mardi 28 septembre 2021

No man's land 99 - Céline Bourbon

  

Infos sur le livre

éditions : Auto-édition

date de publication : 12-09-2021

pages : 293

prix : 13€


Résumé éditeur

Eté 1999 : Le plus grand festival musical jamais organisé est sur le point de se tenir sur une base aérienne désaffectée. Trois jours de musique, trois jours de fête, trois jours de folie. Alice et sa bande de copains se préparent à assister à cet événement dont ils rêvent depuis des mois. Jack fait partie des élus embauchés pour assurer la sécurité des festivaliers. Rémi, jeune journaliste, se retrouve contraint de couvrir cet événement. Ils ne se connaissent pas encore, mais ont un point commun : ils vont connaître l’enfer.


Pourquoi ce livre ?

Après avoir craqué sur la couverture et le résumé de ce roman, j'ai été frappée par ce que l'auteure m'en a raconté. J'ai donc craqué et l'ai lu dans la foulée.


De quoi est-il question ?

Nous sommes à l'été 1999, un immense festival est organisé pour, en théorie, mettre en valeur la musique rock. Dans la réalité, faire le maximum de profit. Des dizaines de milliers de festivalier pour seulement quelques agents de sécurité et quelques postes de secours. L'obligation de consommer sur place sous un soleil de plomb et une ambiance générale agrémentée de drogues et d'alcool.

Parce que les installations d'eau et de sanitaires sont insuffisantes, tout ce petit monde évolue bientôt dans la crasse, la puanteur et la violence. Très vite, les jeunes deviennent ingérables, en proie à tous les excès, bien décidés à faire la fête mais aussi, et surtout, à satisfaire leurs désirs primitifs à l'égard des rares femmes présentes sur le site.

Jack, Ju' et Nelly, respectivement hommes de sécurité et infirmière vont tout tenter pour limiter la casse qui se déroule sous leurs yeux. Rémi, le journaliste, fera l'impossible pour garder le maximum de preuves de cet enfer. Alice et sa bande d'amis, décidés au départ à profiter d'un bon moment, vivront de l'intérieur les pires moments du festival.


Du côté de la forme...

N'étant pas fan de musique rock, l'ambiance des festival n'est pas de celles qui me touchent le plus en général. Mais l'enfer sur Terre que promettait ce roman, qui plus est tiré de faits réels, m'a bousculée dans mes certitudes et m'a donné envie d'en savoir plus.

A travers des personnages fictifs, l'auteure fait le choix de nous présenter les différentes facettes du festival : les postes de secours, la sécurité, le regard journalistique extérieur, le regard des festivaliers qu'ils soient ou non entrés dans le trip. Par leurs regards, le lecteur va voir l'enfer s'ouvrir devant ses yeux, attendant autant que redoutant l'apothéose destructrice finale.

Car si, dès le départ, rien ne sent bon, au propre comme au figuré, les premières pages ne sont rien en comparaison des dernières. Le manque d'eau, la chaleur, les problèmes de sécurité et les substances illicites annoncent le massacre mais semblent pouvoir être gérées par l'intelligence humaine. Mais cette humanité disparaîtra peu à peu au profit de la bestialité, de l'appel du corps et de la colère.

Construit à l'image d'un film, ce roman nous retrace moment après moment les trois jours du festival, d'un début tendu à une évolution vers l'horreur. Car l'auteure ne nous épargne rien : ni la crasse, ni la violence, ni les paroles atroces. Elle nous décrira même les scènes d'agression, les plaies et la chaleur se ressent à chaque page de même que la peur, la faim et la soif.

Difficile d'imaginer que tout cela ait pu avoir lieux mais, dans le même temps, comment au vu des conditions cela aurait-il pu être autrement ? Car au-delà de l'horreur, ce roman pause la question de la capacité de l'être humain à survivre aux épreuves, pose la question de l'animalité de l'homme et interroge sur la cupidité des puissants ne voulant pas voir leurs échecs.

Côté style, l'auteure ne nous épargne pas la violence du moment tant dans ses descriptions des événements que dans les dialogues. Pour avancer dans ces pages, il faut avoir le coeur bien accroché. Car nous sommes là à l'opposé de tout ce que l'on peut souhaité : valeur de la femme, bonheur de la musique, joie du vivre ensemble. Ici, l'enfer au propre comme au figuré nous envoûte.


En conclusion...

Ce roman fait clairement partie de ceux dont on ne ressort pas indemne, de ceux qui nous marquent et nous hantent pendant des jours. De ceux qui nous poussent à la recherche pour comprendre, pour mettre des mots sur l'horreur, pour essayer de savoir pourquoi. Mais ce roman est aussi de ceux dont les personnages nous frappent, nous touchent, nous dégoûtent mais ne nous laissent pas indemnes.

Un roman à lire à tout prix et auquel je souhaite un énorme succès ! Un coup de coeur !

dimanche 29 août 2021

L'étrange Noël du petit homme bleu - Guy Niéto-Jones et Mélanie Fuentes

  

Infos sur le livre

éditions : Bilboquet

date de publication : 06-11-2020

pages : 32

prix : 14€


Résumé éditeur

Dans la nuit de Noël, un enfant erre. Il porte a bout de bras son unique cadeau : une boule de Noël. Assis seul dans un parc, il va faire une rencontre surprenante, entre rêve et réalité. Serait-il possible que ce soit le père Noël…


Pourquoi ce livre ?

L'an dernier, cherchant de belles lectures de Noël, je me suis laissée séduire par cet album à la couverture superbe et au titre plutôt intriguant.


De quoi est-il question ?

Nous sommes la nuit de Noël. Dans les rues de la ville endormie, seuls quelques lueurs de lumières laissent entrevoir une silhouette. Cette silhouette est celle d'un enfant, un enfant qui cette année ne recevra pas de train sous le sapin mais seulement une boule rouge, une boule de Noël de celles que l'on accroche dans ce fameux sapin.

Alors qu'il s'assoit, seul, sur un banc du parc, un vieil homme apparaît. Il n'est plus temps de penser à ce Noël pas comme les autres, à sa famille qui est en train de sombrer. Il est temps de rêver et de profiter d'une soirée où seule un peu de magie pour le sauver et lui permettre de croire que, lui aussi, aura droit à peu de rêve ce soir.


Du côté de la forme...

Si je suis toujours en quête de beaux albums pour la jeunesse, c'est tout particulièrement le cas au moment de Noël. Ce titre m'a donc tout particulièrement attirée et je n'ai pas eu à regrette mon achat de cette histoire qui se présentant dans un flou artistique total.

Il convient de commencer par là : la colorimétrie de l'album. En effet, en période de Noël, les couleurs fards sont le vert, le rouge, le doré, les paillettes. Ici, nous sommes dans un bleu sombre mêlé de noir et un peu de blanc. Des couleurs froides qui rappellent plus l'ambiance glaciale de l'hiver que la chaleur d'un réveillon. De quoi intriguer et interroger.

L'histoire se déroule la veille de Noël et se présente dans une ambiance fantasmagorique où la solitude du personnage est en décalage avec le caractère familial que l'on imagine d'habitude. Un décors à la fois très réaliste et qui entraîne le lecteur dans une étrange part d'onirisme qu'il ne parvient à définir. Le début de cet album apporte un doute sur la volonté des auteurs.

Avec ce type d'ambiance, j'ai tout de suite pensé à un côté Andersen, "Petite fille aux allumettes". Et le fait es que nous sommes bien là avec le même type de problématiques et le même style d'enfances ne pouvant profiter d'un Noël comme les autres. Et si l'histoire est bien sûr modernisée ici, l'idée globale reste la même et saura laisser les enfants imaginer que tous n'ont pas la même chance.

L'ensemble de cette histoire permet au lecteur de naviguer entre onirisme et réalité, entre rêve et monde factuel. Ainsi, le lecteur ne sait jamais tout à fait où il se trouve et le jeune lecteur saura s'initier à un conte de Noël un peu différent et qui a du sens. D'ailleurs, le texte lui-même est porteur d'une vraie poésie et d'un moment particulier.

Il est légitime de se demander si cet album est, en réalité, totalement un album pour la jeunesse car le texte est très fort tant dans son style que dans son sens. De même, le trait graphique, bien que pouvant toucher des enfants, est aussi très fort et susceptible d'attiser la curiosité des plus grands pour un tout qui est, au final, un vrai conte de Noël.


En conclusion...

Voici un très bel album, déprimant et onirique à la fois, qui change des histoires traditionnelles de Noël avec beaucoup de grâce et de finesse. Voici une histoire forte doublée d'une illustration magistrale qui offre un objet-livre comme on aime en posséder dans sa bibliothèque. Voici un conte touchant et plein d'ardeur qui laisse ses marques.

Un très bel album que je conseille à tous les enfants, à tous les parents et à tous les enseignants voulant travailler sur Noël et la société.

Un chat pour Noël - Florence McNicoll

  

Infos sur le livre

éditions : Haute Ville

date de publication : 21-10-2020

pages : 320

prix : 12,90€


Résumé éditeur

C'est bientôt Noël au refuge pour chats et chiens de Battersea et Laura désespère de trouver une famille pour la nouvelle venue, Felicia, une jolie chatte noire et blanche aussi sauvage qu'affectueuse. Son petit ami, Rob, ne comprend pas pourquoi elle passe autant de temps au travail, mais pour Laura, ce refuge est bien plus qu'un simple job, c'est sa vie  ! Alors que les fêtes approchent à grands pas, Laura fait la connaissance de neuf personnes, toutes en quête d'amour, et elle leur cherche le compagnon à quatre pattes de leur rêve. Lorsque le bel Aaron adopte Felicia, Laura se dit qu'il pourrait aussi faire son bonheur...



Pourquoi ce livre ?

L'an dernier, en quête de lectures sur Noël, je me suis laissée séduire par ce titre prometteur et cette couverture ne pouvait que me faire craquer.


De quoi est-il question ?

En couple avec Rob, salariée dans un refuge pour animaux, la vie de Laura semble aisée et sans accro. Elle le serait du moins si la jeune femme ne prenait pas tant à coeur le sort de ses petits protégés du refuge, les chats. Car à l'approche de Noël, la jeune femme est bien décidée à mener un combat : trouver un foyer pour ces petits êtres et surtout Felicia, petite minette craintive dont personne ne veut.

Dans les semaines précédant le réveillon, la jeune femme n'aura alors de cesse de trouver des familles pour ces chats et fera des rencontres, neuf en tout, de la vieille femme isolée à l'enfant cherchant un compagnon. Mais surtout, elle fera la rencontre d'Aaron, bel homme qui ne la laisse pas insensible et qui, bientôt, saura toucher son coeur en prenant en affection la fameuse Felicia.

Dès lors, le coeur de Laura commencera à s'emballer et s'interroger sur ce qui compte vraiment pour elle et dans sa vie. Elle se rendra peu à peu compte que si sa vie professionnelle la porte, sa vie privée et sa relation avec Rob lui conviennent de moins en moins. Ces derniers jours avant Noël seront alors peut-être pour Laura l'occasion de tout remettre en question...


Du côté de la forme...

En période de fêtes, quoi de mieux que de se plonger dans des romances de Noël en bonnes et dues formes pour s'évader et s'offrir un peu de rêve dans un monde de brutes. Ajoutez-y quelques chats et l'ensemble ne peut que fonctionner.

Alors, soyons clairs, ce roman est typiquement un titre commercial prévu pour la saison par excellence et pour satisfaire un public qui ne pourra qu'être séduit : un public de lectrices, passionnées de Noël et de chats. Un concept qui n'est pas forcément un mal mais dont il convient d'être conscient car tous les codes sont réunis pour un tout qui doit fonctionner et ça fonctionne.

Laura est une jeune femme touchante et attachante que l'on prend plaisir à suivre et qui ne peut que nous attendrir et de par son caractère et de par son amour des chats. Quiconque aime les animaux nous apparaît comme quelqu'un de bien, à raison cela dit. On se laisse donc porter par son histoire et on se prend à rêver de vivre sa vie, pourtant imparfaite.

Côté relations humaines et romance, on retrouve l'idée de la jeune femme qui n'est pas heureuse et pour laquelle le destin va s'en mêler pour la guider vers un autre chemin. Mais dans une bonne romance de Noël c'est ce qu'il faut et ça marche. Car c'est ce type d'intrigue qui fait rêver et nous plonge dans cette féérie d'une période fard.

Cette est à juste ambivalence entre un roman et une suite de nouvelles. Car si le tout est une seule histoire, chaque moment humain-chat peut presque fonctionner individuellement. Ce sont des histoires de rencontres et d'amours naissantes où l'auteure montre combien l'animal et l'homme peuvent se sauver l'un l'autre quand tout va mal.

Concernant l'écriture, nous sommes dans le genre de la romance, dans le cadre de Noël et dans la portée forte de la thématique animale. S'il n'y a rien à dire à l'encontre de ce style, si ce dernier est agréable à suivre, il ne porte rien d'exceptionnel non plus ce qui laisse ce roman dans la masse des romans du genre sans y apporter une touche supplémentaire à l'exception de la force féline.


En conclusion...

Voici un roman qui m'a attirée en fin d'année dernière et que je suis ravie d'avoir pu lire dans une période où j'avais besoin de ce type de lectures. En passionnée de chats, j'ai apprécié leur mise en avant et la capacité de l'auteur à mettre en avant leurs caractères. En amoureuse de romances j'ai aimé suivre Laura et son chemin vers une nouvelle vie.

Une romance en soi comme on les aime dont, au final, le seul point original, décalé et à retenir est la présence des chats.

Je veux une licorne - Martine Hermant et Myss CC

  

Infos sur le livre

éditions : Revoir

date de publication : 09-11-2017

pages : 32

prix : 12€


Résumé éditeur

" Chloé a un rêve secret : elle veut une licorne, une vraie ! Pour son anniversaire, sa tante Morgane lui apporte un livre très spécial, capable de réaliser son rêve et bien plus encore. "


Pourquoi ce livre ?

Depuis le temps que je souhaitais découvrir l'univers, un brin déjanté, de l'auteure, je suis ravie d'avoir pu découvrir cet album qui me faisait de l'oeil.


De quoi est-il question ?

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Chloé. Au programme, un beau gâteau et, bien sûr, des cadeaux ! Et Chloé a hâte de les déballer car elle sait exactement ce qu'elle a demandé : une licorne. Or, à l'ouverture des paquets, quelle déception de voir que la licorne est un jouet et non une vraie. Alors la fillette, en colère, font en larmes.

Heureusement, arrive bientôt sa tante Morgane. C'est elle qui lui a appris à croire en l'existence des licornes et de la magie. Afin de consoler la petite, Morgane va alors offrir à Chloé une histoire, une histoire où les licornes existent et où la magie des couleurs prend tout son sens si un enfant est prêt à mener sa quête jusqu'au bout.


Du côté de la forme...

Les licornes, je dois bien l'avouer, ce n'est pas que je n'aime pas mais la mode les a trop mises en avant pendant un bon moment. Du coup, je crois que j'en ai eu une overdose. Pour autant, j'avais très envie de découvrir cette petite histoire et j'ai bien fait.

Cet album saura attirer le regard des plus jeunes et les embarquer dans une histoire qui leur ressemble avec cette petite Chloé qui fête son anniversaire mais va se trouver déçue de ne pas voir coïncider son imaginaire et la réalité. Une opposition entre le monde réel et le rêve, entre l'enfance et l'âge adulte au grand damne de tous ceux qui veulent garder leur âme d'enfant.

Avec le décalage entre le rationnel des parents et la fantaisie de la tante, le jeune lecteur saura s'initier au rêve. D'autant que la tante porte ce caractère fantasque et hors du temps qui fait du bien et apporte même un brin de magie dans le réel. Car par une belle mise en abîme, l'enfant du livre et l'enfant-lecteur sont propulsés dans le monde imaginaire qu'ils souhaitent.

Mais si cet album est là avant tout pour apprendre aux enfants à rêver et à vivre leurs rêves, il le fait par le biais de la passion de la lecture, autre mise en abîme. Il invite ainsi les enfants à aimer les livres et à croire en tous ces mondes imaginaires que les histoires leur offrent. De quoi nourrir leurs âmes d'enfant à l'encontre du rationalisme et de la vie qui est bien trop triste.

En parallèle, cet album offre aussi un apprentissage des couleurs, de la magie des mélanges des couleurs mais aussi un peu de la poésie et de la nature. Des sujets qui fonctionnent toujours très bien et qui pourront tout autant convaincre des enseignants cherchant une profondeur d'un album au-delà du seul plaisir de la lecture. Un apprentissage en douceur qui fonctionnera pour les plus jeunes.

J'ai bien aimé la féérie ressortant des illustrations même si j'aurais aimé, peut-être, des décors plus poussés et des personnages aux traits plus fins. Nous sommes ici dans quelque chose d'assez jeunesse mais où les traits des personnages auraient mérité davantage de différences d'expressions. Pour autant, le décalage entre l'épuration du réel et les planches fournies du rêve m'a beaucoup plu.


En conclusion...

Voici un bel album pour les plus jeunes pour leur apprendre à croire en leurs rêves et à se nourrir de la passion de la lecture. Voici un album qui fait du bien au moral et nous immerge un temps dans un univers où tout devient possible. Voici une vraie leçon de vie, surtout, pour les adultes, les invitant à ne pas faire grandir leurs enfants trop vites.

Une jolie histoire à lire le soir où à utiliser pour les enseignants comme apprentissage.

Les herbes de mai - Françoise Boixière

  

Infos sur le livre

éditions : Mot Passant

date de publication : 07-10-2020

pages : 306

prix : 19€


Résumé éditeur

Mai 1968 au Vieux-Bourg, un petit village breton des Côtes-du-Nord. Christine, une fillette de onze ans, aime gambader dans les champs au retour de l´école avec Sylviane, sa meilleure amie. La campagne et les livres lui font oublier les moqueries que lui vaut trop souvent sa grande timidité. Au cours d´une de leurs escapades, les deux enfants font la connaissance de Bertrand, un étudiant rescapé des manifestations du 1er mai à Rennes, venu se remettre d´une mauvaise entorse chez son oncle Louis Taoh. Très vite, le halo de mystère qui entoure le jeune homme attire Christine comme un aimant. La grève générale lui donne bientôt l´occasion de lui rendre visite en cachette et de découvrir son goût pour les arts et ses rêves d´une vie meilleure.Mais quel secret profondément enfoui cache ce garçon attachant partagé entre joie de vivre et mélancolie ? Sur fond de bouleversements intimes autant que sociaux, la gamine à l´aube de l´adolescence va faire l´expérience de sentiments inoubliables, qui marqueront à jamais sa vie.


Pourquoi ce livre ?

Lors du deuxième confinement, je me suis laissée séduire par quelques titres du Mot Passant dont celui-ci, avide de découvrir une nouvelle auteure.


De quoi est-il question ?

Nous voici en Bretagne, en 1968, année de bouleversements et de grands changements au sein de la société et des mentalités. Pour autant, la jeune Christine n'en est guère consciente. Agée de onze ans, elle préfère courir la campagne et profiter de jeux d'enfants de son âge avec son amie Sylviane que de s'occuper de ces problèmes d'adultes qui mettent tout le monde sur les nerfs.

Un jour, rendant visite à un voisin, elle fait la connaissance de Bertrand, jeune étudiant venu se reposer quelques temps chez son oncle après avoir vécu des manifestations qui ont mal tourné. Et il faut dire que, bien qu'il soit bien plus âgé qu'elle, le garçon ne laisse pas Christine insensible. Du haut de ses onze ans, elle n'aura de cesse de tenter de se rapprocher de lui.

Peu à peu, elle va découvrir un artiste, un garçon empli de rêves et d'espoir tant pour lui-même que pour un pays qu'il voit sombrer. Mais Christine comprendra bientôt que Bertrand porte aussi un lourd passé et un secret contre lequel elle souhaitera l'aider alors même que l'été 1968 s'annonce difficile à tous points de vue, sans école mais sans non plus tout les besoins du quotidien.


Du côté de la forme...

Ne connaissant pas cette auteure, c'est un peu au pifomètre que j'ai choisi la lecture que j'allais entreprendre de sa plume. Mon choix s'est porté sur le dernier roman publié, d'autant que je dois avouer avoir été charmée par la couverture.

1968 a beau ne pas être la période qui m'intéresse le plus, trop politique et presque trop moderne à mon goût, je m'y penche de temps en temps quand le roman dédié me semble prometteur. Ce fut le cas avec celui-ci et j'ai plutôt apprécié les choix faits par l'auteure pour présenter une période complexe mais avec toute la tendresse de l'enfance.

Car si Christine n'est plus tout à fait une enfant, elle en garde la majorité des codes, nourris d'un brin d'adolescence survenant par petites touches. C'est donc avec un regard éloigné qu'elle va suivre les événements de mai 1968, et le lecteur avec elle. Cela en est touchant car la violence de l'époque s'oppose à son innocence et à ses préoccupations toutes autres, comme celle de plaire à Bertrand.

J'ai été très touchée par l'amitié qui lie Christine et Sylviane. Car s'il s'agit d'une amitié parfois tendue, elle n'en reste pas moi réelle et belle. Elle est de ces amitiés qui nourrissent les enfants et qui, potentiellement, sauront durer dans le temps. Je dois d'ailleurs avouer que j'aurais aimé que le personnage de Sylvianne soit un peu plus développé car il lui manque, pour moi, un brin de profondeur.

La première romance, les premières peines de coeur dans l'esprit d'une pré-adolescente m'ont marquée et apportent beaucoup de tendresse à roman qui a son côté sombre, caché derrière des décors enchanteurs et une vie relativement aisée. La relation entre Christine et Bertrand est donc agréable à suivre mais va surtout savoir mettre en valeur la jeunesse en cette année-là.

L'écriture est fluide et agréable, pleine de douceur et offrant des personnages que l'on aimerait pouvoir croiser dans la vraie vie. La vie des villages est finement rendue et le secret a su me surprendre. Le 1968 des campagnes nous apparaît autrement et la Bretagne, région que j'adore, nous est offerte avec tout son charme et toute sa grandeur.


En conclusion...

Voici un roman que je me suis offert sur un coup de tête et que j'ai finalement beaucoup apprécié. Il a su m'embarquer dans un autre temps mais aussi, et surtout, au coeur de la jeunesse. J'ai aimé ce court voyage en Bretagne et ai repris goût aux lectures touchant mai 1968 tout en me laissant porter par les émotions d'une enfants, par les épreuves d'un jeune homme et par les secrets inavoués rythmant l'ensemble.

Un roman qui donne envie d'en découvrir d'autres de l'auteure.

Au coeur de la Haute-Rochette - Françoise Seuzaret-Barry

  

Infos sur le livre

éditions : Mot Passant

date de publication : 06-05-2021

pages : 288

prix : 19€


Résumé éditeur

Léa Chambon et Justin Dumont s'aiment d'un amour fou. Quand un jour la jeune fille disparaît.... sans nouvelles Justin se morfond et va finir par se marier avec Julia qui va lui donner un fils Rémi... Mais un matin Léa revient, chargée d'un lourd secret...


Pourquoi ce livre ?

Première lecture de cette auteure dont je suis très heureuse d'être l'attachée de presse. L'occasion de découvrir une nouvelle plume et une nouvelle personne.


De quoi est-il question ?

Nous voici dans un petit village du sud de l'Ardèche, dans les montagnes. La vie s'y déroule paisible alimentée par les travaux de la ferme et un quotidien qui, s'il n'est pas toujours aisé, a au moins le mérite d'être tracé d'avance pour chacun. Les amourettes de jeunesse ne passent pas inaperçues et les années 1930 apportent encore leur lot de quiétude.

C'est dans cet univers tracé de fil blanc que Justin, jeune homme sans histoire, tombe amoureux de Léa, une voisine qui ne manque pas de faire parler d'elle en commérages. Et si Justin souhaiterait bien la marier, il sait que la jeune fille est loin de faire l'unanimité tant auprès des villageois qu'auprès de sa famille. Il faut dire que, sur la belle jeune fille, de nombreux regards se posent.

La romance naissante est noyée le jour où, sans prévenir, la jeune Léa disparaît. Sans doute serait-elle partie pour la ville voisine mais personne ne sait pourquoi. Justin décide donc de poursuivre sa vie, oubliant ses rêves de jeunesse. Jusqu'à ce que, bien plus tard, les réponses à de lourds secrets refassent surfasse.


Du côté de la forme...

Je n'avais jamais lu de roman de cette auteure et je dois bien avouer que le sud de l'Ardèche n'est pas la région que je connais le mieux, y compris en littérature. J'étais donc curieuse de me plonger dans ce roman qui fut une vraie bonne découverte.

Autant le dire d'emblée, ce roman est pur et dur roman de terroir, au sens premier du terme tel qu'on l'entend le plus souvent : une vie de village au coeur du passé, une romance impossible régentée par des esprits étriqués, des secrets allant à l'encontre des traditions et des mentalités. Bref, un roman sans réelle surprise mais qui fonctionnent selon les codes attendus du lectorat dédié.

Justin m'a beaucoup touché par sa force de vivre, ses ambitions différentes de celles des jeunes de son époque et, surtout, ses véritables sentiments à l'égard de Léa. J'ai aimé le suivre dans son quotidien et m'interroger avec lui sur la disparition de Léa. Au passage, il est assez rare que le point de vue principal soit du point de vue masculin et cela mérite d'être noté.

Le village apparaît comme un personnage en lui-même avec ses rites et sa vie au jour le jour où les gens ne sont que peu au courant de ce qu'il se passe ailleurs. Le genre de vie qui fait rêver et effraie un peu en même temps. Et Léa fait partie du mystère ambiant, collant dans le décors mais dans une sorte de flou qui l'en échappe un peu.

Dans une deuxième temps, nous allons suivre le point de vue du fils de Justin, le petit Rémi, quatre ans, et je dois dire que j'ai beaucoup aimé voir le point de vue l'enfant qui ne comprend pas tout mais bien assez pour son âge. De quoi voir le monde d'un regard neuf et innocent dans une vie qui commence à perdre toute sa part onirique.

Mais ce que j'ai surtout aimé dans le style d'écriture de l'auteure, ce qui m'a frappée et a touché la littéraire que je suis, c'est le choix d'une narration à la deuxième personne du singulier comme si un être extérieur contait aux personnages leur propre histoire. Car ce choix est porteur est implique le lecteur d'une manière toute différente, l'impliquant peut-être davantage dans l'histoire malgré la première déstabilisation. 


En conclusion...

Voici un roman qui m'a séduite et saura séduire les amateurs du genres avides de romans de terroir au sens premier du terme. Voici un roman qui nous touche par les relations entre les personnages et par le côté historique mémoriel. Voici un roman qui va amener des secrets comme le lectorat du genre les aiment mais à travers un style qui a le mérite de l'originalité et qui change de ce dont on a l'habitude.

Un très bon roman du genre qui donne envie d'en découvrir d'autres de l'auteure.

Fautes d'amour - Béatrice Bourrier

  

Infos sur le livre

éditions : Lucien Souny

date de publication : 16-04-2021

pages : 232

prix : 18,90€


Résumé éditeur

Quand l’une trouve l’amour et connaît le bonheur de la maternité, l’autre conclut un mariage de raison. Ni heureuse ni comblée, mais riche, Julienne se fait un devoir de soutenir ses vieux parents et sa sœur cadette, poursuivis par la misère. Or la vie se charge de rebattre les cartes et entraîne les deux filles, qui avaient tant d’affection l’une pour l’autre, dans une confrontation impitoyable pour défendre leur famille… Mais laquelle, celle de sang ou celle de cœur ? Les affrontements sont encore plus violents lorsqu’ils opposent des gens qui s’aiment. Dans cette histoire aussi juste que touchante, Béatrice Bourrier continue à explorer et à disséquer les thèmes qui lui sont chers : les liens familiaux, les aspirations à la résilience et au pardon… La sagesse et la générosité peuvent-elles nous sauver des inévitables tragédies humaines ?


Pourquoi ce livre ?

Suivant cette auteure depuis quelques années maintenant, je suis ravie qu'elle ait pensé à moi pour que je puisse parler de son nouveau roman, ce que je peux enfin faire ici.


De quoi est-il question ?

Julienne et Emilie sont soeurs et, enfants, étaient très proches. Mais, en grandissant, leurs destins se sont séparés. La première a fait un mariage de raison, la seconde un mariage d'amour. La première vit ainsi dans l'opulence, la seconde dans la quasi-pauvreté. Et si les deux soeurs s'aiment, chacune ne parvient à comprendre le choix de l'autre.

Car chacune des deux soeurs doit subir son lot de plaisirs et d'épreuves. La cadette aime mais doit supporter un quotidien difficile. L'aînée soutient ses parents financièrement mais ne parvient pas à être pleinement heureuse. D'autant que cette dernière se voit incapable de pouvoir porter un enfant et va peu à peu sombrer dans un manque de maternité.

Le quotidien est difficile pour toutes deux mais, bientôt, la guerre va apporter son lot de souffrances supplémentaires et les doutes vont survenir, insidieusement, dans des esprits déjà confrontés à la peine et aux épreuves. Quand les jeux de pouvoir et d'incompréhension prendront le dessus, la famille risquera de voler en éclats au coeur d'une époque qui ne prend guère en compte la loi du coeur.


Du côté de la forme...

Béatrice Bourrier est de ces auteures que j'aime suivre car elle sait offrir de superbes histoires pleines de poésie et de force. C'est donc sans hésitation que je me suis plongée dans ce nouveau roman qui fut une nouvelle fois un grand moment de lecture.

La question de la fratrie en littérature est toujours une thématiques très forte car, bien souvent, l'amour que se portent les membres de la fratrie va s'opposer à des raisonnements différents, à des modes de vies différents ou à des incompréhensions dues aux douleurs traversées. Ici, c'est un peu un mélange de tout ça que nous offre l'auteure et ça marche très bien.

Il est aisé de s'attacher à Julienne et à Emilie, deux femmes aux destins bien différents pour lesquelles on éprouve tour à tour compassion, pitié et colère. Car le changement de point de vue dans la narration nous invite à les comprendre et à imaginer un peu mieux ce qui les pousse à agir. Et si le lecteur choisira tôt ou tard son camp, il comprend comment des horreurs peuvent avoir lieu.

C'est avec brio que l'auteure nous plonge dans deux parts bien distinctes de la société en opposant la vie du peuple à la vie de la bourgeoisie à une époque où tout coïncidait vers le prisme de l'argent et du pouvoir. Ainsi, elle sait opposer pauvreté et amour d'un côté, richesse et raison de l'autre. Elle pose alors la question du lieu où réside le vrai bonheur.

Et bien sûr, lorsque la guerre va survenir, ce sera l'occasion pour l'intrigue de basculer. Or, c'est avec originalité que l'auteure se sert de cette thématique trop souvent utilisée. Car si la guerre est présente au fil de quelques pages, si la peine sera au rendez-vous, c'est une toute autre intrigue qui va se mettre en place, une intrigue qui pose la question de l'argent, du pouvoir et de l'amour des mères...


En conclusion...

Voici un roman que j'étais très curieuse de pouvoir découvrir et que j'ai dévoré avec avidité. Voici un roman qui m'a plongée dans le genre de thématiques et d'émotions que j'affectionne tout particulièrement au sein d'époques qui m'intéressent beaucoup. Ce roman interroge aussi les relations familiales lorsqu'elles sont confrontées au pouvoir de l'argent et cela me touche toujours, d'autant que l'auteure le fait bien.

Un superbe roman à conseiller à tous ceux qui aiment les belles histoires de femmes et aiment ne pas ressortir indemnes d'une lecture.