dimanche 27 juin 2021

Phobius - Pauline Maillard

  

Infos sur le livre

éditions : Revoir

date de publication : 10-07-2021

pages : 206

prix : 17€

 

Résumé éditeur

Lucille et Thomas mènent une existence tranquille, seule l'arachnophobie de la jeune femme les empêche de vivre sereinement. Ils découvrent Phobius, entreprise qui conçoit des programmes pour aider les phobiques à affronter leur peur. Intrigués, le couple se lance.

 

Pourquoi ce livre ?

Tellement fière et heureuse d'être à la fois la correctrice et l'attachée de presse de ce roman dont je peux, en prime, vous parler !

 

De quoi est-il question ?

Lucille est une jeune femme heureuse et sans histoire, vivant d'un métier passion et bien en couple, tout pourrait être parfait si elle ne nourrissait pas une phobie féroce des areignées, une phobie qui lui gâche la vie au quotidien. Thomas, son époux, serait prêt à tout pour l'aider alors quand il entend parler de "Phobius", une société spécialisée pour anéantir ce genre de pathologies, il n'hésite que peu.

Très vite, Thomas va pourtant commencer à se poser des questions sur cette entreprise aux méthodes étranges. En effet, les questions qu'il pose restent sans réponse, le contrat semble douteux. Pourtant, il est déjà trop tard et d'étranges événements commencent à se produire. Va alors commencer pour le couple une descente aux enfers aussi inattendue que terrifiante.

Car "Phobius" est loin d'être une entreprise comme les autres avec des méthodes pour le moins douteuses et des buts qui peuvent interroger. Bien malgré lui, Thomas va alors devoir se dépêtrer d'un véritable jeu de pistes au bout duquel il n'aura d'autre choix que de réussir si, au-delà de la seule phobie de son épouse, il ne veut pas perdre beaucoup plus.

 

Du côté de la forme...

J'ai eu l'immense joie et la grande fierté d'être la correctrice de ce roman. Qui plus est un roman qui est un premier roman d'une auteure bourrée d'imagination et dont le seul titre vous met déjà des frissons et dont la couverture est très représentative du contenu.

Dès le début du roman, la sauce prend avec des personnages très forts, bien travaillés et des scènes qui ne manquent pas de piquant. Des scènes qui impliquent le lecteur dans le tourment que peuvent provoquer les phobies. Et si nous avons tous des peurs, nous faisons rarement le distingo avec la pure phobie. Ce roman nous enseigne la différence.

La phobie mise en valeur ici est celle des areignées. Moi-même n'étant pas fan de ce genre de petites bêtes, je dois avouer que certaines scènes ont su me troubler et même me faire frémir. No spoiler mais, amateurs de sensations fortes, vous ne serez pas déçus du voyage. En cela, le travail sur la phobie touche autant les personnages que le lecteur qui est directement investi.

Mais ce roman est plus qu'un thriller psychologique autour d'une société aux méthodes étranges. En effet, très vite, tout s'accélère. Le lecteur va alors basculer dans l'enfer du darknet et dans une intrigue aux multiples facettes dont il convient de ne pas trop parler pour ne pas gâcher la surprise mais qui bascule dans une véritable aventure et intrigue à rebondissements.

Et puis, avec ce texte, l'auteur nous fait voyager. En effet, en départ de Marseille jusqu'en Allemagne en passant par Lyon, l'auteur nous invite à la découverte de ces villes. Si de ces lieux Lyon est celui que je connais le mieux, je dois dire que j'ai pris plaisir à avoir le sentiment d'y être tout comme j'ai eu envie de découvrir l'Allemagne et la ville de la "Bonne Mère".

Pour un premier roman, l'auteure a su maîtriser sa plume, la rendre efficace et pleine de sens. Elle sait embarquer son lecteur, poser des coupures quand il les faut et jouer du rythme pour offrir un texte qui fonctionne, un texte dont les thématiques sont fortes et originales, un texte qui change de ce dont a l'habitude.

 

En conclusion... 

Voici un roman qui j'ai eu le plus grand plaisir à corriger et à découvrir avant tout le monde. Voici un roman qui a su me tenir en haleine, me porter et me faire frémir, voici un roman comme je les aime qui fonctionne et vous touche. Un roman qui sait aussi vous surprendre et pour lequel il a été un vrai plaisir de travailler.

Un roman que je vous conseille vivement et auquel j'espère un franc succès.

L'affaire Thomas Royer - André Buffard

 

Infos sur le livre

éditions : Filature(s)

date de publication : 02-04-2021

pages : 254

prix : 18€

 

Résumé éditeur

Une journaliste d'un magazine féminin dépose plainte pour viol contre un acteur très connu. Les faits se seraient produits à l'Hôtel Intercontinental à Lyon et Thomas Royer désigne David Lucas pour assurer sa défense. Se pose immédiatement la question du consentement et de la crédibilité de la parole des victimes. Vérité, contre-vérité ? Alors que les médias et les réseaux sociaux s'en mêlent dans un monde post #MeToo, et que l'affaire Thomas Royer devient exemplaire, David Lucas va devoir jouer au plus fin, accompagner son fringant et ténébreux client dans le respect du secret professionnel, enquêter pour trouver les failles du côté de la victime, dans un contexte où l'innocence présumée de l'accusé, vole en éclats dès qu'il est question de viol. Coupable, non coupable ? C'est la cour d'assises qui tranchera...

 

Pourquoi ce livre ?

M'étant promise de suivre cet auteur, c'est sans hésité que je me suis procuré, dès que j'ai pu le trouver ce troisième opus qui me tentait beaucoup.

 

De quoi est-il question ?

Julie est journaliste. A force de ténacité, elle a réussi à se faire un nom dans un milieu très fermé et notamment auprès de personnalités reconnues. Lorsqu'elle part pour Lyon dans le but d'interviewer un acteur à succès dont elle est elle-même très grande fan, la jeune femme est aux anges et se laisse ennivrer par l'euphorie de l'instant.

Lorsque la soirée qu'elle décide de s'offrir avec l'homme tourne mal, elle décide d'aller porter plainte et ce malgré le chaos médiatique que l'affaire risque de créer. L'acteur, de son côté, est bien décidé à faire valoir que la jeune femme qui se prétend avoir été violée était on ne peut plus consentante. Pour le faire entendre, il engage David Lucas, ténor du barreau, pour qui seul la victoire compte.

Alors que la question du #metoo fait rage et que les associations de défense des femmes s'en mêlent, l'avocat se voit contraint de la jouer fine pour laisser entendre que la journaliste aurait monté cette affaire de toutes pièces. D'autant que des enjeux personnels sont en cause pour lui et que de nouvelles découvertes pourraient bien tout remettre en question...

 

Du côté de la forme...

Avocat de renom, André Buffard a su se faire sa place dans le monde du polar depuis la parution de son premier roman. Mais surtout, il a su désormais passer à de véritables intrigues totalement imaginées et porteuses de sens. Ce roman-ci étant un bon dans son écriture.

S'il est bien un auteur de polar judicaire qui pouvait se permettre de prendre le contre-pied du mouvement #metoo, avoir le courage de le faire mais de le faire avec sens, c'était bien cet auteur-ci. Et, très curieuse de voir ce que cela allait donner, je suis plus que satisfaite de l'intrigue à laquelle j'ai été confrontée même si j'aurais aimé que l'auteur aille encore plus loin.

Dans une première partie du roman, le lecteur va suivre Julie et assister en temps réel à ce qu'elle va vivre. Il pourra donc se faire son propre jugement avant de voir comment le même récit va être découpé lors du procès. Si au niveau de l'intrigue on perd de la puissance, il y a dans cet exercice d'écriture une force d'originalité qui sort des sentiers battus.

Dans un second temps, le lecteur va assister à l'enquête de l'avocat. Il en sait alors plus que celui-ci et si je dois avouer ne pas trop aimer les polars où l'on connaît les réponses dès le début, tout fonctionne ici très bien et l'auteur sait même aller jusqu'à porter le doute dans l'esprit du lecteur ce qui n'est pas rien. De quoi remettre en cause un mouvement essentiel mais qui a ses failles.

Enfin, vient le temps du procès avec une véritable plongée au coeur de la cour d'assise. Et parce que l'auteur connaît son sujet, on sent qu'il prend plaisir à le faire découvrir au lecteur. Le travail d'avocat est mis en lumière avec ses forces et ses limites, la question de la femme est mise au centre et l'ensemble est porteur d'une forte réflexion qui perturbe autant qu'elle passionne.

Au fil des romans, l'auteur paufine son style et une fois encore il le prouve en donnant de plus en plus de profondeur à ses personnages et de plus en plus d'éléments à ses intrigues. Ici, il se sert d'une actualité brûlante mais il le fait à la fois avec finesse et brio pour apporter une pierre différente à l'édifice d'un combat de société. Un tour de force ! Bravo !

 

En conclusion... 

Voici un roman qui m'intriguait mais dont j'attendais beaucoup. Voici un roman qui se devait d'être bon pour traiter un tel sujet. Voici un roman coup de poing qui promettait de ne pas laisser indemne. Force est de constater que l'auteur a su s'y plier et a su m'embarquer. Car ce roman est une claque, un pied-de-nez à la société et une invitation à la réflexion de ce que l'on pourrait croire acquis et évident. 

Un roman pour lequel il faut avoir le coeur bien accroché mais qui fonctionne et que je vous conseille vivement. 

Le secret du médaillon - Nicole Tardy

  

Infos sur le livre

éditions : Mot Passant

date de publication : 25-04-2019

pages : 400

prix : 20€

 

Résumé éditeur

Alors que Saint-Étienne est en pleine expansion grâce à ses usines d´armement approvisionnant l´armée napoléonienne, Adélaïde fait la douloureuse expérience de l´injustice sociale. Bien que travaillant commebrodeuse chez la plus renommée des couturières de la ville, elle a du mal à vivre décemment. Pour remédier au problème elle pourrait vendre le médaillon en or qu´elle porte depuis sa naissance, mais elle a juré à sa mère de ne jamais s´en défaire. Elle finit par s´engager comme serveuse de nuit dans une taverne. Un soir, elle est menacée par un jeune bourgeois arrogant et sans scrupules. Adélaïde devrait le haïr, pourtant elle se sent attirée comme le papillon par la flamme. Se brûlera-t-elle les ailes ?Une intrigue pleine de rebondissements qui, de la vie dissolue des noctambules aux agissements troubles des hommes de pouvoir, amènera l´héroïne à découvrir sa véritable identité. .

 

Pourquoi ce livre ?

Au sortir du premier confinement, je me suis laissée tenter par ce roman que je suis ravie d'avoir enfin pu prendre le temps de lire.

 

De quoi est-il question ?

Bien que fraîche, intelligente et pleine de vie, Adélaïde connaît très jeune ce que signifie le mot misère auprès de sa mère, de son frère et de sa soeur. A peine sortie de l'enfance, elle perd sa mère malade mais trop pauvre pour se payer les services d'un médecin. Désormais seule, la jeune fille doit apprendre à survivre bien qu'ayant un métier et son frère pour la soutenir.

Parce que la vie est rude, l'hésitation entre vendre son médaillon et le conserver comme elle l'a promis, d'autant que sa patronne est bien décidée à lui en faire voir de rudes pour bien la ramener à sa juste place de pauvressee. Heureusement pour elle, elle fait la rencontre d'un homme qui ne la laisse pas insensible mais dont son frère semble être inexplicablement jaloux.

Un soir, désespérée, Adélaïde accepte d'être engagée comme serveuse dans un bar mal fréquenté de Saint-Etienne sans se douter qu'il lui sera demandé bien plus que le simple fait de faire le service. De là, elle est menacée et prise à partie par des hommes bien décidés à faire d'elle ce qu'ils veulent alors même que les secrets de son passé sont sur le point d'être dévoilés.

 

Du côté de la forme...

Ne connaissant pas les romans de l'auteure, ce titre était pour moi une grande découverte. Etant originaire de Saint-Etienne, un roman s'y déroulant n'étant donc fait que pour me plaire et c'est sans hésitation que je me suis plongée dans cette histoire.

Dès le prologue de ce roman, le ton est donné pour donner l'idée au lecteur du secret qui va suivre mais sans trop en dire pour garder un suspens efficace. On sait tout de même que l'auteure va jouer sur les codes entre les milieux les plus riches et les quartiers les plus pauvres ce qui n'est pas sans nous toucher et garder nos sens en éveil.

Pourtant, très vite, nous découvrons une Adélaïde adulte et prisonnière d'un monde sans pitié au sein duquel  s'enchaîneront pour elle les épreuves. De quoi mettre en avant la misère humaine, les conflits du quotidien, la peur mais aussi la réalité de la vie dans les villes minières pour les plus pauvres. Une histoire en opposition avec la vie dans les campagnes bien différente.

Retrouver des endroits que l'on aime dans un roman est toujours un moment appréciable, agréable et efficace. Reconnaître une rue, revoir un quartier, imaginer la vie dans une autre époque... Et c'est ce que j'ai eu ici à travers les rues de Saint-Etienne. De quoi redécouvrir ma ville, déjà bien triste aujourd'hui, dans un état de misère peu imaginable mais aussi plein de vie.

Ce roman est une histoire de femme, une histoire d'émancipation mais surtout une histoire profondément ancrée dans un autre temps. L'auteure sait nous plonger dans cette époque et nous intriguer tout en nous offrant de nombreux rebondissements et aventures. Car la tendresse se mêle à l'action et tout est loin d'être rose dans ce roman où l'auteure ne joue pas d'euphémismes.

Côté style , l'auteure prend le temps de mettre en place des personnages et des cadres auxquels on croit et avec lesquels on a envie de passer du temps. Et si la première partie du roman sait jouer avec les codes du roman régional, la seconde nous embarque dans un roman d'aventures qui change de ce que l'on peut connaître habituellement.

 

En conclusion... 

Voici un roman avec lequel j'ai passé un très agréable moment grâce à une héroïne forte et touchante qui a su me faire retrouver une ville dont je suis partie mais qui me touche. Voici un roman dans lequel on se laisse prendre et que l'on découvre ligne après ligne avec beaucoup de tendresse. Voici un roman-pavé que l'on ne voit pas passer.

Je vous conseille ce roman et suis fière de m'occuper du nouvel opus de l'auteure.

La rivière écarlate - Jacqueline Lefort

  

Infos sur le livre

éditions : Mot Passant

date de publication : 16-03-2021

pages : 320

prix : 19€

 

Résumé éditeur

A la fin du XIXe siècle, Céline, jeune enseignante promise à un bel avenir, voit ses projets bouleversés lorsque son père, modeste artisan papetier dans la région d'Annonay, est contraint de cesser son activité pour raison de santé. Elle relève alors le défi de reprendre la direction du moulin pour éviter que celui-ci tombe entre les mains de la plus grosse entreprise de la région. Mais de nombreuses épreuves vont jalonner sa route et faire ressurgir de douloureux souvenirs enfouis très loin dans sa mémoire… Entre mensonges et trahisons, elle ne devra compter que sur sa détermination et l'amour de Damien pour venir à bout de ses fantômes et connaître enfin le secret de la rivière.

 

Pourquoi ce livre ?

Très fière d'être l'attachée de presse de ce nouveau roman d'une auteure que j'apprécie beaucoup, très heureuse de pouvoir vous en parler.

 

De quoi est-il question ?

Originaire d'Ardèche, Céline est une jeune femme pleine de vie destinée à une brillante carrière de maîtresse d'école. Apprenant la soudaine maladie de son père, la jeune femme décide pourtant de retourner passer l'été dans son village d'enfance malgré la crainte de replonger dans ses souvenirs et dans le deuil de sa mère survenu quand elle était enfant.

Sitôt arrivée, elle s'aperçoit que son père, non content d'être en train de devenir aveugle, lui a caché l'état financier de la papèterie qu'il dirige. Céline décide donc de prendre les choses en main mais c'est sans compter sur des gens importants de la région bien décidés à racheter l'entreprise pour rien et sur le fils aîné de cette famille décidé à faire de la jeune fille son épouse.

Lorsqu'elle rencontre Damien, la jeune femme sent la passion l'étreindre mais aussi les jalousies et les rancoeurs s'envenimer autour d'elle. Afin de sauver l'entreprise de son père et rester ce qu'elle est, la jeune femme n'aura d'autres choix que de se battre dans un monde qui n'admet pas les femmes jusqu'à replonger dans de lourds secrets liés au passé.

 

Du côté de la forme...

Les romans de Jacqueline Lefort mêlent terroir, histoires de femme et intrigues aux codes du polar. De quoi moderniser un genre avec de belles thématiques et des personnages qui ne s'oublient pas facilement.

Dès le début de ce roman, Céline est un personnage auquel on s'attache sans mal. Bien que décidée à réaliser ses rêves, sa priorité reste son père et ses conviction. Des valeurs qui se perdent et qu'il fait du bien de retrouver ici. La dualité mise en place pour Céline entre ses rêves et ce qu'elle "doit" faire est d'ailleurs belle, tendre et émouvante.

Nous sommes donc là dans une belle histoire de femme et d'émancipation qui fait du bien. Et si la romance sera bien sûr présente, si les codes des romans du genre sont là, l'auteure sait les mettre au goût du jour pour nous offrir une histoire qui pourrait tout à fait être transposée au monde moderne avec le pouvoir des puissants, la force de l'argent et le rachat des petites entreprises.

Dans ce roman, l'auteure nous invite à découvrir l'univers de la papèterie en Ardèche avec une plongée à Annonay. Et si le sujet peut paraître fastidieux et complexe, l'auteure sait nous l'amener avec beaucoup de soin pour nous conter les différentes étapes de la fabrication du papier. Un monde artisanal qui a su être conservé et qu'il est plaisant à connaître.

Enfin, comme tout roman du genre qui se respecte, l'intrigue est mêlée à des secrets liés au passé, à des silences et à des révélations sur le point d'être faites. Et il faut dire que l'auteure sait y faire pour nous rendre cette part plus complexe que ce à quoi on pourraît s'attendre. D'ailleurs, j'ai su me laisser surprendre jusqu'à un final que je n'avais vraiment pas vu venir.

Côté style, j'ai aimé la manière dont l'auteure nous offre un personnage féminin comme on les aime, un décors qui fait du bien et une intrigue totalement envoûtante. Tout joue de l'efficacité d'une histoire troublante et pourtant réaliste qui n'est pas sans nous faire réfléchir. Mais surtout la tendresse entre un père et sa fille est mise au premier plan et sait nous troubler.

 

En conclusion... 

Voici un roman que je ne pouvais qu'aimer avec une histoire qui a su me passionner, des personnages que je n'oublierai pas et une capacité à moderniser un genre qui saurait amener un autre public à ces univers. Voici un roman qui vous embarque et ne vous lâche pas, vous fait découvrir une autre part de l'histoire et vous touche.

Un roman pour lequel je suis heureuse de travailler et que je ne saurais trop vous conseiller.

dimanche 23 mai 2021

Les chasseurs de trésor - Carina Rozenfeld

  

Infos sur le livre

éditions : Gulf Stream

date de publication : 12-09-2019

pages : 224

prix : 13,90€

 

Résumé éditeur

Au village du Mont-Streuh, on raconte que d'étranges créatures habitent le lac et l'ancien hôtel du mont. Certains prétendent aussi qu'un trésor serait dissimulé dans le Mont-Streuh hôtel... Les parents d'Olivia, dix ans, ignoraient tout des légendes du village lorsqu'ils ont choisi d'acheter le vieux manoir, un ancien hôtel, pour le rénover. Dépitée d'emménager dans cet endroit perdu et en ruine, Olivia va rapidement découvrir qu'elle a un pouvoir spécial : elle seule peut voir les familles de monstres qui vivent dans les chambres de l'hôtel ! Tandis qu'un incroyable univers s'ouvre à elle, une équipe d'ouvriers peu sympathiques commence les travaux. Olivia le comprend vite, ils veulent tout détruire pour mettre la main sur le fabuleux trésor de la légende ! Elle va s'employer à les chasser... Et pour cela, quoi de mieux qu'une bande de monstres ?

 

Pourquoi ce livre ?

Voilà une série qui me tentait beaucoup depuis sa parution. La sortie du tome 1 chez France Loisirs m'a donnée l'occasion de me lancer.

 

De quoi est-il question ?

Quitter Paris pour aller se perdre au fond d'un petit village pour rénover un vieux manoir abandonné, voilà qui a de quoi mettre la jeune Olivia de mauvaise humeur. Agée de 10 ans, elle aurait préféré rester à Paris avec ses amis que de suivre ses parents au milieu de nulle part. Et ce n'est pas l'idée de transformer le manoir en hôtel qui est pour la rassurer.

Pourtant, très vite, alors qu'elle part à la découverte des lieux, Olivia découvre qu'en parallèle de sa famille vivent dans le manoir de drôles de monstres. La première surprise passée, c'est tout naturellement qu'elle s'en fait des amis. C'est tout un autre monde qui l'accueille et lui permet peu à peu d'accepter sa nouvelle vie et même de l'apprécier.

Bientôt, les travaux commencent pour faire de la partie publique du manoir l'hôtel souhaité par les parents d'Olivia. Mais très vite, Olivia s'interroge sur ces soit-disant professionnels qui semblent détruire plus qu'ils n'améliorent les lieux. Il faut dire qu'une légende court au village selon laquelle la nouvelle demeure d'Elisa renfermerait un trésor...

 

Du côté de la forme...

Carina Rozenfeld fait partie de ces auteures qui ne m'ont jamais déçue et qui savent toujours imaginer des univers qui m'embarquent. J'avais donc hâte de découvrir cette nouvelle série jeunesse qui a su me convaincre en un rien de temps.

Nous sommes ici dans un univers jeunesse et c'est donc dans un objectif très décontracté que je me suis lancée dans cette lecture. En effet, si en tant qu'adulte j'ai trouvé tout d'abord Olivia boudeuse et un brin agaçante, je me suis très vite mise à la place d'un jeune qui éprouvera pour elle empathie et sympathie. Car Olivia est le genre de personnages auquel on s'attache très vite.

L'auteure renoue ici avec le fantastique au sens stricte : un univers sans magie au départ dans lequel l'imaginaire va peu à peu s'intégrer. A la différence près qu'ici nous allons passer très vite d'un moment ordinaire à un monde avec des monstres et un univers complètement décalé et à la fois très attachant qui fait du bien et invite à l'évasion.

Dès lors, ce roman va naviguer entre fantastique, aventure et enquête. Car il va s'agir de savoir pourquoi les ouvriers détruisent tout, comment les monstres vivent dans cette maison, quels secrets pourraient être dévoilés. Et le lecteur se laisse prendre à tous ces mystères qui, bien que très jeunesse, nous embarquent, nous frémir et nous font poser question.

Mais surtout ce roman est une très belle histoire d'amitié et une très belle leçon sur la différence, apportée avec beaucoup de finesse. De quoi mettre la jeunesse en valeur contre le monde adulte mais aussi les relations naissantes. L'idée selon laquelle il ne faut pas se fier aux apparences. Et cette histoire d'amitié, le lecteur a le sentiment d'y prendre part pour son plus grand plaisir.

Côté style, on retrouve l'écriture très délicate d'une auteure qui sait parler aux jeunes mais qui sait aussi imaginer des univers totalement décalés et qui fonctionnent. Elle sait ici reprendre les codes des manoirs hantés et des romans fantastiques pour apporter quelque chose de neuf et de frais adapté aux lecteurs d'aujourd'hui.

 

En conclusion... 

Voici un roman qui me tentait beaucoup et que j'étais très curieuse de découvrir. Bien que n'ayant pas l'âge visé, j'ai toutefois passé un très agréable moment. Ce premier tome met en place un univers prometteur et des personnages attachants que l'on a envie de garder près de soi. Un début de série comme je les aime qui promet du très bon pour la suite.

Un court roman que je vous conseille vivement en attendant de pouvoir lire la suite de mon côté.

Carnets de notes - Daniel Brugès

  

 

Infos sur la papeterie

éditions : De Borée

date de publication : 13-05-2021

pages : 100

prix : 9,95€

 

Résumé éditeur

Assez grand pour pouvoir prendre des notes, pas trop grand pour tenir dans un sac et être emporté partout ! Les pages destinées à la rédaction sont accompagnées de pages de texte illustrées d'aquarelles d'exception présentant de magnifiques oiseaux ou la beauté de l'Auvergne. On découvre ainsi le visuel et les caractéristiques de l'animal. Mésange, guêpier, pic-vert, huppe, martin-pêcheur... Une ode à la nature, à sa beauté et à sa diversité.

 

Pourquoi ces ouvrages ?

Grand merci aux éditions De Borée grâce auxquelles j'ai pu découvrir ces magnifiques carnets de notes illustrées des magnifiques aquarelles de Daniel Brugès.

 

Mon avis... 

Parler papeterie n'est pas aisé. Je ne suis ni spécialiste de fabrication ni critique d'art. Ce que je vais vous dire ici de ces carnets sera donc totalement subjectif et sans doute pas des plus développés. Pour autant, je tiens à le faire. 

Entre une couverture semi-rigide, un format idéal pour glisser dans un sac et un élastique pour le refermer gracieusement, ce carnet est juste parfait pour traîner partout avec soi, pour noter des impressions ou des idées, pour se laisser aller à toutes formes de poésie. Car ces carnets invitent à l'inspiration, de quoi faire du bien en cette période. 

Tout dans la conception du carnet nous embarque jusqu'à l'intérieur de couverture qui nous invite au voyage et la possibilité de le personnaliser à l'image d'un carnet intime. De quoi mettre en valeur l'imaginaire de chacun et inviter à l'épanchement de soi sans crainte du jugement. Le papier donnant un aspect ancien fait aussi réfléchir à deux fois avant d'utiliser ce carnet.

Quant aux aquarelles elles-mêmes, je suis toujours autant fan du coup de pinceau de Daniel Brugès qui sait nous inviter à la découverte du monde et de la nature. Le réalisme est frappant et les explications englobant chaque aquarelle nous amène un peu de poésie du monde et un peu de savoir sur ce qui nous entoure.

 

En conclusion...

Magnifiques objets que ces carnets qui nous envoûtent et nous font du bien tout en nous invitant au voyage et à la découverte de soi. Le type de carnet qui donne envie de se libérer et de laisser aller le flux de nos pensées. Un vrai doux moment poétique qui passionnera tous les amateurs d'écriture et de beaux-objets. 

Le bal des fes folles - Victoria Mas

  

Infos sur le livre

éditions : Livre de poche (Albin Michel)

date de publication : 31-03-2021

pages : 236

prix : 7,40€

 

Résumé éditeur

1885 : comme chaque année, à la Salpêtrière, se tient le très mondain « bal des folles ». Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Cette scène joyeuse cache une réalité sordide : ce bal « costumé et dansant » n’est rien d’autre qu’une des dernières expérimentations de Charcot, adepte de l’exposition des fous. Dans ce livre terrible et puissant, Victoria Mas choisit de suivre le destin de ces femmes victimes d’une société masculine qui leur interdit toute déviance et les emprisonne. Parmi elles, Geneviève, dévouée corps et âme au célèbre neurologue ; Louise, abusée par son oncle ; Thérèse, une prostituée au grand cœur qui a eu le tort de pousser son souteneur dans la Seine ; Eugénie enfin qui, parce qu’elle dialogue avec les morts, est envoyée par son propre père croupir entre les murs de ce qu’il faut bien appeler une prison.

 

Pourquoi ce livre ?

Depuis sa sortie, ce roman me faisait très envie à tous les niveaux. La parution au format poche était donc enfin l'occasion de le découvrir.

 

De quoi est-il question ?

Elles sont filles de joie, meurtrières, filles déchues ou simplement femmes avides de liberté... dans une époque qui ne tolère aucune place aux femmes dans la société si ce n'est celle d'être mères et épouses. Nous sommes en 1885, à Paris, et ces filles sont faites prisonnières dans un asile où elles sont déclarées folles, sans nul espoir d'en réchapper.

C'est l'époque où toute femme libre est décriée comme hystérique, où un psychiatre de renom, un dénommé Charcot, estime que le sexe de la femme est source de tensions, de malêtre et de désoeuvrement de la pensée mentale. Alors ces filles décrites comme telles sont faites prisonnières et sont amenées à subir les plus violentes expériences au nom de la science.*

Dans ce monde effroyable, Eugénie est une adolescente de bonne famille, un peu trop libre aux yeux de son père. Mais, surtout, capable de converser avec les morts comme elle le fait avec son grand-père parti trop tôt. Le dévoiler la catégorise d'emblée comme folle tendis qu'à la Salpétrière se prépare l'événement de l'année : le bal où les folles rencontres les hommes du monde.

 

Du côté de la forme...

La question de l'hystérie au 19ème siècle, je dois dire que j'en ai eu plus que mon compte lors de recherches universitaires. Pour autant, j'étais très curieuse de découvrir ce "bal" et la vie de ces femmes. Quelle claque !

Dans une époque qui considère que la femme ne doit être que soumise et sans pensée, toute exception se définie par la folie. Et l'auteure nous dévoile entre élégance et force les caractères de ces différentes femmes, toutes reléguées à la même enseigne. Eloignées du monde, elles nous touchent car ne sont finalement toutes que victimes de la violence de leur monde. Terrifiant.

Qu'elles soient les plus terribles meurtrières, de pauvres filles violées ou simplement de libres penseuses, elles doivent affronter les épreuves des expériences. Des expériences étudiées avec soin par l'auteure qui nous dévoile l'horreur et, tragiquement,  les progrès de la médecine. De quoi porter un regard différent sur une époque marquante et passionnante.

Eugénie est un peu à part les autres par sa capacité de parler aux morts et est sans doute le personnage qui m'a le plus touchée. Car une femme née à la mauvaise époque. Etonnant le paralèle fait entre l'intelligence de ces femmes, l'horreur de l'asile et le caractère attractif, intrigué et voyeur que le lecteur peut repprocher au peuple tout en l'ayant lui-même.

Car si le bal lui-même n'aura lieu qu'à la fin du roman, tout le roman nous y prépare entre les préparatifs, les craintes et tout ce qu'il engage. Et il est vrai que le bal sonne comme hors du temps, comme décalé par rapport à l'horreur. Il sonne comme un moment d'évasion et de rêverie pour amuser un peuple et faire oublier leur réalité à ces femmes. Un moment beau et tragique à la fois.

Côté style, nous sommes là face à une écriture profondément littéraire, réfléchie, intelligente. Nous sommes face à des mots qui vous frappent, à des situations qui vous émeuvent et à une recherche historique en droit de nous impressionner véritablement. Nous sommes là face à un roman qui dénonce une époque tout en nous offrant une image forte et marquante de la femme. Incroyable.

 

En conclusion... 

Voici un roman qui m'inspirait grandement et que je ne regrette pas du tout d'avoir ouvert. Les pages se tournent toutes seules et la dualité entre beauté et horreur est présente à chaque page. Le contexte historique est simplement parfait et la portée de réflexion pour le lecteur sans fin. Impossible de ressortir totalement indemne de ce roman.

Un coup de coeur qui change de tout ce que l'on connait en littérature.