jeudi 27 avril 2017

Scarrels - Marcus Malte



Infos sur le livre

éditions : Syros
date de publication : 12-01-2017
pages : 392
prix : 16,95€

Résumé éditeur


Regency. Une cité où l'on ne vit que la nuit, sous l'œil acéré des faucons anges gardiens. Un groupe d'adolescents animé de rêves irréductibles, donc menacé. Des phrases insolites apparues sur les murs, qu'il faut mémoriser avant qu'elles ne s'effacent... pour entrevoir peut-être la possibilité d'un monde meilleur. Un monde où nul n'aurait en tout cas songé à inventer les scarrels.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Syros grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman mais aussi la plume d'un auteur que j'avais envie de lire depuis pal mal de temps.

De quoi est-il question ?

Nous voici à Regency, une cité au coeur d'un monde nouveau où la vie a bien changé : on vit la nuit, et, surtout, le quotidien est mis en oeuvre par des anges protégeant les habitants. Dans ce monde, aller contre la loi est d'un danger sans nom pour le coupable et le rêve n'est plus à l'ordre du jour. Au milieu de tout ça, quelques adolescents rêvent d'autre chose.

En petites réunions secrètes, Luc, Abel, Jona et les autres évoquent des rêves et un monde où le maïs ne serait plus une denrée rare. Mais tout cela reste très sommaire jusqu'au jour où une phrase étrange apparaît sur les murs de la cité. Plus étrange encore, Tommy, un membre de la bande, leur demande de la retenir par coeur et qu'il y en aura d'autres.

Embarqués dans un jeu étrange dont ils ne connaissent ni les prémices ni les aboutissants, les amis vont donc commencer à retenir des suites de mots sans réellement comprendre de quoi il retourne mais tous avide de contribuer à la réalisation d'un monde meilleur tel qu'ils en rêvent depuis toujours. D'autant plus qu'un lourd secret semble planer autour de Regency...

Du côté de la forme...


Cela faisait longtemps que je rêvais de découvrir un roman de Marcus Malte sans véritablement pouvoir vous expliquer pourquoi. Cette lecture et la présence du monsieur aux Quais du polar étaient donc l'occasion rêvée.

Dans son roman, l'auteur nous plonge dans une ambiance étrange pas vraiment définissable. Sommes-nous dans un futur proche ? Un actuel alternatif ? Un onirisme ? Sûrement un peu de tout cela à la fois mais surtout un univers qui n'a pas été sans me faire songer au fameux 1984 de Georges Orwell. Bref, un univers angoissant et oppressant. Un choix que l'on peut saluer en littérature jeunesse.

Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est la force de vivre assez extraordinaire de personnages attachants mais qui, au final, ne sont pas vraiment là pour ça. Ici, les personnages servent un idéal, un rêve et une volonté de voir le monde changer. Une thématique vieille comme le monde qui ici a la force de montrer aux jeunes qu'ils peuvent contribuer à un monde meilleur.

Là où je serais plus mitigée, c'est qu'il m'a été parfois un peu difficile de comprendre les tenants et aboutissants de cette intrigue virant parfois un peu trop à la philosophie. Si l'histoire contient bien un début, un milieu et une fin le manque de rythme et l'impression de ne pas avancer m'a parfois un peu perturbée d'autant que je ne voyais pas où l'auteur voulait en venir.

Si la première partie du roman m'a transportée avec la thématique de l'intrigue et des phrases à retenir, si j'ai aimé cette optique de comprendre un monde pour en retrouver un autre, je n'ai pas trop su où me placer dans la seconde partie avec des réponses qui arrivent en posant d'autres questions mais qui gardent jusqu'au bout un flou artistique assez étrange sur le lien entre Regency et notre monde.

Ce que l'on ne peut nier c'est le style infiniment travaillé, fort et percutant de l'auteur qui sait utiliser les mots et nous les transmettre pour nous offrir de belles réflexions tant sur notre monde que sur nos rêves, tant sur nos politiques et que sur ce que l'on a et que l'on n'apprécie pas assez. Le style est littéraire et emprunt de références pour un ensemble qui serait digne d'être étudié plus en profondeur.

En conclusion...


Voici un roman que j'étais très curieuse de découvrir mais dont je ressors finalement assez mitigée entre une intrigue intéressante, un style fort et un développement duquel j'ai parfois eu le sentiment de décrocher. Voici un roman qui saura faire réfléchir les adultes et les adolescents sur notre monde ou sur ce qu'il pourrait devenir. Voici un roman qui mérite d'être découvert malgré ses quelques lenteurs.
Sans doute lirai-je prochainement un roman hors jeunesse de l'auteur afin de connaître son univers dans un genre différent.

mercredi 26 avril 2017

Elisabeth de la Trinité - Patrick-Marie Févotte



Infos sur le livre

éditions : Salvator
date de publication : 04-02-2016
pages : 128
prix : 14,90€

Résumé éditeur


La vocation d'Élisabeth Catez, fille d'officier et pianiste accomplie, a mûri dans une atmosphère familiale et religieuse qui donne une coloration toute particulière à son cheminement intérieur. C'est la loi de l'incarnation à laquelle notre humanité ne saurait se soustraire. Mais avec quelle audace elle a su sortir des chemins étroits, tout tracés devant elle ! C'est pour mieux nous la faire connaître que cette petite biographie se propose de présenter Élisabeth le plus fidèlement possible en la situant dans son cadre de vie. Croqués sur le vif, les événements les plus marquants de son parcours s'animent alors devant nous et prennent l'allure de tableaux magnifiques où il fait bon admirer le modèle tout autant que l'Artiste qui les a peints. Pour Mgr Minnerath, Élisabeth de la Trinité, dont le pape François a annoncé la canonisation en 2016, est le témoin d'une « vie lumineuse d'union avec le Seigneur, une sentinelle de l'éternité bienheureuse ».

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Salvator grâce auxquelles j'ai eu la chance et l'opportunité de découvrir la biographie de cette religieuse que je ne connaissais pas du tout auparavant.

De quoi est-il question ?


Elisabeth naît à la fin du 19e siècle à Saint-Hilaire au sein d'une famille très emprunte de religion. Dès son plus jeune âge, l'enfant connaît donc les principes de la prière et s'y attache. Très sensible, la fillette se découvre très vite un passion pour le piano pour lequel elle montre bientôt du talent. Mais dès sa première communion, l'enfant sait qu'elle est destinée à servir Dieu.

Mais Elisabeth est aussi une fillette au caractère fort et personne autour d'elle ne veut le croire lorsqu'elle annonce qu'un jour elle sera religieuse. Pourtant, dès sa majorité, Elisabeth entrera au couvent pour y découvrir les secrets de l'amour du Christ et saura franchir les obstacles pour mener une vie certes inattendue mais celle qu'elle voulait...

Du côté de la forme...


Il est impossible de connaître tous les noms de religieux et de religieuses, de connaître ce qui les mena, les uns et les autres, à une vie de prière. Pourtant, de temps à autre, on découvre un de ces noms et il semble important, pour leur faire honneur, de découvrir ce que furent leurs vies.

Le principe de la biographie est un principe bien connu qui fonctionne toujours lorsqu'il s'agit de découvrir quelqu'un qui n'a pas écrit sa propre vie lui-même. Mais ici, l'auteur fait le choix de faire parler Elisabeth comme si elle avait écrit elle-même ce texte et même si je suis assez dubitative sur le principe, je dois bien reconnaître que cela fonctionne plutôt bien.

Ici, nous découvrons deux facettes de la vie d'Elisabeth. D'une part, nous découvrons sa vie effective avec son enfance, son rapport à sa famille et sa passion pour le piano. D'autre part nous découvrons ses valeurs et ses idées avec toute une réflexion sur l'amour, sur le rapport aux autres et, surtout, sur son rapport à la religion avec des idées qui restent inaccessibles à la plupart d'entre nous.

Tout au long de ce texte, nous alternons entre évolution chronologique et évolution spirituelle de la religieuse et il est assez beau d'imaginer qu'une jeune femme de moins de 20 ans puisse avoir de telles réflexions. Et même si on se doute que la parole dans le texte est parfois la parole de l'auteur lui-même, de même que sa pensée, les passages en italique rapportent la parole même d'Elisabeth. Une parole douce et prenante.

En conclusion

Les deux voix se mêlent assez bien et l'ensemble se lit assez bien avec des propos qui ne sont uniquement destinés à une élite. Si les amateurs de spiritualité sauront trouver une réflexion dans ce texte, les amateurs de biographies, comme moi, découvriront la vie d'une jeune femme qui mériterait d'être davantage connue. Un texte que je conseille donc et qui se lit très vite.
Les biographies de religieux sont des textes qui m'intéressent beaucoup et je ne manquerai pas d'en relire dès que l'occasion m'en sera donnée.

mardi 25 avril 2017

Les filles modèles, 4 - Marie Potvin



Infos sur le livre

éditions : Kennes
date de publication : 08-06-2016
pages : 464
prix : 15€

Résumé éditeur


Laura aime Samuel, et celui-ci semble lui rendre la pareille. Alors pourquoi est-ce si difficile pour les tourtereaux de profiter de ces moments de bonheur à deux ? Les embrouilles se succèdent, mais est-ce vraiment la faute de Corentin, de Constance ou même de Marie-Douce ? Laura devra peut-être prendre du recul pour y voir plus clair... De son côté, Marie-Douce vit de bien grandes émotions avec Lucien. Celui-ci reçoit une nouvelle qui changera sa vie de façon déterminante; Marie-Douce sera-t-elle abandonnée par son amoureux ? Entre les deux soeurs, Corentin Coeur-de-Lion ne sait plus où donner de la tête. Vivre avec les filles modèles n'est jamais de tout repos !

Pourquoi ce livre ?


C'est en juin dernier, jour de sa sortie, que je me suis offert ce roman sans trouver pour autant le temps  de le lire avant de ne voir annoncée la sortie du tome 5.

De quoi est-il question ?


Laura est amoureuse de Samuel et Samuel ne semble pas être insensible lui-même au charme de Laura. Marie-Douce, de son côté, est toujours aussi amoureuse de Lucien et fait tout pour passer un maximum de temps avec lui. Mais alors que les deux semblent pouvoir vivre, enfin, de parfaites idylles, rien ne va être aussi simple et tout va même très vite se compliquer.

Car à l'adolescence, rien n'est simple. Une peine de coeur peut sembler être la fin du monde et une petite querelle peut attiser toutes sortes de rancoeurs. Alors, lorsque de vraies complications surgissent telles qu'un déménagement important ou une trahison, tout se précipite et celui qui en pâtira le premier pourra bien être l'amour lui-même...

Au nom de leur sororité et de l'affection sincère qu'elles éprouvent l'une pour l'autre, Laura et Marie-Douce devront faire preuve de courage et de détermination pour s'assurer de ne pas voir leur petit monde voler en éclat. D'autant qu'entre un Corentin, une Alexandra et les autres, les choses pourraient bien se compliquer encore davantage.

Du côté de la forme...


Depuis que j'ai eu la chance de découvrir cette série, je dois avouer que j'y suis accro. Ce n'est d'ailleurs qu'en voyant la suite annoncée de la saga que je me suis plongée dans le précédent (une angoisse de ne pas pouvoir me plonger immédiatement dans la suite sans doute).

Dans ce roman, nous retrouvons donc Laura et Marie-Douce qui ont bien changé depuis le début de leurs aventures. Laura s'est adoucie tendis que Marie-Douce a gagné en grâce et en maturité. Depuis le tome 1, elles ont tout simplement grandi et j'ai été particulièrement touchée par la tendresse qui ressort de leur nouvelle relation.

Nous sommes ici dans un tome très "fifille" de "je t'aime moi non plus" en version ado où chaque sentiment ou obstacle devient quelque chose de terrible. Je ne suis pas forcément adepte de ce type de "drames" et n'ai jamais fait partie de ce type d'ados mais, pour autant, il faut reconnaître que l'auteure sait y faire et n'a aucun mal à nous entraîner avec elle dans la vie de ses deux héroïnes.

Comme toujours depuis le début de cette série, nous sommes plongés ici au coeurs des tourmentes d'adolescents et même si parfois l'émotion est belle et bien présente, la légèreté de l'ensemble fait beaucoup de bien. Une légèreté accentuée par deux héroïnes aux caractères bien à elles qui tour à tour nous font rire, pleurer et trépigner.

Mais le gros point fort de ce roman reste le style de l'auteur qui sait parler le langage ado pour les ados et qui nous entraîne dans un univers où elle se fait plaisir. Un style où la langue québécoise nous fait juste du bien à nous européens avec des expressions qui nous font sourire parfois mais qui, la plupart du temps nous offre un voyage très agréable.

En conclusion...


Voici un tome que j'avais hâte de pouvoir découvrir et avec lequel je me suis énormément fait plaisir à retrouver deux héroïnes qui savent me toucher et m'agacer. Voici un tome que j'ai dévoré malgré son thème un peu moins significatif pour moi : l'amour chez les ados. Voici un série à conseiller à toutes les adolescentes avides d'histoires de filles fortes en émotions.
Hâte hâte hâte d'avoir le prochain volet entre les mains !

lundi 24 avril 2017

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (147)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer mes différentes lectures de la semaine dernière. Une semaine complexe rythmée par des repas de famille et mon implication au sauvetage de Cogolin, Fleur Sauvage et Caïman donc une semaine où je n'ai que peu lu mais tout de même.

- Ce que j'ai lu la semaine dernière

La promesse par [Cham, Cédric]

- Ce que je lis en ce moment


- Ce que je lirai ensuite


Et voilà pour moi cette semaine.
Et vous ? Quelles sont vos lectures du moment ?

dimanche 23 avril 2017

In my mailbox (202)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et il est l'heure pour moi de vous montrer les petits nouveaux arrivés à ma maison ces derniers jours. Une semaine relativement raisonnable mais avec une qualité qui me met des étoiles dans les yeux !

Driven Saison 5 Slow flame par [Bromberg, K]Follow me - tome 1 Seconde chance Episode 1 par [Hana, Fleur]Récidive par [Delzongle, Sonja]
Le Retour de Jules par [Van Cauwelaert, Didier]A sa place par [MORGAN, Ann]

Et voilà pour moi cette semaine.
Et vous ? Quels nouveaux amis sont arrivés dans vos pals ?

samedi 22 avril 2017

Interview - Gilles Caillot pour "La couleur des âmes mortes"

Afin de sauver les éditions du Caïman et de faire revenir sur le devant de la scène ce roman que j'avais particulièrement aimé, merci à Gilles Caillot d'avoir accepté de répondre à quelques questions autour de son livre La couleur des âmes mortes.

Image result for gilles caillot

- Peux-tu te présenter aux lecteurs qui ne te connaissent pas ?
- Déjà Bonjour à tous ceux qui vont lire cette interview. 50 ans, père de famille nombreuse, ingénieur de formation et Directeur de projets informatiques je vis encore en région Lyonnaise. La passion de l’écriture m’est venue il y a 11 ans lors de la lecture de la trilogie de Maxime Chattam. J’y ai tellement retrouvé mon univers : noir, glauque, violent et percutant. Lorsque j’ai tourné la dernière page de cette œuvre majeure (pour moi, en tout cas), je me suis dit que je ne pouvais pas en rester là, que je devais rechercher à nouveau cette sensation, cette adrénaline qui avait coulé à flot lors de cette lecture enthousiasmante. J’avais déjà écrit quelques nouvelles d’horreur, élaboré plusieurs scénarios pour de la BD, je me suis donc lancé dans l’écriture avec une envie forte de retrouver ce shoot ! Depuis, j’ai écrit plusieurs romans : La quadrilogie (ou tétralogie) Zanetti, composée de L’ange du mal, Réminiscence, Immondanités et des ailes arrachées des anges. C’est un cycle très violent et très sanglant. Bas-fonds, one shot terrifiant Lignes de sang, thriller sur fond de virtualité qui a remporté le prix Intramuros 2013, L’apparence de la chair, thriller psychologique qui a remporté le prix Français des Balais d’or ; La couleur des âmes mortes, drame psychologique sur la thématique de la vengeance.  

- Comment t'es venue l'idée de ce roman ?
- Père de 6 enfants, j’ai toujours eu peur des drames, des enlèvements, des viols sur mineurs. Les prédateurs courent les rues. Il n’y a pas un mois qui se passe sans qu’il n’y ait une affaire de ce type. J’ai donc imaginé le pire. Et si cela m’arrivait, que ferais-je ? Si la vie du tueur d’un de mes enfants était entre mes mains, jusqu’où irais-je pour assouvir ma vengeance. C’est donc ces sensations, ces ressentiments très charnels, viscéraux, que j’ai voulu éclairer dans ce livre. Un concentré d’émotions au cœur de cette tragédie.

- Dans ce roman, tu t'interroges sur la thématique de la vengeance et sur ce que chacun est prêt à faire pour se venger...
- Effectivement. Comme je l’ai dit plus haut, c’est le fond du roman. La vengeance. La nécessité de trouver un but dans sa vie brisée. La vengeance pour effacer la douleur, la vengeance pour absoudre le mal. Mais… le permet-elle vraiment ? Ne s’enfonce-t-on pas encore plus bas, dans des tréfonds plus noirs et douloureux ?

- Tu traites également de sujet tabous tels que la maltraitance infantile, la pédophilie...Comment as-tu fait pour travailler sur ces sujets difficiles ?
- Je n’ai pas peur de me lancer dans des sujets délicats. D’ailleurs, pour moi, il n’y a pas de tabou. Un livre, en complément d’être un compagnon d’évasion est aussi là pour permettre de se poser les bonnes questions, des questions sur la noirceur de l’Homme. La société pullule de drames, de choses horribles qui font réfléchir. C’est donc sans arrière-pensée que je me suis lancé avec un seul objectif : aller creuser au plus profond, sentir la douleur, le mal, y goûter presque, tout en tentant de rester à la surface. Mais l’exercice n’est pas simple… on a vite fait de boire la tasse dans cet océan de tourmente.  


- Tes personnages vont souvent là où on ne les attend pas avec un renversement entre victime et bourreau...
- C’est ce qui est passionnant. Chacun porte en lui une part d’ombres, une noirceur bien cachée. On serait dupe de penser qu’une personne est toute lisse ou est le grand gentil d’un dessin animé. L’aspect psychologie est très important pour moi et souvent, lorsqu’on creuse ses personnages, on les découvre en profondeur : les facteurs d’empathie mais aussi les autres… bien moins sympathiques. D’autre part, le côté twist d’un thriller est très important, faire naviguer le lecteur entre deux eaux, lui retourner le cerveau et lui mettre une grande claque dans la figure. C’est plutôt jouissif. D’ailleurs, en  tant que lecteur, j’adore quand un auteur arrive à me scotcher à la fin d’un roman.

- Comment as-tu travaillé la multiplicité des points de vue ?
- Je voulais un roman fort en émotions car le thème le nécessitait. J’ai d’abord travaillé sur la mère et le père. Je voulais faire ressentir au lecteur leur douleur, leurs émotions, le faire réfléchir sur la situation abominable que le couple vivait. J’ai donc opté au départ pour un roman choral à 2 voix. Puis, lors de l’écriture, je me suis dit que le point de vue du pédophile serait intéressant à explorer et que finalement le ressenti du père était très proche de celui de la mère. J’ai donc changé les choses pour ne garder que la mère et le pédophile en caméra interne.

- Connaissais-tu la fin de ton roman dès le début de l'écriture ou l'idée est-elle venue au fur et à mesure ?
- Comme tout roman psychologique, il est capital de connaitre la fin pour poser les rouages aux bons endroits et faire en sorte d’attirer le lecteur au centre de la toile qu’on a tissé. J’avais donc la fin en tête dès le début du roman.

- Un nouveau roman est-il prévu ?
- Oui. Il est en cours d’écriture. J’ai dépassé les deux tiers du roman mais la finalisation prend  beaucoup de temps du fait d’un « temps d’écriture » trop faible. Activité professionnelle trop intense ! J’espère,en tout cas, le terminer cette fin d’année car je sais que mes lecteurs attendent mon prochain opus avec impatience. « Je te hais » sera un thriller psychologique, qui trouve ses racines dans le passé et se déroule sur un fond d’enquête de dévoreur d’enfants. 

- Souhaites-tu ajouter quelque chose ?
- Je voudrais remercier tous mes lecteurs. Ils me soutiennent, me suivent depuis des années et me donnent une incroyable énergie pour continuer. Ecrire demande beaucoup de sacrifices, implique beaucoup de souffrance et de frustration. Sans leurs encouragements, j’aurais arrêté depuis belle lurette. Merci à vous tous. Vraiment. 

Retrouvez ma chronique du roman ici :