimez le genre, n'hésitez pas ! De mon côté j'espère pouvoir lire bientôt un autre livre de l'auteure.

mercredi 26 novembre 2014

La marque des soyeux - Laura Millaud



Infos sur le livre

éditions : Balivernes
date de publication : 10-2014
pages : 127
prix : 9,50€

Résumé éditeur


Voyageant jusqu’à l’époque des Canuts, ouvriers lyonnais de la Soie, Vivien découvrira une révolte dont il saura s’inspirer… Un roman mêlant réel et surnaturel pour nous raconter comment un souffre-douleur de cour de récréation trouvera le courage de relever la tête et ne se laissera plus malmener. La découverte de la révolte des canuts en 1831, le rôle de ses ancêtres à cette époque-là, la raison d’être de cette tache de vin héréditaire lui donneront la fierté nécessaire pour trouver la voie qui lui permettra de s’épanouir et d'avoir un avenir. Un dossier historique est inséré à la fin du roman.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Balivernes pour l'envoi de ce petit livre issu tout droit de leur toute nouvelle collection que je me suis fait une joie de découvrir.


De quoi est-il question ?

Vivien n'est pas un enfant heureux. Bien qu'aimé au plus haut point par ses parents, l'enfant déménage régulièrement et doit chaque fois subir les affres d'une nouvelle école avec, notamment, les brutes bien décidées à lui rendre la vie dure. D'ailleurs, la tâche de vin qu'il porte depuis sa naissance n'arrange rien entre les enfants que cela répugne et les parents qui la croient contagieuse. Dans cette nouvelle école, pourtant, les choses vont aller au-delà et Vivien va se faire agresser.

Pour l'enfant, une seule manière de s'évader : la lecture. A travers les livres, Vivien vit des aventures, se sort de son quotidien et apprend la vie. Venant d'emménager du côté de Lyon, le jeune garçon décide donc de se plonger dans un livre sur l'histoire de la ville. Mais, au détour d'une page, voilà que les lettres s'élèvent et voilà Vivien plongé en plein Lyon du XIXème siècle, en pleine révolte des canuts. Un voyage qui pourrait bien changer toute sa vie, ce qu'il croyait en savoir... et lui-même.

Du côté de la forme...

Le XIXème siècle est une période qui m'intéresse beaucoup et les voyages dans le temps au sein de la fiction promettent toujours de grands moments. Autant dire que la coalition des deux promettait un beau moment de lecture et c'est exactement ce que j'ai eu.

Dès le début du roman, j'ai beaucoup apprécié le personnage de Vivien qui m'a fait beaucoup de peine vu les épreuves qu'il doit traverser face à de petites brutes. D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de me reconnaître dans ce personnage un peu isolé des autres qui se réfugie dans la lecture.
Et puis, dès le début du roman, on ressent une véritable affection de la part de l'auteure pour son personnage, une affection communicative.

Vient ensuite le passage tant attendu : le voyage dans le temps. Je trouve assez dommage la manière dont Vivien se retrouve dans le passé. J'ai trouvé cette manière un peu trop radicale et un peu floue (est-ce vrai, est-ce un rêve ?) mais cette manière a le mérite de fonctionner et de nous plonger directement au XIXème sans instant de flottement ce qui est bénéfique dans un court roman où tout doit s'enchaîner. En effet, n'oublions pas qu'il s'agit là d'un roman pour les enfants et que tout doit être fait pour garder l'intérêt de ce jeune public, le rythme en fait partie.

Le style de l'auteur est très agréable et nous plonge dans cet univers historique poignant qui, malheureusement, n'est que peu connu à part des lyonnais. J'ai beaucoup aimé cette écriture très touchante qui nous offre une très belle empathie à l'égard des personnages et surtout de Vivien que l'on va suivre et voir peu à peu évoluer dans son rapport aux autres.

Mais ce qu'il y a de plus intéressant dans ce roman, c'est son côté historique. En effet, bien qu'écrit pour des enfants, ce livre nous entraîne dans une époque très intéressante au sein d'un milieu que nous ne connaissons que peu malgré un intérêt notable : les prémices des grèves. D'ailleurs, même en tant qu'adulte, on se sent "moins bête" au sortir de ce livre qui nous a fait découvrir le Lyon de l'époque, les professions qui la régentaient, sans oublier les traditionnelles traboules que l'on retrouve dans toute leur splendeur.

Le livre se conclue en outre par un dossier pédagogique qui permet d'aller plus loin sur le côté historique. Un dossier qui donne des définitions, des dates mais encore de superbes photos et gravures d'époque qui donnent au lecteur une foule d'infos des plus intéressantes.

En conclusion...

En débutant ce roman j'avais pas mal d'attente et c'est convaincue que j'en ressors avec la joie d'avoir une nouvelle fois effectué un plongeon au sein d'une époque que j'adore tout en découvrant de très beaux personnages que j'ai quitté à regret. 
Un livre à découvrir et à faire découvrir aux enfants ! Je relirai d'ailleurs sans doute des livres de l'auteure si l'occasion m'en est donnée.

mardi 25 novembre 2014

Cancer et conversion - Guy de Wailly



Infos sur le livre

éditions : Salvator
date de publication : 09-2014
pages : 152
prix : 18,50€

Résumé éditeur


Au seuil de sa maladie, il pense qu’il n’est pas vraiment chrétien et qu’il va commencer un chemin de conversion. « En dépit de mon péché, je suis témoin de l’infinie miséricorde de Dieu. » Par ces « gamberges » volées à la solitude nocturne de l’hôpital, il veut éveiller l’espérance en ceux qui vivent à leur tour des temps de détresse, en déchiffrant eux aussi ce qu’ils ont à vivre à la lumière de la Parole, de l’Écriture biblique. Il va se fondre dans la toute aimante docilité filiale de Jésus. Dans son incessante prière de reconnaissance envers l’action bienveillante et permanente du Père. Bien identifier les ravages sournois du mal. S’en garder. (Il va frôler la demande d’euthanasie.) La bonté de Dieu est davantage présente que la réalité obsédante du mal. Dieu ne nous violente pas, Il nous rejoint. Sens fort de l’Église qui le rend critique sur cette Église. Lien à établir avec « Lourdes-Cancer-Espérance ».  

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Salvator pour l'envoi de ce témoignage dont le communiqué de presse m'avait beaucoup intriguée.


De quoi est-il question ?

Lorsqu'il apprend qu'il atteint d'un cancer en phase terminale, le monde de l'auteur s'écroule. Il ne lui reste que fort peu de temps à vivre et le désespoir pourrait l'envahir. Mais ce n'est pas le caractère de l'homme qui profite de cette ultime épreuve imposer par la vie comme une occasion de se rapprocher une dernière fois de Dieu en tentant de comprendre les messages transmis par la Bible lorsqu'il s'agit de faire face.

Avec une force et un courage hors du commun, l'auteur nous offre donc un témoignage écrit dans les derniers temps de sa vie mais un témoignage où l'expérience personnelle ne transparaît que rarement laissant sa place à une leçon face à l'épreuve pour un rapprochement de Dieu et de ce qu'Il peut nous apporter face à l'épreuve.

Du côté de la forme...

En débutant ma lecture, je dois dire que je m'attendais à quelque chose de différent de ce que j'ai eu. Je m'attendais à un témoignage comme j'en lis régulièrement avec une petite touche religieuse apportant une certaine forme d'originalité à ce témoignage. Au final, ce texte est un peu différent de cela.

Ici, seuls quelques passages de temps à autres sont du témoignage au sens ou on l'entend avec l'auteur qui nous parle de son expérience et de ses peurs. Mais, très vite, l'expérience est là pour servir la réflexion religieuse autour de l'épreuve et du message de la Bible. 
L'auteur lui-même le dit au début de son livre : il n'est pas là pour s'épandre. Le livre est donc là comme un message d'espoir à l'égard des personnes souffrant de cette même maladies, un message pour conserver une foi à toute épreuve même lorsque l'on semble être complètement seul et c'est ce qui fait de ce témoignage un très beau texte.

Ce témoignage change donc de tous les témoignages que l'on peut connaître et même si le style de l'auteur est très travaillé, le texte est parfois difficile à suivre quand on ne le lit pas à tête reposée. Les références au sein du texte sont nombreuses et parfois extrêmement précises ce qui apporte un vrai côté documentaire à l'ensemble et, mêlées aux passages de témoignage au sens propre, ce livre prend un caractère universel visant à aider les personnes dans la même situation.

Voici un livre qui, au final, est donc un véritablement petit traité de religion qui enseigne la foi et la volonté de faire face, par la religion, aux épreuves les plus rudes. Ceci est cependant, vous l'aurez compris, un livre destiné en priorité aux croyants et aux personnes ayant déjà un bagage bien fourni sur cette religion. Pour moi, je pense que j'étais à la limite.


En conclusion...

Voici un témoignage qui change des témoignages habituels et qui apporte une réflexion sur la religion au sein de l'épreuve. J'ai bien apprécié cette lecture malgré le caractère fastidieux de certains passages qu'il me faudra relire et je conseille vivement cette lecture aux croyants cherchant à retrouver leur foi malgré la maladie. Un livre très intéressant à découvrir...

lundi 24 novembre 2014

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (39)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut à tous !
La semaine dernière, je dois avouer que je n'ai que très peu lu ce que je regrette et j'espère faire mieux cette semaine.

- La semaine dernière j'ai lu



- Commencé la semaine dernière et lecture que je poursuis cette semaine



- Ensuite, je lirai




Et vous ? A quoi a ressemblé votre semaine livresque ?

dimanche 23 novembre 2014

In my mailbox (77)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.


Salut à tous !
Nouvelle semaine, nouvel IMM. Cette semaine, peu de réceptions, ce qui a fait du bien à ma pal d'autant que cette semaine, vous verrez cela demain, je n'ai pas énormément lu.

Tout d'abord, j'ai reçu un SP de Guilaine Depis :



Et puis, j'ai reçu deux livres que j'avais lu en format numérique et que l'auteur m'a envoyé en format papier :




En somme, une seule "vraie" nouveauté dans ma pal cette semaine et deux livres papiers pour préparer des activités avec mes petitous.

Et vous ? Quelles nouveautés dans vos pal cette semaine ?

samedi 22 novembre 2014

Abominations - Recueil Collectif

Photo

Infos sur le livre

éditions : Autoédition
date de publication : 10-2014
pages : 257
prix : 14,90€

Résumé

Par une nuit de tempête, douze auteurs se sont retrouvés seuls. Un bruit sourd. Un claquement de porte. Une ombre monstrueuse à leu fenêtre. Chaque atrocité s'insinue dans les tréfonds de leur être. Mais alors qu'ils croyaient avoir vécu le pire, leurs angoisses les plus secrètes resurgissent. Avant d'ouvrir la porte de leur histoire, réfléchissez-y à deux fois ! Une abomination se cache peut-être derrière.

Pourquoi ce livre ?

C'est via Facebook que j'ai découvert ce recueil qui m'a tout de suite beaucoup tentée et que je n'ai pas mis longtemps à pré-commander. En ce 31 octobre, pour fêter dignement Halloween, je me suis installée avec ce livre et un paquet de bonbons, un programme idéal !

De quoi est-il question ?

Un vampire caché dans la cave d'une maison, un ours qui vit et qui parle, des loups-garous à l'apparence bien humaine, un homme tuant une femme encore et encore, un héritage étrange et angoissant pour une jeune étudiante... Ce ne sont là que quelques unes des histoires proposées ici, des histoires qui font froid dans le dos et qui nous rappellent que les vampires ne sont pas tous séduisants...

Il m'est difficile de vous faire un résumé de chaque nouvelle car chaque histoire est une surprise et je trouve que la surprise fait entièrement partie du bonheur de la découverte du recueil donc je tiens à en dire le moins possible. Mais, ce qu'il y a retenir c'est que le recueil porte très bien son titre et que les dix auteurs qui ont participé à l'ouvrage ont su trouver, certes, un thème commun mais tout en nous proposant, chacun, une histoire bien distincte des autres avec une originalité propre à chacune...


Du côté de la forme...

C'est pour fêter dignement Halloween que j'ai décidé de me plonger dans ce recueil. Du coup, je me suis mise dans les conditions idéales pour cette lecture et autant vous dire que je me suis récréé une ambiance terrifiante à souhait !
D'ailleurs, rien que la couverture du recueil vous plonge dans une superbe ambiance Halloween vous donnant un avant-goût de l'intérieur du livre...

Ce recueil, composé de 10 nouvelles écrites par 10 auteurs différents nous plonge dans des ambiances diverses et variées mais ayant pour thème commun l'horreur, l'angoisse et le frisson. Des ambiances qui nous rappelles que les vampires ne sont pas toujours ceux de Twilight, que les dames blanches existent, que les psychopathes frappent et que les monstres que l'on connaît ont une histoire (mais chuuut ! ces histoires vous les découvrirez en fin de nouvelles !)
Je dois cependant avouer que j'aurais aimé retrouvé la quatrième de couverture dans le roman à savoir une sorte de fil conducteur où on aurait pu voir les auteurs se raconter les histoires dans un lieu lugubre, un peu à la manière du Décaméron de Boccace ou de L'Heptaméron de Marguerite de Navarre.

Les styles des auteurs divergent mais les uns et les autres parviennent sans mal à nous faire entrer dans leurs histoires et dans leurs angoisses. Je me suis surprise à me faire parfois peur toute seule à la lecture de telle ou telle nouvelle et, oui, j'ai adoré ça ! Vous dire que j'ai eu peur comme si j'avais regardé un super film d'horreur ne représenterait pas ce que j'ai ressenti avec ces lectures mais j'ai tout de même éprouvé une bonne donne d'angoisse avec plusieurs de ces lectures et je n'en demandais pas plus. D'ailleurs, en plus de l'angoisse, ces nouvelles nous offrent beaucoup d'émotions et des personnages attachants au sein de textes fort bien travaillés.

Quelques unes des nouvelles m'ont marquées plus que d'autres telles que Au coeur du massacre et La réserve naturelle mais je garderai un souvenir tout particulier de L'héritage de la cousine Emma qui restera sans doute ma nouvelle favorite au sein de ce recueil.


En conclusion...

Voici un recueil que j'ai découvert avec joie pour ma soirée Halloween et que je vous invite très vivement à découvrir si vous voulez vous faire peur et si vous voulez retrouver les personnages terrifiants tels que la tradition les connaît.
De mon côté, j'ai hâte de me plonger dans un nouveau recueil collectif où je pourrais retrouver certains de ces auteurs et je pense tout particulièrement à Damnation paru il y a quelques mois.

vendredi 21 novembre 2014

IL, le déraciné - Homayoun Minoui



Infos sur le livre

éditions : Société des écrivains
date de publication : 2014
pages : 379
prix : 19€

Résumé éditeur

"IL, le déRaciné", ou le récit d'une adolescence en France, entre la fin des années cinquante et le début des années soixante. Et, plus précisément, celle d'un jeune expatrié iranien qui, en suivant son père mandaté pour une mission diplomatique, bascule dans un univers absolument différent qu'il va peu à peu s'approprier... au point de ne plus vouloir le quitter. C'est encore et surtout à un portrait psychologique que se prête ce roman autobiographique qui se construit sur l'enlacement de deux voix: celles du père et du fils qui, tous deux, laissent entendre, chez le jeune héros, une aspiration totale à l'indépendance, à la recherche de toutes les expériences... De découvertes en aventures, de la France à l'Angleterre, d'amitiés en amours, ce roman égrène ainsi avec douceur et amusement, interrogations et tendresse, gravité et légèreté, les moments forts et décisifs d'années de formation qui aboutiront au choix, pas tout à fait ordinaire, de l'exil.

Pourquoi ce livre ?


Merci à Janyce Wang et à la Société des écrivains pour l'envoi de ce témoignage romancé sur un sujet que l'on n'aborde malheureusement que peu souvent.

De quoi est-il question ?

Dans les années 60, un homme décide de quitter son pays d'origine avec sa famille afin de tenter sa chance en France. Son fils, IL, va devoir laisser derrière lui tout ce qu'il a toujours connu afin de s'adapter à une nouvelle vie, une nouvelle langue et de nouvelles coutumes. Le père va devoir aider sa famille à trouver sa place dans ce nouveau pays tout en faisant le nécessaire pour permettre à son fils de s'émanciper.

Mais cette histoire, c'est surtout l'histoire de IL qui va nous raconter son arrivée en France, ses déboires, ses épreuves et ses premiers contacts face à d'autres enfants, des enfants cruels entre eux. L'enfant va alors devoir apprendre une langue qui lui est inconnue tout en encaissant les épreuves avec, toujours, une volonté insatiable de se faire sa place dans ce monde étranger et, surtout, une soif d'apprendre hors du commun qui lui permettra de faire les études que ses parents rêvaient de le voir faire.

Du côté de la forme...

Voici un livre qui mêle le témoignage d'un enfant arrivé en France en devant s'y adapter et le récit de la vie d'un homme, le père de l'enfant et en outre de l'auteur, un homme qui emmène sa famille dans un nouveau pays dans l'espoir de la sauver de la misère. Il s'agit donc ici pour l'auteur de parler à la fois en son propre nom comme dans tout témoignage mais également de prendre la voix de son père pour démontrer la ténacité d'un homme à vouloir le meilleur pour sa famille.

A travers ce livre, nous découvrons l'épreuve qu'est l'arrivée dans un pays pour un enfant qui n'en connais même pas la langue mais nous découvrons aussi la force et la motivation de cet enfant pour réussir à s'y intégrer. Au fil des pages, nous découvrons les peurs, les doutes et les angoisses de cette famille : le père qui craint pour sa famille, le fils qui craint pour lui-même. Mais, au fil des pages, nous découvrons également les espoirs et les petits moments de réussite qui font avancer et qui font dire que tous les efforts ne sont pas vains. Il s'agit alors de voir ces moments de bonheur qui redonnent espoir et qui permettent de continuer.

J'ai été très agréablement surprise par la qualité du style de l'auteur qui nous permet de ressentir toutes les émotions présentées. Il s'agit là d'un style de grande qualité et fort bien travaillé pour raconter une double histoire. L'auteur sait nous raconter sa propre expérience mais il sait également avec brio prendre la voix de son père pour nous montrer la force d'un homme déterminé à mettre sa famille à l'abri.

Mais ce témoignage est aussi une forme de document. Un document sur des coutumes que nous ne connaissons pas forcément car venant de pays auxquels nous ne nous intéressons pas toujours. L'auteur nous montre alors comment il parvint à grandir en faisant sa vie autour de ses deux cultures et comment cette double culture lui permis de grandir. Ce témoignage, au delà du récit de vie, est alors un vrai écrit sur la tolérance et sur l'ouverture à l'autre.

En conclusion...

Voici un témoignage que j'ai lu avec beaucoup de plaisir et que je conseille vivement pour tous ceux qui s'intéressent à l'immigration et aux autres cultures. 
Une suite est prévue à ce témoignage et je dois dire que c'est avec intérêt que je la lirai également. D'ailleurs, je l'attends déjà.

jeudi 20 novembre 2014

Nummer - Frédéric Staniland



Infos sur le livre

éditions : Scrinéo
date de publication : 02-10-2014
pages : 320
prix : 16,90€

Résumé éditeur

1er septembre 1939. Toni vient de passer la frontière alsacienne. Son père et les emblèmes nazis sont derrière lui, en Autriche. Mais ici à Algolsheim, c’est l’ordre d’évacuation générale, tout le monde fuit. Et très vite, l’adolescent se sait poursuivi. Espions Allemands puis Anglais semblent rechercher quelqu’un ou quelque chose dans les prémices d’une guerre annoncée. De nos jours, un octogénaire, Séraphin, découvre chez un vieil ami disparu un mystérieux manuscrit, Nummer, écrit en allemand gothique durant la seconde guerre mondiale, ainsi que d’étranges messages, éparpillés dans sa maison… Quel message a voulu laisser son ami ? Aidé de jeunes voisins un peu envahissants, Pauline et Gabriel, il va tenter de résoudre l’énigme de « NUMMER » qui le mènera, entre autre, sur le chemin de son passé et de celui de Toni…

Pourquoi ce livre ?

Merci à Livraddict et aux éditions Scrinéo pour la découverte de ce roman qui ne m'aurait sans doute pas attiré l'oeil si je l'avais juste vu en librairie.

De quoi est-il question ?

Tout commence alors que deux soeurs emmènent Séraphin, un vieil homme, dans un immense hangar. Sa mission ? Faire du tri et du rangement dans les archives accumulées pendant des années par Gérard, un homme qu'il a connu pendant la guerre et qu'il n'a pas revu depuis. Mais que d'objets accumulés pendant des années ! Alors que Séraphin désespère de comprendre par quel bout attraper les choses, il découvre dans une boîte de sucre des mots mystérieux qui semblent bien cacher un secret que Gérard gardait depuis de nombreuses années.

Dans le passé, en 1939, un jeune garçon tente de fuir l'Autriche pour rejoindre le sud de la France avec pour seul bagage une valise à laquelle il tient tout particulièrement. Alors que l'Allemagne nazie arrête de plus en plus de juifs et alors que les populations sont de plus en plus terrifiées, l'enfant va faire des rencontres qui pourront changer sa vie ou le mener à sa perte...

Du côté de la forme...

Voilà un roman qui, de prime abord, ne m'aurait peut-être pas attirée mais dont l'intrigue m'a interpellée. J'ai finalement bien fait de me plonger dans cette lecture.
Tout d'abord, nous retrouvons ici dans le type de romans que j'apprécie beaucoup avec deux époques qui se répondent : un temps dans le présent où il s'agit de comprendre le passé et un temps dans le passé où le dit événement a eu lieu. Les deux avancent donc en parallèle et se répondent sans pour autant avoir de rapport entre eux avant de se rejoindre à plus de la moitié du roman.

Les deux périodes de ce roman nous proposent alors deux genres distincts qui offrent un véritable rythme au roman : le temps présent propose une forme d'énigme où il s'agit de découvrir le secret du passé d'un homme tendis que le temps passé nous propose une action plus historique à partir du début de la 2nde guerre mondiale. Ce passé nous plonge d'ailleurs au coeur d'une période troublée et au centre d'événements connus ou moins connus mais toujours aussi terribles au sein de cette époque.

J'ai beaucoup apprécié les personnages de ce roman au caractère bien reconnaissable et tout particulièrement la petite Pauline qui aidera Séraphin dans sa quête de vérité. L'auteur a très bien su travailler ses personnages pour entraîner son lecteur dans son histoire et, chacun avec leur caractère, ces personnages m'ont permis de ressentir de nombreuses émotions.
Par ailleurs, la coalition de l'intrigue et des personnages permet un roman addictif que l'on ne peut lâcher avant la fin d'autant que les chapitres courts s'enchaînent parfaitement et donnent toujours envie de connaître la suite des événements en plus d'un style agréable qui n'est pas sans nous apporter de belles informations sur le côté historique.

En conclusion...

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce roman à la fin plutôt étonnante et tellement réelle par rapport à tout ce qui pu avoir lieu à l'époque. Le style de l'auteur m'a transportée et l'intrigue elle-même, fort bien construite, ne m'a pas ennuyée un instant.
Il s'agit donc là d'une lecture très agréable que les amateurs de livres jeunesses et historiques devraient apprécier. J'espère avoir l'occasion de retrouver la plume de l'auteur très bientôt.

mercredi 19 novembre 2014

La fugue de Junior Lapin - Elisabeth Delaigle



Infos sur le livre

éditions : Edilivre
date de publication : 12-02-2014
pages : 92
prix : 11,50€

Résumé éditeur


Pourquoi la ville attire-t-elle autant un petit lapin qui vit dans une clairière de la forêt du Tronc-qui-fume ? Junior Lapin, car c’est de lui dont il s’agit, va l’apprendre à ses dépens, d’aventure en aventure et de découverte en déconvenue, au cours d’une escapade mouvementée où il fera aussi de belles rencontres. Junior Lapin est blanc et pour qu’autour de lui tout prenne des couleurs, il est recommandé au jeune lecteur de se munir de crayons, de pastels ou de pinceaux pour embellir et animer sa vision du monde !

Pourquoi ce livre ?

Merci à Elisabeth Delaigle qui m'a envoyé son livre pour que j'en parle ici même. Je l'avais, j'ai un peu oublié que j'avais ce livre et la relance de l'auteure m'a fait me plonger dans son livre que, vraiment, je regrette de ne pas avoir lu plus tôt.

De quoi est-il question ?

Junior Lapin vit dans la clairière et mène une vie paisible avec ses parents et ses amis de la forêt. Mais Junior Lapin rêve de la ville : rencontrer des gens, trouver du travail, quitter la clairière en somme... Car si la vie de Junior Lapin ferait rêver bon nombre de citadins, Junior Lapin, lui, en a assez et rêve d'aventures plus palpitantes hors de la forêt.

Un jour où ses parents vont voir sa grand-mère et lui laisse le terrier à surveiller, Junior Lapin décide de tenter sa chance. Ni une, ni deux... le voilà parti en quête de l'aventure citadine qu'il attend depuis si longtemps. Première étape ? Trouver un travail. Mais quand on est un jeune lapin maladroit sans expérience de la vie, trouver un travail et le faire convenablement n'est peut-être pas si simple...

Du côté de la forme...

J'avais beaucoup aimé le premier livre de l'auteure, que j'ai lu il y a pas mal de temps maintenant, et c'est avec joie que j'avais reçu ce titre-ci. Mais ayant un peu du mal avec la lecture numérique, je n'ai pas forcément le reflex de prendre ma liseuse et, ainsi, mes lectures numériques ont tendance à traîner un peu. Je peux vous le dire, je regrette amèrement de ne pas avoir lu avant, du coup, ce petit livre que j'ai littéralement adoré.

Les histoires de lapins dans la littérature jeunesse, c'est relativement connu. Mais l'histoire d'un lapin vivant dans une clairière et voulant découvrir la ville, c'est inédit, originale et plutôt intrigant. D'ailleurs, ce petit livre n'a pas été sans me donner une impression de croisement entre les histoires connues de lapins et La petite sirène qui rêve d'aller à la découverte d'un monde opposé au sien.

Nous allons donc suivre Junior Lapin dans sa découverte de la ville mais, surtout, nous allons le suivre au fil de ses erreurs, de ses bêtises et des différents travaux dans lesquels il va tenter de se faire une place. Mais Junior Lapin fera bêtise sur bêtise en comprenant peu à peu que même un travail qui paraît simple n'est pas forcément si facile.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé ici la plume de l'auteure qui sait nous transmettre avec des mots simples de très jolies émotions au sein d'une histoire dans le genre de ce qu'aiment les enfants mais qui ne m'a pas laissée insensible, même en tant qu'adulte. On pourrait simplement dire qu'il s'agit là d'une écriture qui fait du bien.
Par ailleurs, le roman est agrémenté de très sympathiques dessins à colorier pour permettre à l'enfant de "participer" d'une certaine manière à l'aventure qu'on lui offre. Des dessins qui attireront d'ailleurs autant les adultes que les enfants !

D'un point de vue de la lecture multiple, je dirai simplement que cette courte histoire permettra aux enfants de s'amuser des bêtises de Junior Lapin tout en leur permettant de comprendre que le travail n'est pas une chose facile et qu'il est important d'apprendre comme il faut à l'école et d'être sérieux dans tout travail que l'on entreprend.

En conclusion...

Une très jolie petite histoire que j'achèterai probablement à l'occasion en version papier pour pouvoir le relire et en offrir la lecture à des enfants. Si vous aimez la littérature jeunesse, n'hésitez pas à aller découvrir cette jolie petite histoire et, pour ma part, j'ai une nouvelle fois hâte de découvrir le prochain livre de l'auteure.

Ma ouature - Pierre Crooks et Frederico Combi

Ma Ouature

Infos sur le livre

éditions : Balivernes
date de publication : 11-2014
pages : 32
prix : 13€

Résumé éditeur


Ma ouature est la plus incroyable, extraordinaire, fantastique et fabuleuse de toutes les Ouatures. Un jour, grâce à elle, je suis parti à la poursuite de la Grenouille Cosmique et j'ai sauvé l'univers !

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Balivernes pour l'envoi de cet album qui m'a immédiatement attirée de par sa couverture plutôt amusante et de par son titre assez original.

De quoi est-il question ?

Le narrateur de cet album, un enfant avide d'aventure, vient de se fabriquer une superbe ouature. Avec elle, il compte bien aller au bout du monde et vivre ces aventures dont il rêve. Justement, la Grenouille Cosmique vient d'enlever le doudou de l'enfant qui compte bien le récupérer coûte que coûte.

Voici donc notre narrateur parti pour le ciel, la mer et l'univers à la poursuite de la Grenouille Cosmique pour récupérer son doudou ! Une course-poursuite s'engage ! La voilà l'aventure dont l'enfant rêvait de vivre à bord de son extraordinaire ouature !

Du côté de la forme...

La première chose à noter avec cet album c'est son superbe format : ce livre est en effet d'une bonne taille et, en général, les enfants aiment les grands albums. Dès l'ouverture de la couverture le lecteur est plongé dans l'ambiance de l'album et même l'encadré où le prix est inscrit est magnifique. Bref, il s'agit là d'un objet magnifique et rien que le travail éditorial autour de ce livre vaut que l'on s'intéresse à ce livre.

Cet album est un album pour tous les amoureux d'aventure et de voyage. J'avoue que j'étais très curieuse de découvrir cette folle aventure en chasse d'une grenouille maléfique kidnappeuse de doudous... Et je dois dire que je n'ai pas été déçue par la découverte car je me suis littéralement laissée embarquée dans cette histoire en me demandant à chaque page quel serait le dénouement.

Le style de l'écriture, adaptée aux enfants, offre une belle histoire adaptée aux jeunes lecteurs sans pour autant omettre la musicalité du texte par le biais de mots un peu plus compliqués.
De plus, j'ai beaucoup apprécié les illustrations de cet album. Il s'agit en effet d'illustrations colorées permettant de se plonger dans l'histoire sans difficulté mais, par ailleurs, il s'agit d'illustrations très sympathiques où il conviendra de remarquer le souci du détail.

[SPOILER]

La fin de l'album sera une véritable surprise lors d'une première lecture mais je tenais à en dire deux mots et c'est pour cela que je le note en spoiler.
En effet, lors de la dernière page, nous découvrons que rien de tout ce qui a lieu avant n'est vrai et que tout sort en vérité de l'imaginaire de l'enfant. J'ai adoré cette fin qui montrera aux enfants que, grâce à l'imagination, tout est possible et que les objets les plus simples (la ouature est en réalité une boîte en carton) peuvent apporter les plus beaux jeux.


En conclusion...

Voilà un album comme je les aime où le texte et les illustrations se mêlent pour offrir un ensemble de grande qualité et un dénouement qui pourra faire réfléchir les enfants sur leurs propres occupations et sur eux-mêmes, sur leurs rêves et leurs envies.
Bref, je suis absolument ravie d'avoir pu découvrir cet album que je vous conseille très vivement.

mardi 18 novembre 2014

Le puits - Ivan Repila



Infos sur le livre

éditions : Denoël
date de publication : 09-10-2014
pages : 112
traducteur : Margot Nguyen Béraud
prix : 11€

Résumé éditeur


Deux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d’un puits de terre, au milieu d’une forêt. Ils tentent de s’échapper, sans succès. Les loups, la soif, les pluies torrentielles : ils survivent à tous les dangers. À leurs côtés, un sac de victuailles donné par la mère, mais ils ont interdiction d’y toucher. Jour après jour, le Petit s’affaiblit. S’il doit sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie. Le Petit sortira-t-il? Le Grand survivra-t-il? Comment surtout se sont-ils retrouvés là? Le Puits est un conte brutal à la fin cruelle et pleine d’espoir. Une fable sur l’amour fraternel, la survie et la vengeance, un roman «qui a mérité sa place au panthéon des Jules Verne, Alain-Fournier et autres Antoine de Saint-Exupéry, selon Zoé Valdés. Un roman indispensable, alors que beaucoup d’entre nous avions déjà annoncé la défaite de l’imagination contre la quotidienneté médiocre et étriquée.»

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Denoël pour l'envoi de ce livre qui m'a énormément intriguée de par la littérarité que le résumé semblant promettre.

De quoi est-il question ?

Ils sont deux frères. Il y a le Grand et le Petit. Ils sont enfermés dans un puits en plein de coeur de la forêt. Pour subsister, ils n'ont rien d'autre que le sac de provisions de la mère, un sac auquel il ne faut toucher à aucun prix, mieux vaut manger les vers et les racines trouvés au fond du puits.

Les jours passent et avec eux l'espoir et les forces des frères s'amenuisent. Comment sortir d'ici ? Comment continuer à vivre ? Mais, après tout, au bout d'un moment, est-il vraiment si nécessaire de se battre pour revoir un jour le vrai monde ?

Jour après jour, nous suivons donc ces deux frères dans l'épreuve de cette prison qu'est le puits mais également face aux épreuves extérieures qui ne manqueront pas de s'imposer à eux : les pluies torrentielles, les loups, la faim, la peur, la folie. 

Du côté de la forme...

En débutant ce roman, je dois dire que j'étais très curieuse de voir ce que ce huis-clos pouvait donner car, dans ce genre de livre, c'est une chance sur deux pour que ça fonctionne. Ici, il se trouve que ça fonctionne et le lecteur se sent très vite mal à l'aise en se sentant autant enfermé que les personnages. L'auteur parvient donc parfaitement à retranscrire l'angoisse de ses personnages et le mal-être qui ressort du cadre qu'il a choisi pour son intrigue.

Dès les premières pages, le huis-clos emplit parfaitement son rôle et tout ceci est d'autant plus troublant pour le lecteur que celui-ci devra attendre la toute fin du livre pour savoir comment les enfants on atterri dans le puits. Et encore, beaucoup de questions restent encore en suspens à la fin de l'ouvrage ce qui ne manque pas d'être très frustrant pour le lecteur.

Mais ce qui m'a surtout plu avec ce roman, c'est la montée, peu à peu, de l'angoisse qui oppresse de plus en plus le lecteur. En effet, au fil des jours passés dans le puits, les enfants perdent de plus en plus leur identité d'enfant. Tout d'abord, il y a le Grand qui va devoir devenir adulte en protégeant du mieux possible le Petit. Il y a aussi le Petit qui va bientôt sombrer dans la folie, une folie sévère que l'on a bien du mal à admettre dans le corps d'un enfant.

Le style de l'auteur est une pure merveille. Nous ne saurons jamais les prénoms des enfants et, malgré tout, on s'attache très vite à eux et bien plus qu'à des personnages dont on connait parfois tous les détails de leur vie. Ici, nous ne savons rien d'eux et pourtant ils nous touchent au plus profond de nous-mêmes au point que le lecteur a souvent envie de plonger dans le roman pour les sortir du puits.

J'ai été tout particulièrement troublée par les douleurs décrites et tout particulièrement par la folie qui s'empare du Petit à un moment donné. Ensuite, il y a deux méthodes : soit on a envie de prendre tout son temps pour terminer ce roman qu'il est si difficile de refermer, soit on dévore ce roman de bout en bout avec l'envie d'en connaître le dénouement au plus vite.

En conclusion...

Ce huis-clos a été une superbe découverte sur laquelle je vous conseille vivement de vous pencher d'une part pour les émotions qu'il procure et d'autre part pour la superbe qualité d'écriture qui nous est offerte ici. Ce genre d'écriture à la fois simple et tout en profondeur fait vraiment du bien et je regrette de ne pas parler espagnol pour aller découvrir ce texte en VO.
Pour un premier roman, je dis bravo et je n'hésiterai pas à aller lire le prochain roman de l'auteur. Ivan Repila est un auteur dont on reparlera !

lundi 17 novembre 2014

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (38)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut à tous !
La semaine dernière a été, je dirais, une semaine comme je les aime avec un rythme livresque qui m'a permis de bien avancer dans mes lectures.

- La semaine dernière, j'ai lu :


Galaxine et les anneaux de Saturne


- En ce moment, je lis :



- Je n'ai pas encore décidé de ce que je lirai ensuite donc à voir...


Et vous ? A quoi a ressemblé votre semaine livresque ?