samedi 27 juin 2020

Pour une goutte d'éternité - Bernadette Berger



Infos sur le livre

éditions : Lucien Souny
date de publication : 15-05-2020
pages : 172
prix : 15€

Résumé éditeur

Sur cette terre de mystères, où la moindre forêt cache des pierres à cupules et des rochers marqués de l´empreinte du Diable, où la plus commune des grottes recèle des inscriptions rupestres et des fosses énigmatiques, où l´on croit que certains êtres exceptionnels ont le don qui soigne ou qui tue, où les légendes ont l´accent de la vérité, un jeune homme fait une découverte fabuleuse qui va changer le cours de sa vie. Après bien des tourments il rencontrera l´amour sous les traits d´une jeune fille douée en dessin. Ensemble, ils mèneront bataille pour se forger un destin.

Pourquoi ce livre ?

Après un premier roman de l'auteure il y a quelques années que j'avais vraiment beaucoup apprécié, ce nouveau roman ne pouvait que me tenter.

De quoi est-il question ?

Dans un petit village de Haute-Loire, la famille Fauvet est contrainte de quitter la petite ferme qu'elle a toujours connu pour se plier à la demande de leur propriétaire, noble de la région. Par chance, ils parviennent à louer une autre maison, à un prix raisonnable, signe d'une nouvelle vie. L'occasion pour Alice, la fille de la famille, de faire de nouvelles rencontres.
Disposée pour le dessin, elle fait bientôt la rencontre de Jean, un vieil homme du village qui lui parle de la vie et l'incite à accomplir ses rêves. Mais bientôt, Alice découvrira que le vieil homme est porteur d'un secret, un secret ancestral lié intimement aux légendes et autres mythées liés à la région et au village.

Dans le même temps, Octave, un vieil homme atteint de la maladie de Charcot, tente autant que faire se peut de retarder la déchéance de son propre corps. C'est alors qu'il entend parler d'une alchimie permettant de prolonger la vie dans les meilleures conditions. Il sera alors prêt à tout pour y parvenir quitte à semer le tourment sur son passage.

Du côté de la forme...

Si, comme vous le savez, je suis une grande amatrice de romans dits de terroir, je m'intéresse de plus en plus à ce que l'on pourrait appeler du "terroir autrement". Ce roman semblait donc parfait dans ce genre-là et je n'ai pas été déçue de ma découverte.

A la manière d'un thriller, ce roman débute par la mort d'une vieille femme au bord d'une falaisse en découvrant des hommes faire des recherches secrètes dans une demeure de la région. De quoi éveiller l'attention du lecteur et de quoi le plonger dans un univers à la fois proche de ce qu'il connaît mais avec cette petite dose d'imprévu qui le plonge dans l'intrigue.

C'est alors un florilège de personnages qui nous apparaît avec, au début, une impression de flou pour le lecteur. Mais cette impression est vite effacée grâce à une belle capacité de l'auteure à emboîter les différentes pièces pour offrir au lecteur un ensemble clair et efficace mais surtout plein de surprises et de rebondissements qui donnent un agréable parfum de nouveauté au roman.

La vie du village est présente page après page mais une intrigue va se greffer : la question de l'alchimie qui apporte un petit goût de magie et d'imaginaire à ce roman. Mais un imaginaire lié au mythe et aux légendes d'une région ce qui apporte une connaissance sur la Haute-Loire que nous ignorons bien souvent et qui donne envie d'en savoir plus.

Côté personnages, ce sont des figures attachantes que nous sommes amenés à rencontrer ici, des figures vraies et représentatives d'une vie rurale dans un cadre historique. Mais ces personnages sont aussi des personnages porteurs de rêves et d'espoirs jusqu'à une seconde partie où les relations entre eux vont évoluer jusqu'aux révélations de secrets étonnants.

C'est par son style si poétique que l'auteure parvient à se saisir des codes ancestraux de l'alchimie et de la pierre philosophale pour apporter quelque chose de nouveau. Car si elle sait mettre en avant une vie de village, elle sait aussi aller plus loin dans le mythe pour surprendre le lecteur. Et si, comme elle le dit elle-même, elle n'est pas alchimiste, elle sait mettre ce thème à la portée du lecteur.

En conclusion... 

Entre un sujet alléchant, un cadre enchanteur et une auteure dont j'avais beaucoup aimé le premier, je n'avais guère de doutes sur le fait d'aimer ce roman. Et en effet, c'est un moment plein de poésie que j'ai eu l'occasion de passer entre régionalisme et c'est ce petit quelque chose en plus qui fait de cette histoire un texte original qui fait du bien.
Un roman à découvrir et à faire découvrir, un roman qui mérite d'être lu du plus grand nombre.

Miroir, miroir - Serena Valentino

See the source image

Infos sur le livre

éditions : Hachette
date de publication : 26-02-2020
pages : 272
prix : 14,95€

Résumé éditeur

La Méchante Reine n'a pas toujours été mauvaise... Il était une fois une jeune femme qui ignorait qu'elle était belle. Si belle qu'un roi en tomba éperdument amoureux. Il l'épousa et l'emmena vivre dans son château, avec sa fille. Entourée par l'amour du roi et de cette petite fille qu'elle aimait comme sa propre enfant, la nouvelle reine s'épanouit. Malheureusement, la guerre éclata et le roi y laissa la vie. Le coeur de la reine se brisa, se flétrit. Elle se retrouva seule à la merci d'un miroir maudit qui chaque jour lui rappelait sa triste enfance, malmenée par un père détestable.  Chaque jour qui passait l'éloignait un peu plus de Blanche-Neige - jusqu'au matin où Blanche-Neige devint la plus belle de toutes, et où la reine réclama son coeur...Voici l'histoire de celle qui voulait être la plus belle. 

Pourquoi ce livre ?

Voilà une collection qui me tentait depuis pas mal de temps et que je suis absolue ravie d'avoir enfin pu prendre le temps de découvrir.

De quoi est-il question ?

Elle était la fille du miroitier lorsque le roi, en deuil de sa première épouse, tomba amoureux d'elle et la ramena au château. Elle découvrit alors la richesse et la sérénité mais aussi l'amour d'un doux époux et la tendresse d'une fillette qui n'attendait rien de moins que l'amour d'une mère pour remplacer celui de celle morte trop tôt.

Tel est le début de celle qui deviendra la méchante et que rien ne prédestinait à devenir un monstre. Un début digne des plus beaux contes et que rien n'aurait dû arrêter. Mais bientôt, survient au château trois étranges soeurs, cousines du roi, déterminées à nuire à cette vie parfaite. Et là-dessus, c'est au combat que le roi perd la vie, laissant seules son épouse et sa jeune fille.

Dès lors, la reine, rongée par la peine, s'écarte du monde. Avec pour seul compagnon un miroir magique renfermant l'âme de son père, la reine noie son chagrin dans la recherche de sa seule beauté et dans l'approbation de ce père qui l'aura toujours dénigrée de son vivant. Un pis-aller qui aurait pu durer si Blanche n'était pas devenue plus belle qu'elle...

Du côté de la forme...

Grande fan de la collection "Twisted Tales" et grande amoureuse des méchants de Disney depuis toujours, poursuivre avec cette collection était comme allant de soi et j'étais plutôt curieuse de voir ce que cela pouvait donner. Le résultat m'a plutôt satisfaite.

Qui ne s'est jamais demandé comment la Méchante Reine aura pu devenir aussi cruelle et aussi superficielle, n'ayant d'autre ambition que celle d'être la plus belle ? Et bien, ici, l'auteure imagine des éléments de réponses en dévoilant la jeunesse tragique d'une fille du peuple devenue reine, d'une femme rongée par le deuil et d'une reine insatisfaite mise à mal par un terrible manque d'amour.

La reine prend, comme on pouvait s'y attendre, une profondeur dans ce roman qui fait du bien, beaucoup de bien. La cruauté n'est pas innée, elle est nourrie par un passé. Ce roman n'est bien sûr pas sans faire penser au même personnage dans la série "Once open a time" mais avec une autre version encore de l'histoire.

D'ailleurs, cette profondeur n'est pas sans laisser un message aux jeunes ados en leur parlant d'amour et de famille. Un moyen aussi de parler de choix de vies, et de directions que chacun de nous est censé prendre. Enfin, on voit la reine s'enfoncer peu à peu dans sa solitude et sa haine grâce à une auteure qui sait jouer avec une évolution du personnage jusqu'au grand final que nous connaissons.

Il est vrai que dans le conte d'origine et même dans le film de Disney, la relation entre Blanche-Neige et la reine est très douteuse, presque inexistante si ce n'est par ce seul aspect de la beauté. Il est par ailleurs intéressant d'en apprendre un peu plus sur la rencontre entre Blanche et le prince ainsi que sur la vie du royaume en général.

Côté style, l'auteure parvient à repprendre les codes du conte tout en les modernisant pour nous offrir un roman dans un juste milieu entre référence à Disney et innovation. Elle nous invite à éprouver une vraie tendresse pour une des méchantes les plus caractéristiques de Disney et amène de nouveau personnage, les trois soeurs, telles les trois fileuses pour nous laisser un goût de suspens.

En conclusion... 

Voici un roman d'une série qui m'intriguait pas mal. Si nous restons sur une écriture assez simple, si l'ensemble aurait mérité d'être plus développé, le fait est que ça fonctionne. La reine m'a beaucoup touchée dans ce roman et apporte un message différent de cette histoire au final très superficielle de seule beauté. Un sujet qui a trop évolué pour rester tel quel.
Je pense que je prendrai le temps de lire les autres romans de cette série ne serait-ce que pour en savoir plus sur les trois soeurs... 

Je te plumerai la tête - Claire Mazard



Infos sur le livre

éditions : Syros
date de publication : 06-02-2020
pages : 512
prix ; 17,95

Résumé éditeur

Comment se sortir des griffes du pervers narcissique qui se trouve être votre propre père ? Un thriller psychologique bluffant et nécessaire. Depuis l'enfance, Lilou voue une admiration sans bornes à son père. Elle ne lui trouve aucun défaut. Depuis que la mère de Lilou est hospitalisée, le duo père/fille est plus soudé que jamais. À la demande de son père, Lilou rentre aussitôt après le lycée chaque soir. C'est lui aussi qui lui a conseillé, pour son bien, de cesser de se rendre à l'hôpital : à quoi bon consacrer trop de temps à cette mère fragile ? Avec tact, les amis de Lilou, qui s'inquiètent pour elle, vont l'aider à appréhender qui est réellement ce père envoûtant, sûr de lui et omniprésent.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Syros grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman qui me faisait énormément envie et que j'étais très curieuse de découvrir.

De quoi est-il question ?

Lilou a toujours été très proche de son père, un homme au talent fou et plein de charme qu'elle admire en tous points. Bien plus proche que de sa mère en tout cas qui ne lui a jamais porté grande attention. Son père, lui, a tout fait pour la protéger et même encore aujourd'hui, alors que sa mère est à l'hôpital, il la soustrait de la déchéance de cette dernière qui, de toutes façons, ne veut pas la voir.

Pourtant, sur les conseils de ses amis, Lilou décide malgré tout de se rendre à l'hôpital où elle se redécouvre une complicité avec cette mère trop longtemps ignorée. Ensemble, elles parlent de littérature mais déjà des doutes s'immiscent dans l'esprit de Lilou. Car s'il lui a dit à elle que sa mère refusait de la voir, il dit à son épouse qu'elle-même ne se sent pas de venir à l'hôpital.

Mais alors que l'inéluctable se produit, Lilou découvre de plus en plus de propos et d'attitudes troublantes chez son père. Mais la peine et la douleur sont telles que quelques détails inquiétants sont bien normaux... Pourtant, élément après élément, Lilou commence à sérieusement s'interroger sans se douter que la vérité qui explosera dépassera de loin tout ce dont elle aurait pu se douter...

Du côté de la forme...

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu un roman engagé des éditions Syros et je dois dire que pour une reprise celui-là était particuièrement violent. N'ayant jamais lu de roman de Claire Mazard j'étais curieuse de découvrir cet univers et la découverte fut à la hauteur de mes attentes.

Ce roman nous présente donc Lilou, une adolescente bien différentes des autres ados de son âge. Car à l'âge où les jeunes se détâchent de leurs parents, elle éprouve toujours une affection sans faille pour son père dont elle est extrèmement proche. Un bon début mais qui semble être presque trop pour le lecteur qui, déjà sans que quelque chose pêche.

Un propos, une attitude, une réflexion... Autant de petits détails qui chagrinent le lecteur sans qu'il ne parvienne à mettre le doigt dessus jusqu'au premier mensonge lié aux visites à l'hôpital. De quoi poser questions même si le lecteur serait bien en mal d'imaginer jusqu'où l'horreur ira dans l'attitude de cet homme manipulateur.

Car si le lecteur omniscient sait qui est véritablement le père de Lilou, il faut aussi reconnaître que l'auteure sait aller très loin et nous surprendre malgré tout. Difficile de ne pas avoir envie de plonger dans le roman pour secouer Lilou, pour l'aider et pour lui faire ouvrir les yeux où elle, de son côté, s'enfonce imperceptiblement dans la douleur, le questionnement et la culpabilité.

"Papa Lou" est un homme toxique qui manipule sa fille à souhait pour l'amener à agir pour lui, rien que pour lui. Bien difficile d'imaginer que ces êtres pervers puissent agir de la sorte envers même leurs propres enfants et pourtant... Mais quand le pervers est doublé d'un escroc avide de pouvoir et d'argent, cela impose un ensemble très pertubant, intense et essentiel.

C'est avec brio que l'auteure parvient à monter crescendo dans la perversité et dans l'attitude du père, à nous propulser dans l'esprit d'une ado victime de ce père et à nous faire comprendre des mécanismes qui nous dépassent. Elle parvient à glisser dans un roman pour ados une thématique très difficile, à nous faire dévorer cette intrigue comme un thriller et à innover dans un genre rabattu.

En conclusion... 

Voici un roman avec lequel je m'attendais à vivre un moment difficile et je n'ai pas été déçue entre des personnages d'une violence extrême et un travail sur la psychologie qui dépasse l'entendement et propose quelque chose de neuf en littérature ado. Voici un roman qui impose à notre vue les manoeuvres d'un pervers narcissique et l'impuissance de la famille liée.
Ce roman aura été pour moi un vrai coup de coeur mais aussi un coup au coeur car la lectrice adulte que je suis a longuement pensé aux terribles sentiments que pu ressentir la mère toutes ces années. 

samedi 20 juin 2020

Réflexion - Elizabeth Lim

See the source image

Infos sur le livre

éditions : Hachette
date de publication : 26-02-2020
pages : 384
prix : 16,90€

Résumé éditeur

Mulan est une jeune femme au cœur d’or, dotée d’un tempérament de guerrière. Elle ferait n’importe quoi pour protéger ceux qu’elle aime et c’est donc instinctivement qu’elle décide de prendre la place de son père infirme dans l’armée. Dissimulée sous l’identité de Ping, elle ne peut s’empêcher de douter alors que le capitaine de son régiment, Li Shang, et elle, se rapprochent. Mais tout bascule lorsqu’il est mortellement blessé à sa place. Dévorée par la culpabilité et poussée par un sens profond du devoir, Mulan est prête à tout pour sauver celui qu’elle aime… Y compris se rendre dans le monde des Morts, le Diyu. Avec l’aide de ShiShi, le gardien de Shang, la guerrière devra affronter une série d’obstacles insurmontables pour ramener le capitaine avant le lever du soleil, ou ils resteront prisonniers du Diyu pour toujours… Ceci n’est pas l’histoire de Mulan telle que vous la connaissez. C’est une histoire de sacri ce. De courage. D’amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.

Pourquoi ce livre ?

Un nouveau "Twisted tale" et sur Mulan, je ne pouvais pas passer à côté. Dès sa sortie j'en ai donc fait l'acquisition et je suis ravie d'avoir enfin pu le lire.

De quoi est-il question ?

Le régiment de capitaine Li Shang lutte contre l'armée des Huns dans les montagnes chinoises et la jeune Mulan, femme déguisée en guerrier, déclanche une avalanche pour anéantir l'ennemi. Mais dans la bataille, le capitaine est blessé d'un coup d'épée et meurt, laissant derrière lui une armée perdue et une Mulan désespérée.

C'est alors qu'apparaît à la jeune femme le gardien du capitaine ainsi que le fantôme de son père, tombé au combat quelques temps plus tôt. Parce qu'elle est prête à tout pour sauver l'homme dont elle est en train de tomber amoureuse, Mulan affirme être prête à tout tenter pour pour sauver l'âme de Shang, quite à prendre les plus gros risques.

Les gardiens de Shang lui donnent alors la clé : se rendre aux enfers et affronter les différentes portes de ces lieux mythiques pour ramener l'âme du capitaine avec elle parmis les vivants. N'écoutant que son courage, Mulan ira jusqu'à affronter les plus terribles créatures, l'orgueil de Shang et sa propre condition pour contrer un destin qu'elle ne peut supporter.

Du côté de la forme...

Mulan est sans nul doute l'un de mes Disney favoris. Quand j'ai vu qu'un "twisted tale" avait été écrit à son propos, je n'ai donc pas hésiter très longtemps d'autant que cette nouvelle histoire promettait d'être bien plus qu'une simple réécriture du film.

Alors que l'avalanche déclanchée par Mulan détruit tout sur son passage, alors que Shan Yu pourchasse Shang et Mulan, c'est le capitaine qui essuie le coup d'épée et est blessé au combat, blessé mortellement au grand désespoire de Mulan tombée amoureuse. Un simple détail pour faire basculer l'histoire et entraîner le lecteur bien loin de l'histoire bien connue.

Car suite à la mort de Shang, Mulan va partir pour les enfers pour sauver l'âme de son capitaine ce qui n'est pas sans faire penser aux traditions du genre tels Orphée. Et il convient de dire que l'auteure mêle avec brio les deux références, tant celle de Disney que celle des traditions de mythologie pour parler des âmes et des morts.

Alors, certes, les personnages sont ceux que l'on connaît. Pour autant, ce roman m'a donné le sentiment d'user du prétexte de Disney pour aller vers une intrigue beaucoup plus profonde et vers une volonté de l'auteure de parler des mythologies chinoises, sujet que nous connaissons fort mal et dont nous découvrons les grandes lignes ici.

De plus, ce roman permet aussi d'aller encore plus loin dans la question de la place de l'homme par rapport à la femme dans la société. Un sujet déjà très présent dans l'histoire d'origine mais repris ici avec beaucoup de profondeur et d'intelligence en jouant sur les pensées de Mulan, ce que nous n'avons pas vraiment dans le film.

Côté style, j'ai parfois eu du mal à retrouver la réécriture au profit d'un roman à part entière et d'une écriture fouillée. Un sentiment très appréciable qui montre combien l'auteure maîtrise son sujet et nous ramène des personnages et un cadre complètement efficace. J'ai aimé découvrir les différentes portes des enfers tout en suivant des personnages que j'affectionne tout particulièrement.

En conclusion... 

Voici un roman que j'étais très curieuse de découvrir et avec lequel j'ai passé un très agréable moment. Voici un roman qui entre dans la collection des "twisted tale" mais qui va aussi beaucoup plus loin et nous offre un imaginaire qui manque en littérature et mériterait très largement d'être davantage exploité. Voici un roman qui fait du bien et se dévore.
A tous les amateurs de mythologies, ce roman apporte beaucoup plus qu'il n'en a l'air. 

Profondeurs de l'océan - Liz Braswell

See the source image

Infos sur le livre

éditions : Hachette
date de publication : 11-09-2019
pages : 442
prix : 16,90€

Résumé éditeur

Et si Ariel n'avait jamais vaincu Ursula ? Ariel est une jeune sirène rêveuse qui ne souhaite que deux choses : parcourir le monde et avoir des jambes. Cette curiosité pour le monde des humains et son attirance pour le Prince Éric la poussent à transgresser les lois de son père, le Roi Triton, et à commettre l'irréparable : échanger sa voix contre sa liberté. Mais tout bascule lorsqu'elle ne parvient pas à se défaire du marché passé avec Ursula... Cinq années plus tard, orpheline et sans voix, Ariel est devenue la reine d'Atlantica tandis que la sorcière des mers, toujours déguisée, règne sur le royaume du Prince Éric. Lorsque la Petite Sirène découvre que son père pourrait être vivant, elle retourne à la surface pour confronter Ursula, auprès d'un prince qu'elle imaginait ne jamais revoir. Ceci n'est pas l'histoire de La Petite Sirène telle que vous la connaissez. C'est une histoire de pouvoir. De courage. D'amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.

Pourquoi ce livre ?

Passionnée par cette collection des "twisted tale" et fan de l'histoire de La petite sirène, je ne pouvais pas passer à côté de ce roman et n'ai pas attendu très longtemps pour le lire.

De quoi est-il question ?

Cinq ans ont passé depuis que Ariel, jeune sirène pleine de rêves, a cédé sa voix à Ursulla en échange de jambes pour lui permettre d'aller sur terre. Cinq ans qu'elle a échoué et a tout perdu : son innocence, son amour, son père. N'ayant pu arrêter le mariage d'Eric et Vanessa, le père d'Ariel a donné sa vie en échange de celle de sa fille qui est devenue reine des mers, une reine muette. 

Sous la mer, elle tente donc de gérer son royaume et d'oublier tendis que sur terre la princesse Vanessa a pris le pouvoir sur son royaume et sur le prince. Mais un jour, Jona, descendante d'Euréka le goéland, découvre que le roi Triton pourrait bien être envie. Pour Ariel, il est l'heure de revenir sur la terre ferme pour retrouver son père et de se confronter une nouvelle fois à la sorcière des mers.

Mais alors qu'Ariel ne devait retourner au château que pour retrouver son père et rentrer à Atlantica, les hasard vont s'accumuler pour que rien ne se passe comme prévu : une voix à porter de main, un royaume en perdition et un prince qui semble commencer à retrouver la mémoire. Le roi Triton n'est pas le seul qui doit être sauvé des tentacules d'Ursulla.

Du côté de la forme...

Cette fois, c'est l'histoire de La petite sirène qui est réinventée avec l'idée d'une Ariel qui ne serait pas arrivée à temps pour arrêter le mariage. Une idée à laquelle j'avais parfois pensé en regardant le film et que j'ai adoré voir exploitée.

Cette fois, le lecteur fait un bond de 5 ans dans le temps ce qui impose un film dont certes les grandes lignes sont réutilisées mais par touches. Le moment du changement n'est pas présenté en début d'intrigue en temps que tel mais, au contraire, par la mise en abyme proposée grâce à l'opéra écrit par le prince. Une bonne idée qui apporte une touche différente au roman.

Ariel a bien changé et l'auteure n'est pas sans le répéter de nombreuses fois et, pourtant, page après page, la petite sirène douce et pleine de rêves n'est pas sans transparaître. De quoi mêler l'hypotexte à la nouveauté. D'ailleurs, tous les personnages mêlent l'ancien et le nouveau. On les reconnaît mais ils ont aussi gagné en profondeur ce qui est toujours plaisant.

Ici, les thématiques de l'océan et du pouvoir sur terre sont au centre, une belle occasion pour l'auteur d'amener son lecteur à une double réflexion. D'une part, elle l'interroge sur le pouvoir et sur la plus digne manière de gérer un royaume quand on a un peuple à sa merci. D'autre part, elle joue sur les codes de la vie d'Atlantica pour faire passer un message écologique qui ne laisse pas insensible. 

Si la romance va peu à peu revenir au coeur de ce roman, ce n'est pas là le sujet principal et l'auteure réinvente l'éternel combat entre le bien et le mal. Une psychologie est offerte à Ursulla et de nouveaux personnages font leur apparition, des personnages attachants que l'on souhaiterait volontiers voir porter à l'écran.

Une fois de plus, je me suis laissée séduire par le style de Liz Braswell qui sait mêler l'amour de Disney à des sujets bien plus actuels. On croit à l'intrigue qu'elle nous offre et aux rebondissements qu'elle imagine avec l'envie d'aller toujours plus loin dans la lecture entre références et innovation ce qui est toujours très plaisant.

En conclusion... 

Voici un roman qui me tentait depuis sa sortie et que je suis vraiment ravie d'avoir enfin pu lire. Avec une héroïne Disney que j'apprécie beaucoup et une intrigue au fort potentiel, j'attendais beaucoup de cette lecture et mes attentes ont été satisfaites grâce à une intrigue que je souhaitais lié à une imaginaire qui a su me surprendre. Bravo !
Je l'ai déjà dit, cette série est à conseiller à tous les amateurs de Disney mais pas seulement. 

Une fille comme les autres - Jack Ketchum



Infos sur le livre

éditions : Bragelonne
date de publication : 25-01-2007
pages : 360
prix : 20€

Résumé éditeur

Un simple fait-divers dans l'Amérique des années cinquante. Dans une banlieue paisible où la vie est tranquille et ordinaire, une adolescente, Meg, et sa jeune soeur handicapée ont été placées chez une tante éloignée après le décès de leurs parents. La tante a une certaine idée de l'éducation. Ses brimades, d'abord anodines, font vite place à des accès de rage, des caprices cruels, et bientôt un atroce supplice dans lequel elle entraîne ses trois fils, puis les autres garçons du voisinage. L'un d'eux, pourtant, refuse de participer mais ne peut se résoudre à s'opposer à l'autorité de cette femme. Il sait qu'il doit prendre une décision d'adulte : faire un choix entre l'amour et la luxure, entre la compassion et le mal.   « Une fille comme les autres est un livre animé d'une vie propre. Il ne se borne pas à promettre la terreur : il tient ses promesses. On ne peut pas s'arrêter de le lire. » Stephen King   « Voilà l'essentiel, l'horreur encastrée dans la littérature authentique, une plongée embarrassante dans la noirceur absolue, la face cachée de la tradition littéraire américaine. » Edward Bryant

Pourquoi ce livre ?

Acheté dans une brocante il y a des années, je n'avais jamais pris le temps de me plonger dans ce roman que j'ai finalement dévoré et que je ne suis pas prête d'oublier.

De quoi est-il question ?

Nous voici dans les années 1950. David est un jeune adolescent sans histoire passant ses jours avec ses voisins au bord de la rivière pour échapper aux disputes de ses parents proches du divorce. Par un jour particulièrement beau, il fait la rencontre de Meg, une belle adolescente qui ne le laisse pas insensible. Meg a perdu ses parents et vit désormais avec sa soeur chez Ruth, leur tante.

Et si Meg fait preuve de beaucoup de joie de vivre, quelque chose semble la perturber et lui faire peur dans sa nouvelle vie. David assistera bientôt à des brimades de la part de Ruth envers la jeune fille à qui elle semble reprocher sa jeunesse et sa beauté. Car une adolescente à la beauté certaine ne peut que s'en servir pour séduire autour d'elle.

Mais très vite, Meg va se retrouver prisonnière de cette maison où elle ne tardera pas à vivre l'enfer tendis que, guidés Ruth, David et ses amis vont bientôt devenir témoins de l'horreur absolu. Puis, David assistera impuissant à la métamorphose de ses amis en bourreaux. Une évolution qui se fera peu à peu, sans qu'ils ne s'en rendent vraiment compte, pour atteindre les pires monstruosités.

Du côté de la forme...

Les récits tirés de faits réels m'intéressent tout particulièrement et ce roman-ci promettait une nouvelle fois une plongée dans la pensée humaine d'une férocité exemplaire. Et si ce n'est pas ce qui m'attire le plus en général, une préface de Stephen King n'était pas pour me déplaire.

La folie et l'horreur commise par l'être humain sont sans limite mais parviennent toutefois toujours à nous surprendre. De même, nous ne savons rien de notre voisinage et ce livre est la preuve une fois de plus que le pire peut être commis à côté de chez nous sans que l'on ne s'en préoccupe si nous ne sommes pas mis devant le fait accompli.

Si j'ai souvent lu des textes du genre, il est bien rare de se retrouver dans la peau du bourreau ou tout du moins du témoin tel que cela est fait ici avec David. D'autant que la parole est libérée trente ans après les faits tel un traumatisme révélé. De quoi apporter un souffle d'horreur pire encore que lorsque la victime raconte son souvenir.

Durant tout le roman, nous assisterons donc à la torture de Meg tout d'abord par sa tante puis par tous les enfants du voisinage. David, refusant de participer mais incapable de ne pas assister à ces scènes ne se sent pas coupable ce qui n'est pas sans nous retourner. Comment, parce qu'il n'agit pas, cet adolescent peut-il penser qu'il n'est responsable de rien ?

Ce livre se présente alors tant comme le rapport d'un fait divers monstrueux que comme une critique acerbe de notre société qui refuse de voir. Mais surtout, ce qui frappe avec ce roman, c'est l'horreur commise à un degré innimaginable par des adolescents, des mineurs, des enfants finalement, et surtout parfaitement conscients de leurs actes.

Côté style, je crois que je n'ai jamais été autant déstabilisée par un texte du genre. Le style parvient à rendre la parole du témoin et à imposer des dialogues qui nous plongent au plus près de l'horreur sans qu'il n'y ait, comme souvent, la frontière de l'espace-temps qui d'ordinaire protège le lecteur. Ici, la souffrance Meg nous est imposée en direct mais sans qu'elle-même n'ait jamais droit à la parole.

En conclusion... 

Voici un roman très dérangeant où l'horreur est omniprésente et monte crescendo, où la victime est objet et perdra de plus en plus le droit à la parole au nom de la souffrance qui lui est imposée. La question qui brûle les lèvres est "pourquoi" sans que le lecteur ne trouve jamais vraiment de réponse. Mais en refermant le roman, il apprend à se remettre en question sur le monde qui l'entoure. 
Un roman où il faut avoir le coeur bien accroché mais qui fourni un message fort. 

dimanche 14 juin 2020

Faut pas prendre les cons pour des gens - Emmanuel Reuzé et Nicolas Rouhaud



Infos sur le livre

éditions : Fluide glacial
date de publication : 04-09-2019
pages : 56
prix : 12,90€

Résumé éditeur

Tous les sujets de société sont abordés : les SDF, l’écologie, l’enseignement, l’industrie du tabac, les caisses automatiques, l’hôpital public, l’immigration, le racisme ordinaire, bien-pensance, la surpopulation carcérale, les quotas policiers, les maisons connectées… De quoi faire bouillir la débilité ambiante dans ses contradictions  au grand bonheur des amateurs d’humour absurde !

Pourquoi ce livre ?

Avec un tel titre, cela faisait un bon bout de temps que cet ouvrage me tentait énormémement sans que je ne prenne le temps de me l'offrir et de le lire. C'est maintenant chose faite.

De quoi est-il question ?

Notre société moderne est une société intelligente et riche, pleine de valeurs et de lois pour protéger les plus faibles. En théorie du moins. Car si sur le papier tout sonne parfaitement bien la réalité est toute autre et nous offre un monde maussade où les richesses ne sont pas partagées, où l'absurdité administrative atteint des sommets et où la peur de l'autre pourri le quotidien.

Et si les diplômes scolaires étaient vendus dans des distributeurs automatiques ? Et si les patients en venaient à se soigner eux-mêmes à l'hôpital ? Et si les kamikazes devaient faire grève ? Et si les braquages venaient à se faire en télétravail faute de moyens ? Voici quelqu'unes des questions absurdes posées ici dans une critique acerbe de notre société.

Du côté de la forme... 

Il est plutôt rare que je lise de la bande-dessinée et plus encore ce genre de BD qui n'est pas un roman graphique mais celle-ci me tentait énormément grâce à son titre très attractif et sa problématique sonnant tellement juste.

En débutant ma lecture, j'espèrais passer un moment bourré d'humour, assez cynique et qui me permettrait de rire. Et si j'ai souvent sourit au fil des pages, je dois avouer que ma lecture s'est révélée beaucoup plus profonde que ce que j'aurais pu croire avec un humour noir certain mais surtout une part critique essentielle.

C'est une face bien moins reluisante du monde qui nous est présentée ici avec des sujets variés. De la politique pure à l'enseignement en passant par les SDF, l'emploi ou l'autorité, tous les sujets sont traités, montrant les faiblesses de la société pour commencer avant de plonger dans l'absurde pour en dénoncer tous les disfonctionnements. 

Et il est vrai que si tout est porté à son paroxysme avec des décalages ironiques à souhait, le lien au réel est trop fort pour qu'on n'en tienne pas compte. La société est passée au crible avec des problématiques déjà bien complexes mais voilà qu'en fin de planche le retournement est tel qu'il impose le respect, le doute et le sourire jaune.

Cet album dénonce toutes les absudités de la société, la supprématie des riches et nous force à voir ce que bien trop souvent nous voulons oublier. Il nous met aussi face à des faiblesses du monde et nous fait réfléchir sur les métiers que nous avons tendance à critique. D'ailleurs, cet ouvrage a de forts accents d'actualité directe, des accents effrayants.

Côté style, j'ai beaucoup aimé le cynisme du texte et l'humour noir qui regorge bien souvent de cette écriture réfléchie et intelligente. Et si j'ai un peu moins apprécié le style du trait d'illustration, force est de constater qu'il fonctionne parfaitement bien avec le texte pour un tout qui apparaît comme un tout finement agencé.

En conclusion... 

Voici un ouvrage qui me tentait depuis bien longtemps et que je suis absolument ravie d'avoir pu découvrir même si ma découverte a été différente de ce que j'attendais. Cet ouvrage est de livres qui restent gravés en vous et qui vous fait réfléchir tant sur le monde que sur vous-même. Voici un album important devant être découvert de tous.
Si un tome 2 paraît, je serai bien sûr au rendez-vous.