mercredi 20 septembre 2017

La fée noire - Pétronille Rostagnat

La fée noire  - Pétronille Rostagnat

Infos sur le livre

Editions : France Loisirs
Date de publication : 09-2017
Pages : 420
Prix : 15,90€

Résumé éditeur

Versailles, juillet 2000. Trois amies d'enfance, Capucine, Emma et Louise, se retrouvent dans un bar pour fêter les résultats de leur baccalauréat. Autour d'une bière, elles font le pacte d'avoir toutes un enfant avant leurs 30 ans. Comment auraient-elles pu imaginer que cette promesse, en apparence anodine, faite à 18 ans engendrerait la mort de quatre personnes dont l'une d'entre elles ? Douze ans plus tard, le 19 juillet 2012. Capucine reçoit la visite d'Alexane, commandant à la brigade criminelle de Paris. Son ami, Nathan, vient d'être sauvagement assassiné et mutilé dans le parking de la place Vendôme. La lettre P a été gravée sur son annulaire gauche, son sexe a disparu. Cinq jours plus tard, elle reçoit un mystérieux message : Nathan n'est plus. Tu as une seconde chance. P.

Pourquoi ce livre ?

N’ayant pas encore fait mon achat France Loisirs de la saison, je me suis rendue ce vendredi 8 septembre à la boutique de Lyon Part Dieu pour aller à la rencontre de l’auteure.

De quoi est-il question ?

Louise, Emma et Capucine sont amies depuis l’enfance. Depuis l’école maternelle, on les surnomme les trois sœurs et elles s’en revendiquent. Le lendemain de l’obtention de leur bac, à l’heure où elles s’apprêtent chacune à prendre des chemins différents, les amies, un peu éméchées, font un pacte : elles devront toutes avant leurs trente ans être mariées et être devenues maman.

Les années ont passé et toutes ont plutôt bien réussi dans la vie. Seule Capucine n’a pas encore d’enfant, la faute à un compagnon, Nathan, peu à même de devenir père de famille ou même à se marier. Il faut dire aussi que Nathan est un coureur et qu’il n’est pas prêt à renoncer à sa vie de Dom Juan. Et Capucine ignore tout de la double vie de son homme jusqu’où jour où celui-ci est retrouvé assassiné dans un garage, le sexe tranché.

Alexa, une enquêtrice au caractère bien trempé et mère de deux adolescents est mise sur l’affaire. Alors que les effectifs sont réduits pour cause d’une autre tuerie, l’enquête qu’elle s’apprête à mener s’annonce complexe car dénuée de sens, sans indice ni témoin. Lorsqu’un second crime dans la même veine survient, Alexa comprend qu’elle doit agir vite avant que les cadavres ne s’accumulent…

Du côté de la forme…

Je l’avoue, sans doute ne me serais-je jamais penchée sur ce roman si je n’avais pas eu l’opportunité d’en rencontrer l’auteure, une personne passionnée par ce qu’elle fait. Sans doute n’aurais-je pas acheté ce livre non plus si j’avais effectué avant mon achat France Loisirs. Et je serais passée à côté de quelque chose de plutôt sympa.

Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman, je me suis plongée dans son contenu sans avoir le moindre doute de passer un bon moment. Un pacte entre trois adolescentes qui se finit en bain de sang une dizaine d’année plus tard, voilà qui ne pouvait que me plaire entre polar, thriller et téléfilm à l’américaine (ce qui n’a aucune connotation négative pour moi qui en regarde pas mal).

Dès le début de cette histoire, nous découvrons en effet trois femmes qui semblent toutes avoir plus ou moins bien réussi dans la vie mais qui, en réalité, ne sont pas aussi heureuses qu’elles n’y paraissent. L’auteure reprend donc avec émotion ces thématiques de « derrière les murs », du « que savons-nous vraiment de nos proches et de nos voisins ? ». Des thématiques qui font toujours leur petit effet.

D’ailleurs, par le nombre réduit de personnages, l’auteure nous plonge dans une sorte de huis-clos parfois étouffant duquel le lecteur ne sait trop comment se sortir. Dès les premières pages il sait que la réponse est là, sous ses yeux. Dès les premières lignes il a déjà une vague idée de comment tout ça se terminera. Si je n’ai que moyennement accroché à ce procédé (j’aime être surprise de bout en bout) je lui reconnais une originalité à découvrir.

J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure nous offre ses personnages en nous faisant douter d’elles à tour de rôle ainsi que sa volonté de nous présenter une inspectrice à la fois sûre de ses convictions et fragile. Malheureusement, la grande lectrice de polars que je suis ne s’est pas laissée bernée très longtemps. De fait, j’ai assez vite compris où l’auteure voulait m’emmener et quel serait le rebondissement final. Dommage.

Concernant le style de l’auteure, j’ai beaucoup aimé sa plume directe et sans artifices. Elle écrit comme si le monde réel se jouait sous nos yeux et ce travail de langage m’a intéressée et fait du bien. En outre, moi qui aime l’hémoglobine et les trucs bien horribles, je dois dire que j’ai plutôt été servie ! Car l’auteure sait nous offrir une intrigue où la violence est reine mais aussi où cette violence est parfois suggérée. Le gros point fort de l’auteure est cette capacité à nous faire comprendre toute la valeur de son titre au moment seulement où toutes les réponses sont données.

En conclusion…

Voici un roman que je n’aurais sans doute jamais lu si je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer l’auteure et je dois dire que je serais passée à côté d’un bon petit polar bien agréable à lire entre deux lectures moins dures. Le huis-clos oppressant fonctionne et les personnages principaux évoluent avec beaucoup de force. Malheureusement, je n’ai pas su me laisser surprendre par la fin et c’est dommage.

Voici une auteure à découvrir et que je relirai sans doute à l’occasion mais que je ne conseillerais pas trop à tous les amoureux de polars qui voient venir les fins de très loin.

1 commentaire:

  1. J'adore cette couverture, que je trouve délicieusement glauque !

    RépondreSupprimer