vendredi 6 janvier 2017

Re/Member - Welzard



Infos sur le livre

éditions : Lumen
date de publication : 15-09-2016
pages : 535
prix : 15€

Résumé éditeur


Au lycée d'Ôma, une terrible légende circule parmi les élèves : la Rouge-Sang, une fillette de onze ans couverte du sang de ses victimes, hanterait les couloirs après la fin des cours. Celui qui aurait le malheur de croiser la revenante devrait, pour lui échapper, quitter l'établissement sans se retourner... Lorsqu'une lycéenne demande à Asuka de retrouver son corps, la jeune fille pense d'abord à une plaisanterie. Jusqu'à ce que minuit sonne et qu'elle se retrouve transportée, en compagnie de cinq de ses camarades, dans les corridors déserts de l'école. Pourchassés par la créature, les six amis se font littéralement massacrer... avant de se réveiller le matin suivant comme si rien ne s'était produit ! Prisonniers d'une boucle temporelle cauchemardesque, Asuka et ses compagnons comprennent vite que pour briser la malédiction, ils vont devoir retrouver les morceaux du cadavre d'une victime de la Rouge-Sang, cachés dans tout le lycée... Une chasse au trésor macabre est lancée : bienvenue dans le cauchemar sans fin de la Rouge-Sang... Faites-vous peur avec le nouveau thriller phénomène venu du Japon ! 

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Lumen grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman à la couverture plutôt angoissante et au résumé fort de caractère.

De quoi est-il question ?


Au Japon, dans chaque établissement scolaire, il y a une tradition, la tradition d'une légende évoquant un fantôme, un mort-vivant ou toute autre créature d'outre-tombe. A ôma, c'est la tradition de la Rouge-Sang : une fillette fantôme tueuse qui hanterait les couloirs du lycée, la nuit. Une fillette qui tue mais dont la victime pousse ensuite ses camarade à retrouver son corps démembré.

Asuka et ses compagnons de classe sont, comme tous les ados de leur âge, au courant du mythe mais ne se doutent pas un seul instant que la légende puisse être vraie. Pourtant, une nuit, la jeune fille et cinq de ses amis se retrouve dans les couloirs de l'établissement afin de retrouver les membres de l'une de leurs camarades qui vient de leur demander de le faire.

Très vite, Asuka va s'apercevoir que ce qu'elle croyait être une légende est on ne peut plus vrai et qu'elle est destinée, avec ses amis, à revivre la même journée tant que le corps de leur amie n'aura pas été rassemblé. Bon gré mal gré, le petit groupe va se mettre au travail mais chaque la Rouge-Sang fini par les attaquer et les tuer, jusqu'à ce qu'ils reviennent au jour précédant.

Du côté de la forme...


La série King's game (même éditeur) est une série que j'affectionne beaucoup et que je suis avec le plus vif intérêt. Quand j'ai vu ce roman, je me suis attendue au même style avec un mythe devenu vrai, des adolescents plongés dans l'horreur mais surtout du sang partout. J'avais raison.

Au début de ce roman, nous découvrons un mythe, celui de la Rouge-Sang. Il est vrai que les histoires de fantômes m'intéressent toujours beaucoup et j'avoue que mon côté masochiste me fait aimer les mythes du style devenant vrais (à condition que je ne les vive pas, entendons-nous bien). Tout était donc réuni pour que ce roman me plaise mais, en même temps j'appréhendais un peu.

Le problème des romans où il est question de personnages vivant indéfiniment la même journée, c'est le risque de la répétition. Et j'avoue qu'au début de ma lecture c'est comme cela que je l'ai ressenti avec, malgré tout, le sentiment que les personnages comprenaient un peu trop vite ce qu'il leur arrivait du style : "Le chat mort on vient de le revoir se faire tuer, ok, on revit la même journée." Normal quoi...

Et puis, peu à peu, les choses se mettent en place et les personnages évoluent, commencent à trouver des solutions et les répétitions s'amenuisent pour offrir au lecteur une véritable évolution de l'intrigue journée après journée. Je me suis alors totalement laissée embarquée dans l'intrigue avec l'envie d'en savoir toujours plus jusqu'à la fin, et quelle fin !

L'autre point fort de ce roman, mais qui pourra en déranger plus d'un, c'est l'hémoglobine. Les manières dont les personnes se font régulièrement tués sont peu ragoutantes et l'ambiance générale du roman est, avouons-le, plutôt flippante. Mais surtout ce roman apporte une réflexion, au-delà de tout ça, sur les relations humaines et sur les personnalités.

C'est avec beaucoup de talent que l'auteur nous plonge dans son univers et nous empreigne de l'horreur mais surtout qu'il nous fait réfléchir sur les comportements humains et sur les changements qui peuvent s'opérer en chacun de nous face au stress, face à la peur et face à l'adversité. S'il est aisé de juger certains personnages, on ne peut s'empêcher de se demander comment nous agirions à leur place.

En conclusion...


Voici un roman que j'avais très envie de lire mais pour lequel ce n'était jamais le bon moment. Je le regrette car j'ai vraiment passé un bon moment bourré d'angoisse et d'émotions. Malgré la mise en place peut-être un peu rapide de l'intrigue, l'auteur nous plonge dans un mythe devenu vrai et dans nos pires cauchemars jusqu'à la fin dont je ne me suis pas encore remise.
Ce type de roman me semble être très typique du Japon mais j'espère avoir bientôt l'occasion d'en lire d'autres.

1 commentaire:

  1. Pourquoi pas, ça m'a l'air vraiment pas mal, je serai bien tentée !

    RépondreSupprimer