lundi 23 novembre 2020

Comme un souffle de vengeance - Alain Léonard

  

Infos sur le livre

éditions : Revoir

date de publication : 20-10-2020

pages : 196

prix : 17€

 

Résumé éditeur

Tous les hommes envient Marc. Quelle chance d'être marié à une si jolie femme, Eve, qui vient d'une famille aisées, pour ne pas dire riche. D'autres diraient que l'argent, finalement, ne fait pas le bonheur. Effectivement, on n'est pas bien apprécié dans les salons feutrés des hôtels particuliers, quand, comme Marc, simple petite employé de banque, on vient de la banlieue parisienne.

 

Pourquoi ce livre ?

Merci à mon ami Alain Léonard pour la confiance qu'il m'a accordé en m'envoyant son nouveau roman dans un genre différent de d'habitude.

 

De quoi est-il question ?

Marc, employé de banque modeste, a tout pour être heureux : une épouse qu'il aime profondément, une petite fille pour laquelle il se damnerait et une vie quotidienne banale. Seuls ses beaux-parents, des gens de renom haut placés dans la société seraient une ombre au tableau. Car Marc, issu de milieu de modeste, n'a jamais réussi à avoir l'approbation de ces gens fortunés qui ne le voient pas d'un bon oeil.

Après une dispute de plus, Eve, son épouse, décide d'aller se réfugier quelques chez temps chez ses parents, accompagnée de la petite Margaux. Une souffrance sans nom pour Marc qui, lors d'une soirée, force un peu trop sur l'alcool et les médicaments. C'est en réanimation qu'il se réveille avant d'être admis dans le service d'un hôpital psychiatrique.

Confronté à un monde qu'il ne connait pas, Marc n'a alors d'autre but que celui de sortir de là pour retrouver sa fille. Mais, dans le même temps, Mamie Eugénie, la mère d'Eve, est bien décidée à profiter de l'occasion pour ramener sa fille dans le rang qu'elle veut pour elle. Tous les moyens seront alors bons pour parvenir à ses fins et pour que les jeux de pouvoir prennent le dessus...

 

Du côté de la forme...

Connaissant l'auteur pour ses romans historiques, j'étais plus que curieuse à l'idée de découvrir ce nouveau roman dont il m'avait pas mal parlé. D'autant qu'avec un titre comme celui-là, je ne doutais pas de passer un très bon moment.

Ce roman nous embarque donc dans l'histoire d'un couple, un couple connaissant des difficultés pour deux raisons vieilles comme le monde : l'argent et le pouvoir. Dès le départ, on éprouve alors une vive affection pour Marc qui se retrouve prisonnier d'un carcan familial où il n'a jamais droit au chapitre, prisonnier également d'une succession d'événements qui le poussent au malêtre.

C'est alors avec brio que l'auteur nous montre comment une vie bien rangée peut peu à peu basculer en enfer et comment, par influence, des gens mal-intentionnés peuvent en jouer pour obtenir gain de cause et réussir à avoir ce qu'ils souhaitent, quelqu'en soit le prix. Et comme ces gens-là sont ici des gens de pouvoir et fortuné, l'auteur nous montre le pouvoir de l'argent sur le monde. Réel mais écoeurant.

Entre émotion et humour, l'auteur nous conte le quotidien de Marc dans le service psychiatrique, une manière de voir d'un oeil neuf ce type d'endroits. Il nous montre les amitiés qui en ressortent et l'humanité finalement bien plus forte dans les relations que celles des hauts lieux de la société. Un pied de nez à tous ceux qui s'estiment supérieurs en notre pauvre monde.

Ce roman est celui d'une descente aux enfers pour un homme simple et honnête. Jusqu'à ce qu'une rencontre rebatte les cartes et aille dans la direction d'une douce vengeance. Cette dernière étant dans le titre, je dois avouer que j'aurais la voir survenir plus tôt dans le roman et qu'elle soit davantage développée. J'ai malheureusement eu ici le sentiment que tout allait trop vite.

Côté style, l'auteur a su parfaitement renouveler sa manière d'écrire : une ambiance plus moderne et des personnages plus modernes qui nous touchent. L'auteur sait nous rendre son roman totalement addictif et nous donne envie de distribuer des baffes face à la cruauté mise en avant. De quoi nous faire tourner les pages jusqu'au terme de l'intrigue sans repprendre notre souffle.

 

En conclusion... 

Voici un roman avec lequel je savais que je passerais un bon moment. Pour autant, je ne me doutais pas qu'il allait me faire ressentir autant de colère et d'injustice face à un monde contrôlé par ceux qui savent "magouiller". Voici un roman qui nous plonge dans l'univers de la dépression mais aussi des querelles familiales dont les enfants pâtissent. L'ingrédient parfait pour me faire aimer une lecture tout en me mettant hors de moi.

Un roman que je vous conseille vivement, même si j'aurais aimé plus de rebondissements, car vous n'en ressortez pas indemne.

vendredi 20 novembre 2020

Chez Rose et Angelina - Pascale Anglès

 https://www.luciensouny.fr/wp-content/uploads/2019/10/9782848867885.jpg 

Infos sur le livre

éditions : Lucien Souny

date de publication : 08-11-2019

pages : 192

prix : 16,50€

 

Résumé édituer

Laura voit sa vie basculer le jour où elle perd sa grand-mère. Rose a passé son existence à rechercher son mari inexplicablement disparu. En vain… Avant de mourir, sa petite-fille lui promet d’élucider ce troublant mystère. En rangeant des affaires dans une commode, Laura trouve une photo où son grand-père prend la pose devant la célèbre villa Laurens à Agde. Il n’en faut pas plus à la journaliste qu’elle est pour démarrer une enquête. Elle l’amènera de la résidence des Tamaris, au couvent des Ursulines où vivent deux témoins du passé qui l’aideront à lever le voile sur les secrets entourant ce voyageur sans bagages. D’embûches en rebondissements, de surprises en déconvenues, elle découvrira comment la fascination pour le luxe a fait tomber un honnête homme dans les filets d’un chauffeur manipulateur. À trop vouloir approcher cet univers flamboyant de la famille Laurens, son grand-père ne s’est-il pas brûlé les ailes ? Les révélations de Mathilde et de Marguerite suffiront-elles à réhabiliter celui qui n’a jamais eu de visage pour cette petite-fille audacieuse et prête à remuer les montagnes pour faire jaillir la vérité ?

 

Pourquoi ce livre ?

Très tentée par ce roman et par l'idée de découvrir une nouvelle auteure, je me suis aisément laissée tenter par ce roman d'une maison d'édition que j'aime beaucoup.

 

De quoi est-il question ?

Au décès de Rose, sa grand-mère, Laura est dévastée. Nous sommes en 1964 et perdre cette femme qu'elle a tant aimé et qui lui a tant appris est un déchirement pour la jeune journaliste. Elle se fait alors la promesse de retrouver Simon, son grand-père, un homme que Rose a profondément aimé mais qui a mystérieusement disparu du jour au lendemain des années plus tôt.

En triant quelques affaires ayant appartus à sa grand-mère, la jeune femme découvre sur une vieille photo son grand-père devant la villa Laurens dans le sud de la France. C'est dès lors l'occasion pour Laura de débuter une enquête personnelle et profonde sur l'histoire de cette maison et de ceux qui l'ont vécue avant la déchéance survenue dans de bien tragiques circonstances.

Au fil de ses recherches, elle fera la rencontre de Mathilde, une vieille femme ayant été domestique pour la demaure, de Marguerite, soeur de l'ancien grand propriétaire étant tombée dans la misère. Allant de découverte en découverte, Laura dénichera de bien sombres secrets liés à la villa, des secrets que certains sont bien décidés à garder. Des secrets intimement liés à l'histoire de Simon.


Du côté de la forme...

En tant que grande amatrice de roman mêlant passé et secrets de famille, de romans mêlant la petite histoire à la grande et de romans inspirés d'histoires vraies, ce roman était comme fait pour moi mais je ne m'attendais pas à un telle découverte.

Parce que ce roman commence par le décès de Rose et la peine liée de sa petite fille Laura, je me suis sentie très touchée par cette jeune femme au fort caractère et pleine de charme à la fois. L'auteure nous offre donc un personnage étonnant que rien ne va arrêter dans sa quête du passé et de la vérité. Une belle figure de femme courage dans un roman où la femme est maîtresse.

Ce roman est tiré de faits réels et il est beau de voir la manière dont l'auteure parvient à redonner vie à la villa Laurens, de la faire surgir du papier pour le lecteur qui ne connaît pas forcément cette histoire, de donner un réalisme à ceux qui l'ont vécue. Car Mathilde et Marguerite, notamment, sont deux personnages qui m'ont profondément troublée.

La villa devient, au fil des récits de l'une et de l'autre, un personnage à part entière. Le lecteur est plongé dans un autre temps et dans un autre mode de vie. Car la villa, bien que réelle, semble nous plonger au plus profond de l'onirisme, dans une ambiance de film romantique ou de conte de fées. Une villa propice à l'imaginaire, qui trouble et semble nous ouvrir ses portes.

Concernant Simon, je dois avouer avoir manqué l'oublier, les secrets dévoilés peu à peu autour de la villa elle-même étant déjà bien assez conséquents. Pourtant, quand la vérité sur l'histoire de Simon va être révélée, le lecteur plonge encore dans une autre ambiance dans laquelle il entend que la sourde colère n'est pas toujours bonne conseillère, à l'image de celle de Sacha, la mère de Laura.

Côté style, l'hypotypose est brillamment présente avec des tableaux qui prennent vie sous les yeux du lecteur, des personnages qui font vivre leur mémoire et un suspens habilement mené. La part historique devient de plus en plus importante mais, pour autant, l'auteure sait s'approprier une histoire vraie en la romançant avec beaucoup de tendresse. Une belle réussite.

 

En conclusion... 

Voici un roman que j'ai attaqué pour lire une belle histoire de secret de famille mais avec lequel j'ai découvert beaucoup plus : une ambiance magistrale liée à une villa hors-norme d'où vont surgir des histoires hors-normes. Voici un roman qui sort des sentiers battus, nous montre que le passé n'est jamais celui que l'on croit être surtout dans des lieux imposants où ce qu'il s'y est passé était destiné à y rester...

Un roman qui mérite d'être lu par tous les amateurs de mémoire du passé, de belles histoires de femmes et d'amoureux de lieux étonnants. Un coup de coeur.

mercredi 18 novembre 2020

Tête de paille - Gérard Glatt

  

Infos sur le livre

éditions : Ramsay

date de publication : 13-10-2020

pages : 200

prix : 19€

 

Résumé éditeur

En mars 1984, un après-midi, le père du narrateur lui annonce la mort de son frère, Daniel, qu'il n'avait pas revu depuis le mois de mai 1968. À cette époque, seize ans plus tôt, il effectuait son service militaire. C'est à l'occasion d'une permission qu'il avait appris qu'à la suite d'une colère incontrôlable, en présence des gendarmes et des pompiers appelés à la rescousse, rien moins que la force de trois ambulanciers avait été nécessaire pour maîtriser le jeune homme et le conduire dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne. Daniel va y être interné pendant presque treize années, un tunnel sans fin, avant d'être admis, à Evry Petit-Bourg, dans une maison spécialisée pour handicapés mentaux adultes. Trois années plus tard, un cancer des poumons devait l'emporter. Il aurait eu 39 ans... Le narrateur, qui n'est autre que l'auteur de ce roman autobiographique raconte à sa manière, et sans pathétisme, l'histoire d'une vie brève, peuplée d'orages et de superbes éclaircies.

 

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Ramsay, à Neobook ainsi qu'à l'auteur grâce à qui j'ai pu découvrir ce récit bien différent des écrits habituels de l'auteur.

 

De quoi est-il question ?

Un jour de 1984, c'est avec émotion que l'auteur-narrateur apprend le décès de son frère Daniel dont il était sans nouvelle depuis trop longtemps. Dès lors, il faut s'occuper des obsèques et de toutes les formalités. Le narrateur se charge alors de se rendre dans l'établissement spécialisé où son frère résidait depuis toutes ces années.

Dès lors, c'est là l'occasion pour l'auteur-narrateur de faire remonter à sa mémoire son enfance, son vécu avec ce frère différent, une histoire de famille troublée. Car Daniel n'était pas un enfant comme les autres. Daniel était un peu plus simple, un peu différent, dans une époque qui avait bien du mal à le tolérer et à l'accepter. 

Pourtant, pour l'auteur-narrateur, le souvenier de Daniel est un souvenir plein de tendressse, un souvenir plein de force invitant à la découverte de ce garçon étrange mais plein de rêves et ayant juste envie de vivre, troublé lui-même par sa différence avec les autres. Car le souvenir de Daniel est un souvenir d'enfance, le souvenir d'une époque perdue, le souvenir d'erreurs et d'appel à la tolérance.

 

Du côté de la forme...

Appréciant beaucoup les romans de Gérard Glatt, je dois avouer avoir été très touchée par la confiance de l'auteur qui a tenu à ce que son nouvel ouvrage arrive entre mes mains. D'autant plus que je ne me serais peut-être pas, de prime abord, arrêtée sur ce récit.

Ce récit met en valeur la parole de l'auteur-narrateur, deux voix qui se mêlent et que l'on ne distingue pas. De quoi mettre en avant une part autobiographique avec un récit à la première personne et la mise en avant du souvenir. L'occasion d'entendre la voix de l'auteur et de se laisser troubler par la souvenir, un souvenir qui m'a beaucoup émue.

L'auteur-narrateur, se souvenant de son enfance et de sa relation avec son frère, ne se met jamais en avant pour autant. Car le but de ce récit est de mettre en avant, de donner la voix, de redonner une âme à un jeune garçon que son temps et sa condition a laissé à l'écart du monde. Et il parvient avec brio en ramenant à la vie un être que l'on apprend à connaître et qui nous touche au plus profond.

Ce récit est celui d'une enfance dans une époque bien plus proche de la nôtre que ce que l'on peut penser. Ce récit est celui d'une famille. Ce récit est un modèle pour apprendre au lecteur à voir plus loin que le visible mais également à voir autrement le monde qui l'entoure et les gens qu'il ne comprendrai pas, de prime abord, facilement.

Sans jugement mais avec force, ce texte nous montre un peu plus la réalité des établissements spécialisés mais également leur évolution. Ce texte nous montre que ce n'est pas le handicap qui peut tuer mais le sentiment de mise à l'écart et l'envie de ressembler aux autres. Une leçon de vie qui ne vous laisse pas indemne et qui vous donne envie de mieux appréhender le monde.

Côté style, ce n'est pas tout à fait la plume de l'auteur que j'ai retrouvé ici. Car plutôt qu'un roman, il offre ses souvenirs et un récit beaucoup plus intime sans pour autant être larmoyant. L'émotion est présente sans qu'il n'en rajoute. La force du texte est là sans que l'auteur ne pousse le lecteur à pleurer. Au contraire, c'est par la sobriété du texte que le lecteur est le plus ému.

 

En conclusion... 

Voici un récit qui change de tout ce que l'on peut lire, un récit qui n'est ni tout à fait un témoignage ni tout à fait un souvenir d'enfance mais simplement un récit de vie pour mettre en valeur un être aimé parti trop tôt. De quoi émouvoir le lecteur avec la force de la sobriété. Voici un récit qui sonne comme un appel à la tolérance et invite le monde à évoluer sur le regard porté aux personnes différentes.

Un récit à découvrir et qui vous change profondément. Un récit à découvrir et qui mérite d'être lu du plus grand nombre.

Calices - Victoriane Vadi

  

Infos sur le livre

éditions : MxM Bookmark

date de publication : 16-03-2018

pages : 168

prix : 15€

 

Résumé éditeur

L'hiver éternel a succédé à l'âge lumineux des hommes. Dans leurs forteresses en ruines, les humains mourant de froid ont dû remettre leurs vies entre les mains de leurs antiques ennemis, les vampires, faisant d'eux les gardiens et les protecteurs de l'humanité vacillante. Alcuin, né à l'âge d'or de cette alliance, a grandi dans la servitude et s'apprête à devenir le calice du Seigneur de Sang-Verse, auquel il est offert en gage de paix, à la manière d'un présent politique. Mais la cour de son nouveau maître est le lieu de complots effrayants et d’amours singulières, et parmi les ombres glacées de la Citadelle, s'avance le spectre d'une vieille guerre.

 

Pourquoi ce livre ?

Attirée par la couverture et ayant envie de découvrir cette maison d'édition, je me suis laissée tenter par ce résumé intriguant à souhait et ai découvert ce roman durant le mois de l'imaginaire.

 

De quoi est-il question ?

Depuis une guerre sans précédant, les vampires ont pris le contrôle du monde, laissant les humains au rang d'esclaves. Ils ne sont plus que quelques uns pour représenter cette race soumise à de nouvelles lois dans une forteresse où ils attendent leur destin. C'est notamment le cas d'Alcuin qui, il le sait, devra bientôt devenir le calice d'un important vampire dans la hiérarchie.

C'est ainsi que le jeune garçon fait la rencontre d'Alastair, un vampire de renom qui impose le respect à qui il devra faire don de son sang mais aussi de sexe à la demande de son nouveau maître. Il découvrira qu'il devra mettre de côté son égo, son orgueil et sa pudeur car entre les relations en public et l'assujetissement, Alcuin ne sera plus jamais libre.

Pourtant, au fil des jours, le jeune garçon se découvre une tendresse inattendue pour ce maître qui le respecte, contre toute attente. Un maître qui prend compte de ses avis et de ses sentiments, un maître qui prend garde à son bien-être. Ainsi, Alcuin commence à prendre du plaisir face aux épreuves qu'il endure jusqu'à ce que son statut n'évolue de nouveau...

 

Du côté de la forme...

Il est plutôt rare que je lise des romans essentiellement érotiques. De même la bit-lit n'est pas forcément le genre que je préfère. Pour autant, j'avais envie de retenter l'expérience et j'ai plutôt bien fait car ce roman m'a replongée avec brio dans ce genre d'ambiance.

Parce que nous sommes dans un roman fantastique, le lecteur va être ici plongé dans une ambiance étrange où le pouvoir a été pris par les vampires et où les simples humains sont devenus esclaves de ce monde. Un beau moyen de rappeler au lecteur que, d'une manière ou d'une autre, l'être humain n'aura pas toujours la supprématie sur le monde. Une réflexion à retenir...

Ici, donc, Alcuin va devenir le calice d'un vampire passablement important et, dès les premières pages, le ton est donné : ce roman sera du sexe, du sexe et encore du sexe. Du sexe de plus en plus dérangeant et de plus en plus poussé. D'un côté, il y aura donc la question de la prise de pouvoir de l'un sur l'autre puis, peu à peu, la question de l'homoromance sera centrale.

Car si les émotions d'Alcuin vont être mises à mal dès le départ, le roman va peu à peu évoluer vers une relation de plus en plus consentie et de plus en plus appréciée par les deux partie de cette relation ce qui n'est pas sans faire penser à des syndrômes de Stocholm ou autres... jusqu'à ce la véritable romance prenne peu à peu le dessus avec beaucoup de force.

Il est vrai que j'aurais aimé en apprendre un peu plus sur le passé des personnages et notamment sur celui d'Alistair qui, bien qu'étant un vampire, nous touche et m'a beaucoup plu. Car si la relation peut être prise en tant que telle, les émotions ressenties et la tendresse toute relative des personnages semblent cacher d'autres questionnements.

L'auteure sait magistralement nous décrire des scènes déroutantes mais dans lesquelles on se laisse prendre avec passion. Certaines scènes sont choquantes à souhait, les personnages nous troublent autant qu'ils nous touchent, l'intrigue générale, bien que sous-jacente, est finement menée et apporte un plus à la relation dans une action notoire et addictive.

 

En conclusion... 

Voici un roman dérangeant où le sexe est central, où les émotions sont fortes mais perturbantes, où le fantastique est présent pour apporter une ambiance plus violente encore. Pour toutes ces raisons ce roman n'est pas à conseiller à tout le monde mais, pour ma part, m'a totalement convaincue. Voici un roman qui change de ce dont on a l'habitude et qui renouvelle le genre de la bit-lit avec force.

Un roman à découvrir et dont je vais attendre la suite avec la plus vive impatience.

Envole-moi - Annelise Heurtier

  

Infos sur le livre

éditions : Casterman

date de publication : 08-03-2017

pages : 270

prix : 12,90€

 

Résumé éditeur

Lors d'un vide-grenier auquel il participe pour pouvoir s'acheter la Gibson de ses rêves, Swann a un coup de foudre pour Joanna. Mais un détail lui a échappé : Joanna est en fauteuil roulant. Malgré les doutes et les difficultés que cela implique, les deux adolescents vivent une belle histoire d'amour. Cependant, un jour, Joanna se met à broyer du noir : elle a appris que sa cousine, avec qui elle partage la même passion intense pour la danse, a été acceptée à l'Opéra de Paris. Brutalement, cet événement lui rappelle ses limites : malgré toute sa volonté et son appétit de vivre, certains rêves resteront inaccessibles. Swann emploie alors toute son énergie pour que Joanna n abandonne pas son envie de danser, pour de vrai.

 

Pourquoi ce livre ?

C'est lors du salon de Montreuil, il y a trois ans, que je me suis laissée tenter par ce roman d'une auteure que j'apprécie beaucoup, sans savoir de quoi il allait être question.

 

De quoi est-il question ?

Swann est un ado de 15 ans passionné de musique. Son rêve ? Acquérir une guitare digne de ce nom et tout est bon pour gagner un peu d'argent. Sur un vide-grenier, il fait la rencontre de Johana, une fille de son âge pour laquelle il a immédiatement le coup de foudre. Elle est belle, pétillante, a de l'humour et respire la soif de vivre. Ombre au tableau, elle est en fauteuil roulant.

Après plusieurs jours d'hésitation, Swann se décide pourtant à rappeler cette fille superbe avec le secret espoir de pouvoir sortir avec elle, loin des préjugés et du regard des autre, même si Swann craint les remarques et les idées reçues qui pourraient mettre à mal sa belle romance. En tête de liste, les reflexions sur le handicap et celles sur l'amour pur impossible à 15 ans.

Mais bientôt, la soif de vivre de Johana est mise à mal. Car devant ses yeux, sa cousine promet de réussir le rêve qu'elles avaient ensemble. Un rêve qui lui est désormais inaccessible. Par amour, Swann va alors tout tenter pour faire une surprise hors normes à sa belle, une surprise pleine d'espoir pour montrer que la différence ne doit jamais être un obstacle à la vie...

 

Du côté de la forme...

Annelise Heurtier est de ces auteurs qui savent parler de sujets forts et importants aux jeunes sans jamais aller dans le jugement. En commençant ce roman, j'ignorais de quoi il allait parler, ce qu'il allait raconter, mais je savais que j'aimerais et j'ai eu raison.

Il est plutôt qu'un personnage principal d'une romance pour ados soit masculin, et encore moins quand l'auteure est une femme. Une première belle manière de sortir des sentiers battus et d'amener une petite touche différente à une histoire d'amour apportant une réflexion tant sur la différence que sur les émotions d'adolescents de 15 ans.

Côté romance, nous assistons à la magnifique histoire entre deux ados sincères et qui pourrait bien rivaliser avec toutes les romances contemporaines. L'érotisme n'est pas au rendez-vous, bien sûr, mais la poésie de la rencontre, les sentiments, les discussions sérieux ou avec humour sont là pour offrir une relation comme nous aimerions tous en vivre.

Ce roman est un roman proposant un beau regard sur la différence. Parce que Johana est en fauteuil, toutes les questions autour du handicap sont posées : les adaptations de lieux, le regard des autres, les jugements plus ou moins innocents. Pour autant, l'auteure ne fait pas de ce roman un roman sur le handicap. Le handicap est présent mais il n'est pas le sujet central.

Car le sujet principal de ce roman, au-delà de l'amour, est le rêve et les moyens que chacun peut se donner pour réaliser les siens malgré les obstacles qu'il peut rencontrer. Une belle leçon de vie et d'espoir qui nous donne à tous la volonté d'aller plus loin dans l'accomplissement de nos rêves. Une belle leçon également d'amour de l'autre et d'amour de ses passions à réaliser envers et contre tout.

Une nouvelle fois, j'ai été ravie de retrouver la plume délicate d'une auteure qui sait parler aux jeunes, qui sait parler de sujets importants mais avec beaucoup de finesse. Avec une écriture pleine de finesse et de sincérité, elle invite les jeunes à réfléchir sur l'autre et sur la vie en général pour un ensemble qui ne laisse pas indemne.

 

En conclusion... 

Voici un roman qui m'a beaucoup touchée et que j'ai dévoré en un rien de temps grâce à des personnages forts et grâce à un travail de réflexion importante. Voici un roman qui parle d'amour, de passion, de tendre et de rêves qui nous invite à vivre chaque jour avec le plus vif intérêt sans s'occuper ni des autres ni des obstacles que nous pourrons rencontrer.

Un magnifique roman que je ne peux que vous conseiller. Vivement le prochain roman de l'auteure !

mardi 17 novembre 2020

Les falaises d'Outretemps - Michel Lacombe

  

Infos sur le livre

éditions : Mot Passant

date de publication : 05-03-2020

pages : 320

prix : 12€

 

Résumé éditeur

Pour ce nouveau reportage sur l´art préhistorique des gorges de l´Ardèche, la pétillante journaliste Françoise Dutellier va de nouveau se retrouver mêlée à une mort dramatique. Un participant à une opération de prospection des grottes de la prestigieuse vallée a mortellement chuté des falaises proches de la désormais célèbre Grotte Chauvet, qui recèle les plus anciennes peintures figuratives de l´humanité. Mais est-ce vraiment un accident, un suicide, ou bien pire encore ? À partir de détails apparemment insignifiants, la jeune femme va s´investir peu à peu dans la recherche de la vérité. Elle vivra aussi d´intenses moments dans les bras d´un spéléologue qui lui fera découvrir nombre de sites d´un intérêt archéologique que ne soupçonnent pas les touristes passionnés de préhistoire. Bien que sommée par les autorités de rester à l´écart des investigations policières, elle ne pourra résister à ses instincts de détective, jusqu´à être en opposition tendue avec la gendarmerie locale. Aura-t-elle le fin mot de l´histoire ? On se doute bien que oui ! Mais comment ?

 

Pourquoi ce livre ?

Après avoir adoré la première enquête de Françoise Dutellier et étant fan, en général, des romans de Michel Lacombe, je suis ravie d'avoir pu découvrir cette nouvelle enquête.

 

De quoi est-il question ?

Forte de son nouveau job comme journaliste dans une importante revue, Françoise Dutellier est fière de pouvoir, enfin s'offrir une voiture digne de ce nom. Pour fêter l'événement, quoi de mieux que de partir en virée jusque chez un ami, en Ardèche ? L'occasion de se rapprocher des lieux de son prochain reportage dédié aux grottes préhistoriques.

De grotte en grotte, Françoise va découvrir des lieux d'exception et de l'art préhistorique aussi original qu'étonnant. Hébergée dans un ancien couvent, elle fera la rencontre d'un vieux avec lequel elle liera très vite une jolie amitié. L'occasion pour elle de voir des lieux interdits au public et de se familiariser avec une histoire notoire et essentielle.

Mais alors qu'elle rejoint un groupe pour suivre une visite "officielle", la jeune femme se retrouve face à un accident survenu à une des femmes du fameux groupe. Malgré les apparences, pourtant, Françoise doute. Pour elle, des éléments troublants la poussent à passer qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'un acte beaucoup plus tragique et dramatique. Elle devra se battre pour faire entendre sa voix.

 

Du côté de la forme...

En tant que grande amatrice de polars ainsi que de romans régionaux, des intrigues mêlant les deux ne peuvent que m'intéresser et d'autant plus lorsqu'il s'agit de régions qui m'intéressent. Un auteur dont j'apprécie beaucoup le travail est un plus non négligeable.

Rendez-vous cette fois en Ardèche au coeur des grottes préhistoriques, une région que j'aime beaucoup et des lieux que je n'ai jamais pris le temps d'aller visiter. L'occasion pour moi de redécouvrir ce département et de m'immerger dans une période et dans un art que je ne maîtrise pas. L'auteur, au contraire, maître son sujet et nous invite à l'aimer autant que lui.

Par le biais de Françoise, le lecteur va donc en apprendre plus sur cette période ancienne et découvrir des lieux qu'il n'oserait jamais espérer de voir en vrai. Il découvre aussi des lieux plein de charme et des gens qui font du bien, le genre de rencontres qui nous manquent et encore plus en ce moment. C'est alors une ambiance onirique qui nous est offerte.

Pourtant, au-delà de toute cette magie naturelle, Françoise va de nouveau se trouver mêler à une enquête où elle seule voit des éléments douteux. Bien sûr, le lecteur se doute qu'elle a raison mais elle n'en reste pas moins agaçante par son caractère parfois franchement imbuvable et soupe-au-lait. Pour autant, elle donne la part belle et la capacité de reflexion à la gent féminine, un bon point.

Alors que tout le monde croit à un accident, Françoise va donc commencer à récolter des indices pour prouver que sa thèse est la bonne. Mais elle devra se heurter à une police ancrée dans ses certitudes et à un accompagnateur bien décidé à rester ancré dans l'enquête première : celle des grottes. Françoise rencontre donc ici des obstacles ce qui nous permet de voir un peu mieux qui elle est.

Côté style, l'auteur sait une nouvelle fois mêler documentation prenante et enquête totalement addictive dans une région envoûtante. Mais le point fort de l'auteur est son humour, un humour décalé mais que j'adore. Un humour qui le mène à aller jusqu'à se mettre lui-même en scène dans son propre roman ce qui ne manque pas d'originalité et ce qui fonctionne sans orgueil déplacée de sa part.

 

En conclusion... 

Voici un roman que j'ai une nouvelle fois beaucoup aimé et une enquête que j'ai adoré suivre même si, dans son ensemble, la thématique me plaisait un peu moins que les châteaux cathares. Voici un roman qui vous embarque et que vous ne lâchez plus jusqu'à la dernière page. Voici un roman qui change des polar des sentiers battus et qui fait beaucoup de bien.

J'ai hâte de trouver le temps de lire le troisième volet des aventures de Françoise que je vous invite vivement à découvrir.

Les escargots meurent toujours debout - Laurent Mathoux

  

Infos sur le livre

éditions : Revoir

date de publication : 01-08-2020

pages : 240

prix : 17€

 

Résumé éditeur

Eddy Rosco, rock manager à Clermont-Ferrand, est prêt à tout pour accompagner un groupe vers la réussite, y compris troquer sa splendide Cadillac rose candy contre un vulgaire fourgon de poissonnier.Quand il cherche un batteur, il veur absolument recruter Léon qui vit au milieu des escargots avec un père tyrannique : Joe Locatelli. Mais entre l’héliculture de Joe, le jardin urbain partagé bio juste en face et le voisin d’à côté qui répand du Roundup sur ses cultures intensives, la tension est palpable sur les parcelles de Puy de Montaudoux. C’est au cœur de ce mauvais western qu’Eddy Rosco va parvenir à éloigner Léon de ses plants de cannabis. Il lui faut ce batteur extraordinaire, doté d’un pied droit prodigieusement agile. Bien sûr, Eddy a bien entendu parler de la mauvaise réputation que traîne le fils Locatelli mais le manager espère parvenir à le cadrer. Il n’est pas au bout de ses peines...

 

Pourquoi ce livre ?

Précommandé à l'auteur, je remercie encore ce dernier pour son invitation au lancement de ce roman que j'attendais avec la plus vive impatience.

 

De quoi est-il question ?

Abandonné par sa mère auprès de son père alors qu'il n'était qu'un enfant, Léon est un jeune homme de 27 ans un peu étrange, solitaire etun brin autiste. Ses deux passions dans la vie sont la batterie avec laquelle il excèle et l'élevage des escargots et ne sort jamais sans en avoir sur lui. Ajoutée à cela la consommation de drogues, la situation excède son père qui rêve de le voir enfin partir pour de bon.

Eddy est rock manager. Depuis quelques temps il use toute son énergie à la fondation d'un groupe dans la région de Clermont-Ferrand. Lorsqu'il rencontre Léon, il a le coup de coeur pour ce garçon étrange mais tellement talentueux. Il n'imagine pas qu'en prenant le garçon chez lui il va au-delà de gros ennuis car Léon n'est pas du tout du genre à accepter des contraintes et une vie calculée.

Et alors que Léon part pour une nouvelle vie, Joe, le père, se retrouve seul entre des voisins qu'il ne supporte pas, ses petites magouilles et des escargots à élever. Mais bientôt, une étrange découverte va tout remettre en question d'autant que les vieilles habitudes ont la peau dure. Un commandant de la police clermontoise va alors avoir affaire à une enquête unique dans sa carrière.

 

Du côté de la forme...

Après une première lecture d'un autre roman de l'auteur, je n'ai pas hésité très longtemps avant d'acquérir ce nouvel opus qui m'a attirée ne serait-ce que par son titre un peu décalé et un roman qui promettait de l'être tout autant.

Dans ce roman, nous allons découvrir Léon, un jeune garçon un peu différent, ayant du mal à s'adapter au monde mais pourtant sans limite pour les passions qui l'animent. Une belle leçon de vie et de tolérance que l'auteur nous propose sans jugement. Il invite de même le lecteur à se mettre à la place d'une personnalité qui ne lui correspond pas forcément.

En alternance, nous allons suivre Léon et Joe. Le premier dans le monde restreint et étonannt des groupes de rock avec de belles références. Le second au coeur de son élevage d'escargots, un milieu étonnant mais très bien retranscrit. Le premier nous touche par ses conflits intérieurs entre amour de la musique et difficultés à se mêler aux autres. Le second nous étonne mais nous passionne.

Il est vrai que ce roman mêle plein de genres et des univers que rien ne semble rapprocher entre le milieu de la musique, celui des traffics en tous genres et celui de l'élevage d'escargots. D'autant que le roman va finir par basculer dans une ambiance de polar liée à une étrange découverte inattendu. Un cocktail étonnant mais qui fonctionne ! 

De plus, ce roman va se dérouler en grande partie entre Clermont-Ferrand et sa périphérie. Pour les amoureux de l'Auvergne, on ne peut que se laisser porter par les quartiers et par l'essence de la ville sans que cela ne perturbe le lecteur d'ailleurs. Une manière de voir la ville moderne au-delà de la grâce des dômes. Jussqu'à ce que le voyage prenne de l'ampleur.

Car l'auteur sait nous embarquer dans une intrigue totalement inattendue, profondément humaine et pourtant complètement décalée. Il sait nous faire voir le monde autrement et nous apprend à aimer des personnages qui, dans la vie réelle, nous rebuteraient. Il sait transmettre son amour du rock dans un ensemble addictif.

 

En conclusion... 

Voici un roman avec lequel je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais qui m'a séduite au plus haut point entre des univers incroyables, une intrigue addictive et des personnages qui font réfléchir sur de profonds sujets de société. Voici un roman qui fait du bien et vous fait éprouver des sensations étonnantes entre colère, empathie et sentiment d'être hors du temps.

Un roman que je ne peux que vous conseiller et qui est pour moi un gros coup de coeur.