samedi 20 février 2016

Journal du pas si grand méchant loup - Catherine Girard-Audet



Infos sur le livre

éditions : Kennes
date de publication : 25-02-2015
pages : 142
prix : 9,95€

Résumé éditeur


« Je sais, je n'ai pas une très bonne réputation. C'est sûr qu'engloutir des mères-grand, des chaperons rouges et des petits cochons ne fait pas de moi le loup le plus populaire du village! Mais j'ai changé ! Mon époque de carnivore raffolant de côtelettes de porc est révolue ! Apprenez à connaître le nouveau moi en lisant mon journal ! J'accepte de vous le livrer même si je ne suis pas fier de tout ce que j'y raconte... » Balthazar J. Loup

Pourquoi ce livre ?


C'est à Montreuil que je me suis procuré ce livre afin de continuer la série des contes à l'envers et afin d'avoir une bonne excuse pour pouvoir échanger quelques mots avec l'auteur.

De quoi est-il question ?


Balthazar est un loup en repentir. Aujourd'hui, il l'avoue enfin, il a un problème avec la viande ! Un morceau de viande et il devient complètement fou ! Un problème qui lui a causé bien des soucis dans le passé que ce soit avec les trois petits cochons ou avec le petit chaperon rouge... Mais aujourd'hui, Balthazar fait confiance à Paul, son thérapeute, pour l'aider.

A partir de maintenant, c'est décidé, il ne sera plus le grand méchant loup. Il veut retrouver son vrai nom et être aimé par tous. Pour ce faire, Balthazar va prendre deux voies : d'une part il va devenir végétarien et, d'autre part, il écrira jour après jour un journal où il devra se montrer tout à fait honnête, un journal où il devra parler de ses faiblesses et de ses réussites.

Mais tout bascule le jour où la maison de l'un des trois petits cochons est détruite ! Balthazar étant responsable, il devra désormais vivre avec le petit cochon dont, bien sûr, il ne devra en aucun cas faire son repas ! Une épreuve pour un loup en manque de viande...

Du côté de la forme...

C'est là le troisième livre que je lis de la collection et je dois dire que je suis toujours aussi fan de ces contes à l'envers, de ces réécritures de contes où les méchants sont en repentir et tentent de devenir gentils. Pour moi qui éprouve toujours une grande affection pour les méchants, c'est la série idéale.

Ici, nous découvrons donc le repentir du grand méchant loup et je dois avouer que, pour le moment, c'est peut-être cette histoire qui m'a le moins convaincue. Déjà, l'idée d'un loup végétarien m'a amusée mais m'a semblé un peu trop décalée. Un loup est un loup après tout... De plus les contes où le méchant est un loup ne m'ont jamais transcendées : le petit chaperon rouge, les trois petits cochons... Autant de conte que j'apprécie mais sans plus. Ca a sans doute joué.

Cependant, l'histoire est une nouvelle fois très touchante avec ce loup qui veut devenir gentil, qui veut être aimé, mais qui a bien du mal à résister à ses envies de viande. Les quelques scènes où il est sur le point de craquer m'ont touchée car l'auteure a très bien su rendre la détresse que pouvait ressentir ce loup incapable de résister à l'appel du sang. Car ce loup est vraiment touchant et l'auteure sait trouver les mots pour nous le faire aimer dès les premières pages.

Mais ce que j'ai surtout aimer dans ce titre, c'est le double niveau de lecture de ce texte. Car si les enfants verront un loup voulant devenir gentil et ne voulant plus manger de viande, les adultes ne pourront s'empêcher de penser à toutes ces personnes qui tentent jour après jour de se battre contre l'alcool, contre la drogue et même, tout simplement, contre la cigarette. De fait, ce roman peut aussi se lire comme un message d'espoir pour tous, un message qui fait du bien.

Comme toujours, l'écriture de Catherine Girard-Audet est prenante et addictive. Le livre est jeunesse mais une fois qu'on le commence il est impossible de le reposer avant de l'avoir fini. On a même quelques regrets lorsqu'il s'agit de quitter Balthazar à la fin de cet ouvrage.

En conclusion...


Voici un roman jeunesse avec lequel j'ai passé un excellant moment plein d'émotion et plein d'humour que tous les amateurs de réécritures de contes devraient apprécier. Les enfants sauront apprécier l'originalité de l'histoire tendis que les adultes pourront être touchés par les divers niveaux de lecture proposés par l'auteure.
J'espère pouvoir très prochainement lire le tome suivant des contes à l'envers que je me suis également procuré à Montreuil.

1 commentaire:

  1. J'adore, je trouve la couverture terriblement mignonne et à croquer !

    RépondreSupprimer