mercredi 18 juillet 2018

Les grillons du fournil - Josette Boudou



Infos sur le livre

éditions : De Borée
date de publication : 17-05-2018
pages : 496
prix : 13,50€

Résumé éditeur


En se mariant avec Antonin, Antonia épouse aussi une vocation : boulangère. Femme de coeur et de tempérament, elle apprend vite son nouveau et dur métier, accompagnée la nuit par le chant inattendu des grillons, ce chant qui rythme le quotidien du fournil et fait écho à la vie simple et heureuse du jeune couple. Mais la Grande Guerre vient bouleverser ce fragile équilibre... Si elle pensait souvent à sa famille, jamais ne lui venait aucun regret, aucune amertume de sa condition, pourtant dure et laborieuse, de femme de boulanger.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions De Borée grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman d'une auteure que je n'avais pas lu depuis longtemps, réédité dans une version magnifique

De quoi est-il question ?


Au début du 20ème siècle, Antonia fait un mariage d'amour avec Antonin, un boulanger réputé. Bien qu'elle n'y connaisse rien à la boulange, la jeune femme apprend très vite à manier la farine, à vendre le pain et à entendre le chant des grillons, le matin, sortant du fournil. Une vie de labeur mais dans laquelle Antonia est heureuse et donne avec joie naissance à ses enfants.

Au fournil, Antonia est au coeur du village et voit circuler autour d'elle autant la famille de son époux que les habitants qui, jour après jour, viennent quérir son pain. Et même si la vie n'est pas toujours facile, chacun mène son chemin avec fierté et courage. Mais la première guerre mondiale est proche et le monde est sur le point de basculer.

Son mari éloigné d'elle, Antonia reprend en main l'affaire familiale et tente envers et contre tout de préserver une vie décente pour ses enfants. Pourtant, bientôt, les vivres viennent à manquer, l'argent aussi, les nouvelles revenant du front sont de plus en plus funestes. Antonia devra alors faire preuve de courage pour encore espérer un avenir meilleur...

Du côté de la forme...


Cela faisait un bon moment que je n'avais pas lu de roman de Josette Boudou et si j'ai craqué pour celui-ci c'est bien avant tout pour sa couverture. L'occasion, enfin, de vous reparler de cette auteure était un plus non négligeable.

Avec cette auteure, autant le dire, nous sommes dans du terroir en bonne et due forme : découverte d'un métier historique, première guerre mondiale dans le viseur, femme que le cadre historique va faire évoluer. Et il est vrai que, lorsque l'on aime le genre, il est toujours agréable de retrouver ce genre d'univers. Et ici, j'ai aimé découvrir le fournil tel qu'il était à l'époque.

Car c'est là ce qui fait le charme du terroir comme je l'aime, la découverte d'une ambiance que l'on imagine mais que l'on ne connait plus. Et ici, j'ai eu un immense plaisir à retrouver l'âme du métier de boulanger, j'ai respiré la farine, ai entendu les grillons et ai ressenti la chaleur du four. J'ai aussi beaucoup appris sur ce métier qui, plus qu'un métier, était en vérité un mode de vie.

Antonia est une jeune femme qui m'a beaucoup touchée. Très ancrée dans son époque, elle aime sa famille et surtout ses enfants, est prête à tout pour eux et sera prête plus tard à faire entendre ses idées lorsqu'elle sera face à l'injustice et aux rancoeurs. Une image de femme comme on les aime dans ce type d'histoires, une histoire de vie à travers les grands damnes de l'histoire.

Il est vrai que, pour ce qui est de l'histoire et de l'intrigue, nous retrouvons les thématiques communes et une évolution du roman sans grande surprise. Mais il est toujours agréable de suivre une famille telle que celle d'Antonia et ici le florilège de personnages donne le sentiment de faire soi-même partie de ce village et de la vie de cette femme courage.

Je n'avais que peu de souvenirs de l'écriture de Josette Boudou mais pour être honnête je ne me rappelais pas cette écriture si précise tant pour ce qui est du cadre que pour ce qui est de l'émotion. Car c'est bien ce genre d'écriture que j'ai redécouvert ici avec beaucoup de tendresse. Car l'auteure a la passion de ce qu'elle nous raconte et nous transmet simplement son amour pour ses personnages.

En conclusion...


Voici un roman qui me tentait énormément et que je suis juste ravie d'avoir pu lire avec toute la passion originelle que j'ai pour les romans du genre. Voici un roman qui a su me toucher et dans lequel je me suis plongée à corps perdu. Voici un roman classique mais qui fait du bien et que je conseillerais bien à tous ceux qui souhaiteraient découvrir le genre.
J'espère bien ne plus rester aussi longtemps sans vous parler d'un roman de l'auteure.

mardi 17 juillet 2018

Tortues à l'infini - John Green

Tortues à l’infini par [Green, John]

Infos sur le livre

éditions : Gallimard
date de publication : 10-10-2017
pages : 352
prix : 21€

Résumé éditeur


Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s'empare d'elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d'un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l'enquête, et trouver en chemin d'autres mystères et d'autres vérités...

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Gallimard grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'un auteur qui a fait beaucoup de bruit et dont le nouvel opus était plutôt tentant.

De quoi est-il question ?


Aza est une jeune fille qui, en apparence, aurait tout pour être heureuse. A 16 ans, elle a une meilleure amie avec qui elle partage tout et une mère avec laquelle elle n'est pas si souvent en conflit. Mais Aza est aussi une jeune perturbée qui estime que tout corps étranger à son propre corps et qu'elle pourrait ingérer pourrait la conduire à sa mort.

Et puis un jour, le père de Davis, un garçon qu'Aza a rencontré quelques années plus tôt, disparaît. Une forte récompense est promise. Pour Daisy, l'amie d'Aza, et cette dernière, voilà enfin un bon moyen de gagner de l'argent. Un argent qui pourrait bien leur rendre service pour payer leurs futurs droit d'entrée à l'université dans un pays où les études supérieures sont loin d'être données.

Malgré ses doutes et ses peurs, Aza va donc se laisser entraîner dans l'aventure et découvrir avec Davis que l'on ne contrôle pas toujours ses sentiments. Mais comment imaginer le bonheur lorsque chaque contact semble être un danger mortel ? Lorsque chaque flot de pensées laisse imaginer qu'une inattention et le monde peut basculer.

Du côté de la forme...


J'ai, comme beaucoup, découvert John Green avec Nos étoiles contraires. Découvrir son nouvel opus était donc une chance même si c'est avec quelques appréhensions que je me suis plongée dans cette lecture. Il faut dire que beaucoup d'avis étaient plutôt mitigés et en effet...

Dès le début de ma lecture, et cela m'arrive plutôt rarement, j'ai senti que quelque chose ne "collait" pas. Je n'arrivais pas à entrer dans cette histoire, ni à m'attacher aux personnages et encore moins à me passionner pour l'intrigue. Pourtant, tout ce petit monde est plutôt bien construit et ça aurait pu marcher mais sans doute l'auteur en fait-il trop.

Surfant sur la vague de son succès avec des jeunes atteints de cancer, John Green reprend ici le thème de la maladie avec, cette fois, une maladie mentale. Pourtant, cette fois, la sauce n'a pas pris. Sans doute parce que malgré le fait que cette maladie doit être invivable, j'ai eu le sentiment d'une certaine complaisance dans son mal-être de la part d'Aza.

Parce que Aza est malade, certes, mais elle n'en fait aussi qu'à sa tête refusant même de prendre ses médicaments puisqu'ils sont corps étrangers qui pourraient la rendre malade. Un cercle vicieux mais duquel la jeune fille ne semble pas vouloir sortir. Et tout un roman où l'héroïne ne voit rien d'autre que sa petite personne, cela m'a très vite agacée.

L'auteur pourrait se rattraper par l'intrigue elle-même sauf que oui mais non. Car l'intrigue elle-même qui pourrait être le moteur du roman apparaît finalement comme un prétexte, un prétexte mal exploité parce que, au final, il ne se passe pas grand-chose. En fait, je dirais que je n'ai pas vraiment saisi l'intérêt de l'intrigue elle-même : la disparition du père.

Heureusement, j'ai eu le plaisir de retrouver dans ce roman le style de John Green et sans doute est-ce grâce à celui-ci que je n'ai pas abandonné ma lecture. Même si Aza m'a agacée, l'auteur a su me la rendre vivante et à me donner envie de poursuivre pour savoir comment tout cela allait se terminer. Dommage que l'idée n'est pas été mieux exploitée.

En conclusion...


J'étais avide de découvrir ce roman mais, manque de chance, ce n'est pas passé avec moi. Tout était prometteur pour cette histoire mais l'héroïne m'a trop tapé sur les nerfs et l'intrigue n'a pas été suffisamment bien exploitée. C'est dommage. Le point positif, c'est que l'auteur nous invite à découvrir une maladie terrible et pourtant inconnue.
J'ignore si je continuerai à lire les romans de cet auteur à l'avenir. A voir...

samedi 14 juillet 2018

Christine Souchon et Geneviève Deliperi à St Etienne (16-06-2018)

Salut à tous,

Ce samedi 16 juin, la Librairie de Paris à Saint-Etienne accueillait deux auteures publiées dans de petites maisons d'édition et c'est avec la plus grande joie que je m'y suis rendue afin de renouer avec mes premières motivations du blog : la découverte d'auteurs inconnus au bataillon qui mériteraient un peu plus de notoriété.



Parler ici d'auteurs peu ou pas connus est pour moi d'une importance capitale. L'important étant aussi pour moi, dans la mesure du possible, d'acheter leurs romans aux auteurs concernés. C'est ce que j'ai fait ce samedi en faisant l'acquisition de deux titres me tentant énormément :

 Les arcs-en-ciel de l'ombre
Christine Souchon


Le silence du maître
Geneviève Deliperi

Et comme il se doit pour le blog, voici les photos d'usage en souvenir de ces deux très belles rencontres où les auteurs m'ont parlé de leurs livres mais aussi de ce qu'elles aimaient en littérture, toujours quelque chose qui compte pour moi.

Christine Souchon

Geneviève Deliperi

Et voilà pour cette petite après-midi comme je les aime avec toutes mes félicitations pour la Librairie de Paris qui sait partager avec ses clients sa passion de la littérature.

André Buffard à Saint-Etienne (15-06-2018)

Salut à tous,

Ce vendredi était invité à la Librairie de Paris à Saint-Etienne pour la sortie de son tout premier roman Maître André Buffard, ténor du barreau de Saint-Etienne.

 

Ayant eu la chance de découvrir le dit roman en avant-première (voir ici) j'avais donc très envie d'aller échanger quelques mots avec son auteur.

L'expérience aidant, je pense être une personne plutôt à l'aise lorsqu'il s'agit de parler littérature et d'échanger avec des auteurs. Or, là, je dois bien dire que j'ai été plutôt impressionnée, très impressionnée même ! On le serait à moins...

Après avoir attendu pas mal de temps (et ce pour plein de raisons), je me suis finalement décidée à aller me faire dédicacer un exemplaire de ce nouveau roman (me faire dédicacer des ENC étant quelque chose que je me refuse de faire).


 Pour répondre à la question, oui, le pari est réussi.

Je n'ai pas eu le courage de demander à l'auteur une photo pour le présent article mais soyez sûr que je n'y manquerai pas la prochaine fois qu'il sera présent ici ou là pour une séance de dédicace.

Pour des raisons très personnelles cette rencontre m'a particulièrement touchée et m'a fait réfléchir, me donnant envie de vous engager, vous aussi, à aller découvrir ce roman bien différent de tout ce que l'on peut connaître. 


Une rencontre hors du commun pour la blogueuse et la femme que je suis et qui me restera longtemps en mémoire...


Pétronille Rostagnat à F. Loisirs St Etienne (16-06-2018)

Salut à tous,

Ce samedi était invitée au France Loisirs de Saint-Etienne une auteure que j'ai eu la chance de rencontrer pour la première fois il y a quelques mois, Pétronille Rostagnat.
Ayant été plutôt charmée par le premier roman de la dame, je n'ai pas hésité longtemps avant de me décider à acquérir celui-là et à aller rencontrer cette auteure prometteuse telle que j'aime en découvrir.

Samedi après-midi, vers 16h, direction donc la boutique où je retrouve mes coupines libraires, l'une des raisons qui fait que j'aime tant cette boutique France Loisirs. Et quelques instants après moi, Pétronille arrive.

Merci Cathy pour la photo !

Nous discutons un moment puis il est bien sûr l'heure du moment en or : la dédicace de la nouveauté de la dame que j'ai juste tellement envie de découvrir afin de vous en parler ici le plus vite possible. Tout ça arrosé d'une délicieuse eau fruitée Kusmi Tea (le graal des amateurs de thé)

 Hein qu'il est beau ?

Et ce genre de dédicace, ça me fait toujours tout chose...

Pétronille, ça me fait super plaisir de t'avoir revue et je pense savoir par quelle lecture je vais commencer tout bientôt mes vacances !

Merci encore les filles (Cathy, Nathalie, Geneviève) pour ce super moment passé ensemble et pour le coeur que vous mettez à la vie de France Loisirs !

Table ronde jeunesse à l'Usine

Salut à tous,

Ce samedi 16 juin au matin, j'ai eu la chance immense de pouvoir assister à une rencontre hors du commun, orchestrée par une librairie hors du commun et animé dans des conditions totalement exceptionnelles telles qu'il était unique d'en voir.

La librairie, c'est celle des Croquelinottes, une librairie indépendante jeunesse de Saint-Etienne à la fois totalement belle, attachante, mignonne et pleine de charme. Une librairie née et vivante grâce à ses trois libraires d'exception qui vivent la littérature jeunesse et qui sauront la faire aimer à quiconque franchira leur petit monde hors du temps.

Résultat de recherche d'images pour "croquelinottes"

La rencontre, c'était l'invitation totalement dingue de trois pointure en matière de littérature de jeunesse, trois auteurs qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie, des auteurs qui gagnent à être relus, des auteurs qu'il convient de suivre ouvrage après ouvrage : Jean-Claude Mourlevat, Clémentine Beauvais et Thimotée de Fombelle.



Les circonstances, c'était une animation de la table avec des interviews, des jeux pour le public, des jeux pour les auteurs par les élèves de quatrième du Portail Rouge. Et là, je dis chapeau à tous ces ados qui ont vraiment géré ! Ils ont géré leur sujet, ils ont géré leur animation, ils ont géré leur rôle. Et avec brio il faut bien le dire ! Chapeau aussi aux enseignants qui ont permis tout ça !

Résultat de recherche d'images pour "collège portail rouge"

La rencontre s'est bien entendue terminée par une belle séance de dédicace où je me suis bien sûr fait plaisir. L'occasion était trop belle de pouvoir faire l'acquisition d'un livre de chacun d'eux avec une belle dédicace à l'issue. Et quand ces trois pointures te reconnaissent, c'est juste un bonheur et une fierté sans nom.

 Jean-Claude Mourlevat

 Clémentine Beauvais

 Thimotée de Fombelle

Cette matinée a eu pour tous un caractère exceptionnel qui, je crois, a fait beaucoup de bien à tous ceux qui étaient présents que ce soit les élèves qui ont pu voir le résultat de leur travail, que ce soit le public qui a passé un superbe moment ou que ce soit les auteurs qui ont vécu une rencontre comme, probablement, ils n'en avaient jamais vécu.

vendredi 13 juillet 2018

Fleurs captives - Virginia C. Andrews

Coffret Fleurs captives  - Virginia C. Andrews<sup>®</sup>

Infos sur le livre

éditions : France Loisirs
date de publication : 1981
pages : 485
prix : dans coffret à 45€

Résumé éditeur


Découvrez l’histoire de ces quatre enfants séquestrés dans un immense et ténébreux grenier, avec juste de quoi subsister. Pour quelques semaines seulement, leur a-t-on dit… Alors, pour oublier, ils font de ce grenier le royaume de leurs jeux et de leurs rêves, le refuge secret de leur tendresse, à l’abri du monde. Mais les semaines deviennent des mois, des années… et le grenier, un enfer pour ces enfants, devenus adolescents, qui se découvrent des haines et des désirs d’adultes. Leur seul rêve est désormais de s’évader… à n’importe quel prix.

Pourquoi ce livre ?


Après avoir vu le téléfilm et lu une première fois ce roman en anglais, j'ai profité du coffret France Loisirs pour me ré-offrir cette lecture, cette fois en français.

De quoi est-il question ?


Fillette, Cathy avait tout pour être heureuse et notamment un père qu'elle chérissait plus tout. Si elle avait eu du mal à les accepter dans sa vie, elle aimait à présent les jumeaux, ce petit frère et cette petite soeurs braillards à souhait. Evoluant au sein d'une famille bourgeoise où elle pouvait avoir tout ce qu'elle souhaitait, rien ne semblait pouvoir nuire à son bonheur.

Mais un soir, alors que tout est prêt pour fêter l'anniversaire du père, la nouvelle tombe : celui-ci est décédé dans un accident de voiture. Le choc passé, la famille doit se relever et Corinne, la mère qui n'a jamais travaillé, annonce un jour qu'ils vont tous aller vivre chez ses parents, une belle et grande demeure. Lorsque son père sera mort, ils toucheront un gros héritage qui leur rendra leur vie.

Confiants, les enfants suivent leur mère jusqu'à la froide bâtisse. Ils y découvriront une grand-mère qui ne voit rien d'autre en eux que les enfants du diable. Et alors que Corinne tentera de regagner l'amour de son père, les enfants, eux, devront rester cacher dans une chambre de l'aile nord. Ce devait être pour une nuit, quelques jours, cela durera des années...

Du côté de la forme...


Pour une raison qui m'échappe, j'éprouve pour cette série une attraction indéfinissable et, je le reconnais, presque malsaine. Pour changer de mes lectures plus "faciles" j'ai donc eu envie de me replonger dans cette histoire pour, enfin, découvrir le vrai texte en français.

Bon, quand vous connaissez tous les éléments d'une histoire avant même de débuter un roman, il est certain que vous ne l'ouvrez pas de la même manière. Et en effet, sachant ce qu'il allait se produire à chaque étape du récit c'est dans un état d'esprit bien différent de celui de la première découverte mais, face à l'horreur du texte, sans plus de facilité.

Au cours de ma lecture, j'ai donc retrouvé toute l'émotion que j'avais déjà pu éprouver pour les enfants, toute la crainte qu'inspire la grand-mère et tout le dégoût qu'inspirera la mère peu à peu. Mais pour ne pas vous spoiler, je ne vous en dirai pas plus. Sachez simplement que la tension montera au fil des pages pour finalement révéler des visages et aller toujours plus loin dans l'horreur.

Ce roman est un huis-clos. Placé du point de vue de Cathy, le lecteur va rester enfermer avec elle dans la chambre tout au long de l'histoire. On pourrait imaginer qu'un tel huis-clos pourrait provoquer l'ennui mais il n'en est rien car l'auteure parvient à provoquer une succession d'événements qui font que chaque page est différente de celle d'avant, que le lecteur ne souhaite fermer le roman de peur de laisser les enfants.

Mais ce roman est surtout un roman qui, malgré son côté déjà un peu daté, ne manque pas de nous faire réfléchir sur notre monde que ce soit à propos de la religion aveugle et que ce soit, comme le dira la morale du roman, sur le pouvoir de l'argent. Rien n'a beaucoup changé depuis les années 1980 et il est terrible de constater que l'humain est ainsi fait qu'il est capable du pire au nom de son aveuglement.

Pourtant, cette fois, j'ai entrevu dans cette histoire un côté dont je n'avais pas pris conscience : le caractère en effet pourri des enfants, surtout les jumeaux, habitués à ce que l'on cède à leurs moindres caprices. Certes ces enfants connaîtront l'horreur absolue mais je n'ai pu m'empêcher de penser aussi qu'il s'agissait d'enfants élevés dans l'opulence et refusant toute frustration. Terrible mais bien révélateur de la suite.

Virginia Andrews fait partie de ces auteures au style inimitable qui vous propulsent dans son intrigue sans que vous n'ayez la possibilité d'en sortir. Des émotions en tous genres sont au rendez-vous de la peine à la colère en passant par le dégoût et la crainte. Et ici plus que tout l'auteure parvient à nous faire réfléchir sur notre monde tout en allant loin, loin très. Très loin, certes, mais on y croit jusqu'au bout !

En conclusion...

Voici un roman dont je connaissais déjà tout le développement mais que j'ai apprécié de pouvoir redécouvrir, ce roman étant de ceux où l'on découvre un nouvel élément à chaque fois que l'on s'y replonge. Voici un roman qui ne peut laisser insensible et qui change de tout ce que l'on peut connaître dans le domaine de la littérature. Voici un roman qui fait mal mais qu'il convient de connaître.
Je vous parlerai très prochainement de la suite de ce roman dans laquelle je compte très vite me plonger.

jeudi 12 juillet 2018

Promenade dans mon Auvergne - Daniel Brugès



Infos sur le livre

éditions : De Borée
date de publication : 12-07-2018
pages : 125
prix : 22,90€

Résumé éditeur

Un carnet tout en nuances pour célébrer les visages variés des quatre départements de l'auvergne : allier, cantal, haute-loire et puy-de-dôme. Avant tout, le reflet d'émotions, guidées par les mots et les aquarelles d'un créateur auvergnat passionnée qui sait, mieux que quiconque, "promener son regard" parmi les richesses d'ici.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions De Borée pour cette très belle surprise. L'occasion pour moi de vous parler, enfin, de cet auteur incontournable de la maison d'édition.

Mon avis...

L'Auvergne... Cette région si belle, si profonde et si riche ! Cette région qui a cette force incroyable de nous adopter et ne plus nous laisser partir une fois qu'on y a mis les pieds. Cette région que l'on croit connaître parfois mais qui recèle de mystères et de surprises cachées. Cette région que j'ai eu le bonheur de découvrir et qui a aussi effectué, sur moi, son pouvoir de poésie...


Je ne vous avais jamais parlé ici de Daniel Brugès car il est vrai que les beaux livres ce n'est pas forcément ce que je maîtrise le mieux. Et je dois bien avouer que cette fois encore, bien qu'ayant été émerveillée par l'ouvrage que j'ai eu entre les mains, je suis bien en difficulté de vous en parler...

La première chose à dire à propos de cet ouvrage, c'est l'amour inconditionnel que l'auteur éprouve pour sa région, un amour sans faille qu'il parvient à nous transmettre avec beaucoup de tendresse et de poésie. A la manière d'un guide touristique, l'auteur nous invite à découvrir les quatre département d'Auvergne tout en nous donnant envie de nous y rendre nous-mêmes.

Le Puy-en-Velay

Moulins

Pour ne pas trop vous spoiler ces sublimes aquarelles, il m'aura fallu faire un choix drastique mais je ne pouvais pas ne pas vous en montrer quelques unes. Admirez la magie du détail, la magie de la couleur. Une belle source d'émotion lorsque l'on connaît les lieux, une envie démesurée de s'y rendre lorsqu'on ne les connaît pas.

Et c'est avec cette même passion, ce même talent, que l'artiste nous invite à découvrir ce qui fait le charme de sa région, au-delà de ses décors : la faune, la gastronomie... Nous pourrions parfois avoir le sentiment de regarder des photos. Nous plongeons dans l'ouvrage à corps perdu, le feuilletons, toujours à même de faire une nouvelle découverte et de s'immerger dans cette beauté.



Je l'avoue, au fil de ma découverte, j'ai frissonné, je me suis attendrie et me suis laissée portée avec, tout de même, ce sentiment de fierté lorsqu'au détour d'une page j'ai eu la chance de découvrir une aquarelle me plongeant la tête la première dans ce qui me touche. Des villes, certes, mais aussi tout ce qui touche à la tradition musicale de l'Auvergne.

Alors lorsque l'artiste accorde sa part d'importance à ce que vous ne connaissez que trop bien, à ce qui vous touche, à ce qui fait que VOUS vous aimez l'Auvergne, ce n'est que du bonheur. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce seront le genre de détails qui ne vous donneront qu'envie de découvrir un peu plus pourquoi, une fois qu'elle vous tient, l'Auvergne ne vous lâche plus.


La danse traditionnelle auvergnate, ce n'est que du bonheur ! C'est l'une des raisons premières pour lesquelles, moi, j'aime l'Auvergne ! Alors cette aquarelle ne me donne qu'envie de plonger dans le dessin pour danser un peu moi aussi...

Car c'est bien là la force de l'artiste, celle de nous rendre vivantes des illustrations, celle de nous faire découvrir par la poésie des couleurs et des traits, la poésie d'une région qui, quoi qu'en diront les parisiens, est une région bien vivante qui sait faire vivre son histoire. Et bien que le labeur derrière l'ouvrage soit évident, il est merveilleusement masqué par toute la poésie en apparence facile qui s'en dégage.

En conclusion...

Voici un ouvrage que je ne pensais pas découvrir mais grâce auquel j'ai finalement été totalement émerveillée et qui m'a donné envie de passer des heures dans cette belle région d'Auvergne à la découverte de tout ce que l'artiste nous présente ici. Et si vous ne connaissez pas cette, notre, belle région, n'hésitez pas à en découvrir un aperçu ici, à venir la découvrir vous-même.
Mais l'Auvergne est si riche, si grande, que tout n'a pas forcément pu être montré ici. J'espère donc que l'artiste prévoira un deuxième volet de promenades.

mercredi 11 juillet 2018

Un petit chat égoïste - Audrey Bouquet et Fabien Öckto Lambert



Infos sur le livre

éditions : Langue au chat
date de publication : 21-09-2017
pages : 28
prix : 6,95€

Résumé éditeur


C'est l'histoire d'un petit chat qui veut tout pour lui. Il ne prête pas ses jouets, pousse les autres chatons pour être le premier... Alors plus personne ne veut jouer avec lui ! Une belle histoire d'un petit chat très égoïste qui finit par être triste et s'ennuyer tout seul, mais surtout, la mise en place de solutions simples pour lui apprendre à partager pour enfin se faire des copains ! L'auteure est sophrologue, par ce titre, elle peut aider l'enfant à comprendre puis gérer ses émotions avec de petits conseils et des solutions toutes simples à appliquer. La sophrologie donne des astuces ludiques à l'enfant pour devenir acteur de son propre corps et de ses émotions. Elle lui apporte de la confiance en soi par la découverte de ses supers pouvoirs.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Langue au chat pour la découverte de ce petit livre en vue de mon travail avec eux sur leur stand à Montreuil.

Mon avis...


Il était une fois un petit chat égoïste. Ses bonbons, il les gardait pour lui. Ses jouets, il refusait de les prêter. Lorsqu'il attrapait la balle, il refusait de la refaire passer aux autres chats. Face à tant d'égoïsme, les autres chats finir par ne plus vouloir jouer avec lui. Alors, le petit chat se sent seul et malheureux. Il dû alors apprendre à changer.

Vous le savez, je suis particulièrement fan des petits albums pour la jeunesse et, depuis peu, des chats. C'est donc avec joie que je me suis plongée dans cette petite lecture et c'est avec joie que je la défendrai à Montreuil.

Tout commence avec une thématique essentielle pour les enfants : la maîtrise de l'égoïsme et du chacun pour soi. Essentiel pour l'enfance et d'autant plus dans notre monde actuel où le chacun pour soi prime sur tout le reste. Avec un regard extérieure, l'auteure parvient ainsi à montrer à l'enfant ce à quoi il peut ressembler lorsqu'il est égoïste.

Comme dans tout album qui se respecte, l'auteure invite par la suite l'enfant à réfléchir sur cette question dans le but de le faire évoluer. Mais à la différence des autres albums du genre, celui-ci propose également une initiation à la sophrologie avec de petits exercices très simples et très concrets pour aider l'enfant à dépasser son égoïsme.

Ainsi, les parents et les enseignants pourront aisément se servir de ce petit livre dans tout travail sur le vivre-ensemble et ça, c'est toujours une bonne chose. Ce petit livre apparaît également comme très personnalisé pour certaines problématiques très spécifiques et il est toujours plaisant de voir ce genre de sujet habilement traité.

Concernant le style de l'auteure, nous sommes là face à un texte très simple et adapté au sein duquel les plus jeunes sauront se reconnaître. Pour ce qui est du style de l'illustrateur, je dois dire que je suis juste complètement fan de la bouille du petit chat présenté ici et des images illustrant les petits travaux de sophrologie.

En conclusion...


Voici un petit album sur lequel je ne me serais probablement pas penchée si je n'avais pas été amenée à le présenter à Montreuil et, franchement, je serais passée à côté de quelque chose de vraiment pas mal du tout. Avec une histoire adapté à des problématiques d'enfance et des solutions concrètes, ce petit livre sera parfait pour parler de tout ça avec les enfants.
C'est avec le plus grand plaisir que je me plongerai le plus vite possible dans un autre titre de cette petite collection.

mardi 10 juillet 2018

Pinocchio - Maude Royer



Infos sur le livre

éditions : ADA
date de publication : 11-06-2018
pages : 240
prix : 10€

Résumé éditeur


Dans le conte original, Pinocchio était loin de l'adorable marionnette que Geppetto voulait créer. La fin de ses aventures, jugée trop violente, a dû être réécrite. Ce Conte Interdit rejette la censure et ose aller beaucoup plus loin Vous pourriez regretter votre escapade aux pays des jouets. Une maison insalubre accumulant les jouets d'un vieux sculpteur alcoolique. Un manipulateur vicieux trouvant l'extase dans le mensonge et la torture. D'infâmes parents accusés d'un crime inimaginable, à qui on ne confierait même pas un chat. Un garçon ayant l'audace de croire qu'il peut servir de conscience à un être abject. Un voeu, celui de devenir un « vrai petit garçon », qu'une mystérieuse femme aux cheveux bleus aurait le pouvoir d'exaucer.

Pourquoi ce livre ?


C'est lors de ma dernière visite chez Cultura que je suis tombée sur cet ouvrage qui m'a beaucoup intriguée et pour lequel j'ai craqué.

De quoi est-il question ?


Patrick est loin d'être un enfant de coeur. Lorsqu'il se réveille à l'hôpital, sortant du coma, on lui annonce qu'il a tenté de mettre fin à ses jours. Dans quelques mois il sera majeur et pourra faire ce qu'il voudra de sa vie mais, en attendant, il devra vivre chez son grand-père, un homme froid enfermé dans sa passion des jouets de bois.

Sitôt arrivé chez cet homme, Patrick y découvre un repère de crasse. Et lorsqu'il tente de se réfugier dans sa chambre, c'est un SDF, Jim, qui vient lui rendre visite. Et alors qu'il arrive dans son nouveau lycée, il ne tarde pas à déclencher bagarres, trafic de drogue et violences en tous genres. Il faut dire que la violence, Patrick, ça le connaît, lui qui aime à regarder des vidéos de massacres de chats.

Afin de s'échapper au plus vite de cette maison, Patrick va alors entrevoir un plan. Par le biais d'internet, il va choisir de séduire des jeunes filles afin de leur soutirer de l'argent. Sans état d'âme, il ne va pas hésiter à aller très loin dans son entreprise jusqu'à ce qu'une de ces rencontres agisse, dans l'ombre, comme une fée, pour lui rappeler les circonstances d'avant son coma.

Du côté de la forme...


Les réécritures de contes, voilà un genre que j'affectionne tout particulièrement. Alors une réécriture prenant le pire de ces mêmes contes, au point qu'elle soit interdite aux moins de 18 ans, je ne pouvais que craquer. Au final, je ne sais pas trop quoi en penser.

Si l'on prend le principe même de réécriture de conte, je dois bien dire que s'il ne m'avait pas été que c'était celle de Pinocchio, je ne l'aurais peut-être pas deviné. Certes, Pinocchio est le nom que va se choisir Patrick sur le net mais, au-delà de ça, si l'on retrouve les personnages, de loin, il n'est pas si évident de retrouver le conte de base.

Nous allons pourtant retrouver là, sinon le conte lui-même, les thèmes de base de Pinocchio avec le méchant garçon, la conscience et le vieil homme passionné par ses jouets et coupé du monde. Mais il est vrai que nous sommes bien loin ici de la version Disney et même de la version de Collodi. Ici, Pinocchio vire plutôt thriller et le rendu est franchement pas mal.

Nul besoin de vous dire que j'ai franchement détesté le personnage de Patrick et il est toujours agréable de se mettre du point de vue d'un anti-héros, un moyen efficace de se mettre un temps à la place des manipulateurs et autres que l'on n'approcherait pour rien au monde. Et quant aux massacres de chats, autant dire que la mention "public averti" n'est pas de trop.

Pour autant, je dois dire que même si les situations sont parfois un peu limites et si la mentalité de Patrick nécessite de la part du lecteur une certaine maturité, je m'attendais à pire, bien pire. D'ailleurs, je crois que j'aurais aimé pire, avoir l'estomac complètement retourné, m'agacer prodigieusement des comportements et avoir le sentiment d'avoir un film d'horreur devant les yeux.

Mais ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman, c'est le style de l'auteure. Je ne connaissais pas son écriture et c'est une plume incroyable que j'ai pu découvrir. Une écriture qui a joué avec mes nerfs, qui a su me faire entrer dans la peau des personnages et qui a tout de même su me mettre mal à l'aise. Car la crasse et l'horreur, malgré tout, on les ressent avec force et ça c'est fort.

En conclusion...


Voici un roman qui m'intriguait énormément et que j'ai dévoré dès que je l'ai eu entre les mains. Si j'ai aimé l'histoire que j'ai lu et l'ambiance générale de cette histoire, j'ai eu un peu de mal a vraiment trouver le côté réécriture que j'attendais et aurais voulu que l'auteure aille encore plus loin dans l'horreur. Cela étant, ce roman est un roman que je vous conseille vivement si vous aimez sortir de votre zone de confort.
Il ne fait pas de doute que je me plongerai sans hésiter dans d'autres titres de cette collection qui me semble très prometteuse.

lundi 9 juillet 2018

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (190)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer tout ce que j'ai eu le temps de dévorer durant cette première semaine de vacances. Autant vous dire que ma pal m'a remerciée...

Coffret Fleurs captives  - Virginia C. Andrews<sup>®</sup>


Et voilà pour moi cette semaine !
Une première semaine de vacances où je n'ai pas chômé !