mardi 10 décembre 2019

Les noces de la renarde - Floriane Soulas



Infos sur le livre

éditions : Scrineo
date de publication : 02-05-2019
pages : 592
prix : 18,90€

Résumé éditeur

1461, Japon. Hikari, une mystérieuse jeune femme, vit avec ses sœurs dans une forêt peuplée de petits Dieux de la province d'Izumi. Fascinée depuis toujours par les humains, elle s'intéresse de près aux villageois installés au pied de la montagne, et plus particulièrement à Jun, l'un des bûcherons. Mais le contact avec les hommes est formellement interdit par son clan... 2016, Tokyo. Depuis toujours, Mina a le pouvoir de voir et de côtoyer les yokaï, esprits et monstres du folkore japonais. Solitaire à cause de ce don qu'elle doit cacher à tous, la jeune fille ne se sent pas à sa place dans la société. Jusqu'au jour où un esprit tente de s'introduire dans ses rêves et que Natsume, une fille de sa classe, l'entraîne dans une chasse au démon à travers la capitale... Deux univers qui se croisent, deux destins qui s'entremêlent, entre quête d'identité et désir d'émancipation.

Pourquoi ce livre ?

Depuis sa sortie, ce roman me tentait. Et de par sa couverture et de par sa thématique changeant de l'ordinaire. Merci à ma super coupine Sylvie de me l'avoir offert pour mon anniversaire.

De quoi est-il question ?

Au coeur du Japon traditionnel, en 1461, Hikari est une des déesses de la forêt. Une vie toute tracée s'annonce à elle parmi ses soeurs et face aux règles très strictes de sa communauté. Jusqu'au jour où le hasard lui permet de rencontrer Jun, un jeune homme, humain, qui ne la laisse pas insensible. Il est bûcheron mais la règle est formelle : aucun contact avec les hommes.

En 2016, Mina est une adolescente comme les autres à ceci prêt que, depuis toujours, elle est douée de la faculté de voir les esprits. Un don diraient certains, une malédiction pour elle qui s'évertue à faire comme s'ils n'existaient pas.  Jusqu'à ce que Natsume, la déléguée de classe, la contraigne à lui venir en aide et se servir de ce don.

Dès lors, tendis que dans le passé Hikari tente de trouver sa propre voie et de mener sa propre vie, Mina se trouve confrontée à une chasse au démon dans les rues et ruelles du Japon moderne. Car il n'est plus seulement question d'esprits mais de meurtres qui sont commis aux quatre coins de la ville, des meurtres qu'il convient de faire cesser.

Du côté de la forme...

Je l'avoue, c'est d'abord bien sur la couverture de ce roman que j'ai complètement craqué. Quant au sujet, il me semblait assez original et prometteur pour que je m'y intéresse : le folklore japonais. Quant au fait de m'attaquer à un gros pavé... Sans peur !

Si beaucoup d'avis ont pu dire que le roman était long à démarrer et qu'il fallait s'accrocher, ça n'a en aucun cas été mon ressenti. Au contraire, j'ai aimé le fait que l'auteure prenne le temps de mettre en place son univers et ses personnages, d'autant qu'il s'agit là de thématiques que nous ne connaissons que peu et il convenait d'imprégner le lecteur de cette autre culture et ces autres traditions.

Au niveau culturel, le lecteur est donc invité autant à en apprendre plus sur les coutumes actuelles du Japon, tels que le rôle des délégués de classe, qu'à se former à un folklore bien différent du nôtre. Et si je ne retiendrai sans doute pas tout ce que ce roman a voulu m'apprendre, j'ai aimé découvrir ce qui nourri les légendes traditionnelles du Japon. Des légendes que l'auteure fait vivre avec brio.

Car ce sont bien deux histoires en parallèle que le lecteur est invité à découvrir, une dans le passé et une dans le présent. Deux histoires au sein desquelles les légendes ont toute leur place et ne sont plus des légendes tant elles existent avec force. Ainsi, la part fantastique existe dans ce roman mais de manière toute autre que ce que l'on peut voir d'ordinaire.

Et puis, il y a dans ce roman une part part "polar" qui va porter l'ensemble puisqu'il s'agira pour Mina et Natsume de comprendre les crimes qui sont commis tendis que le lecteur sera mis à contribution pour tenter de savoir ce qui peut relier ces deux histoires. Je l'avoue, la fin, je ne l'avais pas vue venir et cette fin en apothéose non plus.

Côté écriture, l'auteure maîtrise son sujet et sait y guider le lecteur avec beaucoup de pédagogie pour peu à peu faire monter en puissance son intrigue qui devient très vite totalement addictive. Elle sait aussi nous offrir des personnages qui surprennent, qui troublent et qui se révèlent souvent étonnants. L'émotion est bien présente et l'action est menée de main de maître.

En conclusion...

Voici un roman qui me faisait incroyablement envie et dont j'attendais beaucoup. Un risque... Mais que je suis ravie d'avoir pris car si j'espérais apprécier ce roman je ne m'attendais pas à passer un tel moment de culture, d'aventure, d'amitié et de sentiments en tous genres. L'auteure a su m'entraîner avec elle et me faire frémir.
Ce roman n'est rien de moins qu'un énorme coup de coeur que je vous invite à découvrir !

lundi 9 décembre 2019

Alice - David Moitet



Infos sur le livre

éditions : Le Rocher
date de publication : 11-09-2019
pages : 161
prix : 12,90€

Résumé éditeur

Sam est une ado comme les autres, enfin presque... Depuis qu'Arnaud, son meilleur - et unique ami - a été accepté à l'institut Alice, une école pour surdoués, il ne donne plus aucune nouvelle. L'a-t-il déjà oubliée ou se passe-t-il quelque chose d'étrange dans cette école qui ne ressemble à aucune autre ? Sam est bien décidée à le découvrir... Des tours de la Défense aux Alpes Mancelles, ce polar technologique combine astucieusement trame technologique, enquête « policière » et récit d'aventure sous le patronage singulier de Lewis Carroll.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions du Rocher grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'un auteur que j'avais suivi pour ces polars et dont ce nouveau titre m'intriguait beaucoup.

De quoi est-il question ?

Samantha, dite Sam, est une adolescente surdouée. Depuis toujours elle est première de sa classe et sa mémoire photographique et une bénédiction autant qu'un fardeau : tout ce qu'elle lit, tout ce qu'elle voit, elle le retient. Mais Sam a toujours suivi une scolarité "normale" pour rester avec son meilleur ami Arnaud. Sauf qu'Arnaud est parti dans une école pour surdoués et ne lui donne plus de nouvelles.

À la fois inquiète et en colère, Sam décide d'intégrer à son tour la fameuse école Alice, seul moyen pour elle de retrouver son ami. Une chance, une cession de rattrapage est organisée. Bravant les interdits et la grande ville, direction Paris pour l'adolescente qui passe les tests et, ayant trompé quelques obstacles, intègre enfin l'école de ses rêves.

Mais très vite, Sam se rend compte que dans cette école en apparence idéale, quelque chose cloche tant dans le comportement des élèves que dans les cours qui n'existent pas. Et que dire de ce qui se déroule la nuit dans les couloirs ? Cet étrange défilé d'élèves qui agissent tels des somnambules en obéissant à des demandes bien particulières ?

Du côté de la forme...

David Moitet fait partie des premiers auteurs que j'ai eu la chance de chroniquer sur le blog alors, forcément, c'est avec émotion que j'ai eu envie de découvrir sa nouveauté. D'autant qu'avec une telle référence à Alice au pays des merveilles, je ne pouvais que craquer.

Être surdoué, ce n'est pas si facile. Voilà le message de l'auteur à l'égard des lecteurs comme un appel à la tolérance. Un sujet qu'il fait du bien de traiter pour amener chacun à une identification avec laquelle il n'est pas forcément à l'aise. Et d'ailleurs, j'ai été très vite touchée par Sam qui vit un enfer avec sa mémoire photographique. Un quotidien que je ne voudrais pas vivre.

C'est parce que son ami Arnaud la laisse sans nouvelle que Sam va décider d'intégrer l'école Alice pour le retrouver. De fait, c'est une très belle histoire d'amitié qui est mise en place ce qui fait du bien. De telles amitiés sont précieuses et importantes. Au fil du roman, l'amitié sera aussi symbole de force et de courage quand il s'agira d'agir ensemble dans un seul but.

Car très vite, ce roman va basculer dans une sorte de polar technologique adapté à la jeunesse avec des ordinateurs et des codes. Et si le vocabulaire et les rebondissements sont adaptés pour de jeunes lecteurs, il n'est pas question non plus de trop simplifier ou de ne pas être précis. Et si l'ensemble m'a paru un peu rapide, il saura séduire les jeunes sur ces questionnements très actuels.

L'enquête elle-même m'a plutôt plu avec une chute telle qu'on peut les apprécier et des révélations à même d'amener les jeunes vers les polars à rebondissements. Quant à la référence à Alice, celle-ci est assez bien construite et n'est pas sans poser des questions sur l'analyse à porter sur le récit d'origine, invitant aussi les jeunes à aller le découvrir au-delà des adaptations grand public.

Le style de l'auteur m'a une nouvelle fois convaincue avec une capacité forte à rendre les questions technologiques accessibles. Un style aussi qui sait faire monter la tension et qui est efficace pour happer le lecteur. Peut-être aurais-je aimé que l'auteur prenne plus le temps lors de certaines descriptions mais c'est là l'adulte qui parle. Les enfants apprécieront cette rapidité.

En conclusion...

Voici un court roman qui m'avait beaucoup attirée par sa couverture et que je suis absolument ravie d'avoir pu découvrir. Voici un roman qui sort des sentiers battus et pose des questions très actuelles aux jeunes dans une action qui saura sans doute les séduire. Voici un roman qui initie au genre du polar technologique avec brio tout en offrant une belle aventure d'amitié.
Voici un roman qu'il convient de connaître pour passer un moment bien agréable dans une thématique originale.

dimanche 8 décembre 2019

Le cirque interdit - Célia Flaux

 

Infos sur le livre

éditions : Scrineo
date de publication : 21-02-2019
pages : 256
prix : 16,90€

Résumé éditeur

Dans un univers dystopique où tout est désormais sous contrôle, une jeune fille enquête sur le meurtre de ses parents au cœur du dernier cirque de France. Approchez sans crainte, venez rire avec nos clowns et nos acrobates ! Le dernier cirque de France vous ouvre ses portes pour un spectacle envoûtant... Dans un pays gouverné par le Parti Zéro Risque, qui a banni toutes les pratiques jugées dangereuses, Maria décide d'infilter la troupe Vazatta. Sa rencontre avec les artistes et surtout avec Mathieu, acrobate et clown apprenti, va bouleverser ses certitudes... Jusqu'où faut-il aller au nom de la sécurité ?

Pourquoi ce livre ?

Depuis sa sortie, ce roman me faisait de l'oeil. La présence de l'auteure lors des Aventuriales de Ménétrol a été pour moi l'occasion de me le procurer et Montreuil l'occasion de le lire.

De quoi est-il question ?

Imaginez un monde où la notion même de danger aurait disparu. Un monde où le gouvernement contrôle vos faits et gestes pour être bien certain qu'il ne vous arrive rien. Un monde où toute activité jugée dangereuse serait interdite. Un monde où un dernier cirque fait de la résistance pour garder une force de vivre malgré les risques.

C'est dans cet univers que Maria va décider de braver à son tour le danger et de pénétrer le dernier cirque de France, non pas pour goût du cirque ou par envie d'accrobaties. Pas que en tout cas. Car ce qui motive Maria, c'est une volonté toute autre : celle de faire la lumière sur la mort de ses parents qui appartenaient à ce même cirque des années plus tôt.

Mais alors qu'elle mène son enquête, Maria se laisse peu à peu envoûter par la noblesse des lieux et par la pleinitude qu'inspire la vie du cirque. Envoûtée aussi par la présence de Mathieu qui n'hésite pas à réaliser des accrobaties pleines de danger pour se sentir vivre, tout simplement. C'est alors bien plus que la vérité que Maria s'apprêtera à trouver.

Du côté de la forme...

Je l'avoue, c'est tout d'abord la couverture de ce roman qui m'a attirée. La couverture et la maison d'édition qui ne m'a jamais dessus. L'idée de découvrir une nouvelle auteure était en outre un plus non négligeable que je ne pouvais pas laisser passer.
Comment débuter ce roman sans songer à une référence en la matière, 1984. Un monde où toute notion de danger aurait disparu, voilà qui, dans un sens, n'est pas sans faire rêver. Pourtant, dès le début du roman, la question est posée : dans un monde où le danger ne serait plus, quelle place reste-t-il a l'imprévu et à l'adrénaline ?

C'est dans ces questionnements que le cirque Vazatta résiste et continue à offrir du rêve à des spectacteurs tout en rêvant encore à une liberté possible. Mais j'ai été touchée par cette forme de "résistance passive". Oui le cirque est là en résistance mais la résistance n'est pas leur raison d'être ni la raison d'être du roman. C'est là, tout simplement, au-delà de la seule envie de vivre.

On pourrait alors croire que l'enquête de Maria sur la mort de ses parents va alors prendre le dessus mais non. L'enquête est là, oui, des réponses vont venir peu à peu, certes, mais en filigrane contre une véritable découverte de la vie du cirque, contre la naissance d'amitiés. Car ce roman est celui de la bienveillance et de la force de vivre, de la poésie du quotidien dans un monde à part.

Malgré un genre rabattu et des thématiques souvent traitées, ce roman est complètement différent de tout ce que l'on peut connaître avec une pleinitude qui coule et le sentiment pour le lecteur d'échapper au temps alors même que les personnages semblent tout tenter pour vivre justement ce temps. Ce qui rend les rebondissements à la fois troublants et comme hors de propos dans la poésie de l'ensemble.

Ce roman est le premier de l'auteure et il est assez beau de voir combien, dès un premier livre, Célia Flaux a su maîtriser son propre style, sa propre écriture, et dans un style bien différent de ce dont on peut avoir l'habitude. Elle sait jouer avec les émotions de son lecteur et de ses personnages pour un ensemble qui change et qui fait beaucoup de bien.

En conclusion... 

Voici un roman qui me tentait depuis sa sortie et que je suis absolument ravie d'avoir enfin pu découvrir. Voici un roman qui a su m'apporter ce que j'attendais mais dans un style novateur et complètement à part prônant la poésie de la vie et un moment hors du temps. Voici un roman qui offre une intrigue prenante dont on se détâche pour juste se laisser porter par une ambiance parfaite.
Un roman qui fait du bien et qui mérite d'être largement connu et reconnu. 

La promesse de Bois-Joli - Lyliane Mosca



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 11-04-2019
pages : 352
prix : 20€

Résumé éditeur

En Champagne. Dix ans après le drame qui l'a rendue orpheline, Lara étouffe dans sa vie trop tranquille. Lorsqu'elle ne s'occupe pas de son frère, la jeune femme rêve d'amour et de musique. Sa route croise celle d'Audran, maître verrier au passé mystérieux. Est-ce une folie de s'abandonner à ce coup de foudre ? Dans la vie de Lara, il y a la musique, la nature, la rêverie. Professeur de collège près de Troyes, elle joue du violoncelle au sein d'un orchestre symphonique. Elle habite avec sa grand-mère et son jeune frère Julien qui peine à surmonter le traumatisme de l'accident mortel de leurs parents, neuf ans plus tôt. Alors Lara s'évade lors de promenades solitaires sur son setter. Au village de Creney, elle aime se recueillir devant le monument aux cinquante-trois martyrs. Le visage photographié d'un résistant de vingt ans la trouble tant. Ne ressemble-t-il pas à celui qui hante ses rêves, la nuit ? Un jour, en visitant des ateliers d'artistes, elle rencontre Audran Mondeville, verrier, la trentaine séduisante. Et pleine de mystère. Sans rien se révéler de leurs passés respectifs - à la demande d'Audran -, ils tissent une relation secrète. Mais tout finit par se savoir au village, et leur liaison ne plaît pas à tout le monde...

Pourquoi ce livre ?

Merci aux Presses de la cité, grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'une auteure que je n'avais pas lu depuis pas mal de temps.

De quoi est-il question ?

La vie de Lara est loin d'être un long fleuve tranquille. Orpheline depuis 10 ans, elle vit chez sa grand-mère, une femme rude et aux idées bien arrêtées. Elle est aussi un soutien indéniable pour son jeune frère, un adolescent un peu simplet, qui a besoin d'elle pour rester solide et apprendre le monde. Heureusement, la musique est pour la jeune femme une échappatoire salvatrice.

D'autant que, depuis quelques temps, au-delà de la musique, il y a aussi cet homme, plus âgé qu'elle, qui ne la laisse pas insensible et lui permet de garder la tête hors de l'eau, même si l'homme en question ne semble pas à même de lui révéler ses secrets. Un besoin alors que son oncle tente aussi de trouver l'amour auprès d'une jeune femme noire qui n'est pas au goût de la matriarche.

Pourtant, au-delà de ces épreuves du quotidien, Lara a aussi le secret espoir de découvrir ce qui est arrivé à ses parents. Elle garde le besoin d'une vie familiale stable et l'envie de voir son jeune frère trouver enfin sa voie. Pas si simple quand on vit dans un petit village où tout se sait et où la rumeur est si importante.

Du côté de la forme...

J'aime les romans régionaux. Pourtant, j'aime aussi parfois découvrir des histoires de familles dans un temps plus moderne où la région n'est qu'en filigrane et où la famille est au premier plan. C'est ce que j'ai eu ici et j'en suis plutôt contente.

Je dois bien l'avouer, j'ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire. Si j'ai tout de suite bien accroché au personnage de Lara, j'avais un peu de mal à comprendre où l'auteure voulait me mener et avec le sentiment d'avoir un trop plein d'informations entre les amours interdites, le jeune frère simplet et le secret de famille. Pourtant, tout a fini par s'emboîter parfaitement.

Concrètement avec ce roman, j'ai au début eu le sentiment de suivre plusieurs histoires en une seule ce qui au final est une riche idée, comme pour montrer que rien n'est tout noir ou tout blanc et que, dans une famille, au-delà des relations directes, chacun vit sa propre histoire et ses propres épreuves avant que les autres n'en soient affectés.

Trois grandes thématiques sont alors traitées ici : l'amour, le secret de famille et l'appel à la tolérence. Chaque thématique étant plutôt compliquée puisque l'amour est souvent interdit, la différence souvent difficile à accepter et le secret de famille toujours dévastateur. Et quand tout cela se mêle, il est difficile d'en sortie indemne.

C'est pourquoi, peu à peu, je me suis laissée entraînée, je me suis laissée séduire et je me suis laissée attendrir par ces personnages profondément qui, au final, font ce qu'ils peuvent avec ce que la vie a bien voulu leur donner. Une manière de rappeler à chacun qu'il faut se battre pour ce en quoi on croit et aussi pour l'amour au sens large.

Côté écriture, Lyliane Mosca fait partie de ces auteurs qui sait raconter les histoires et qui sait nous offrir des personnages vrais. L'histoire contée ici est une histoire telle que nous pourrions tous en vivre et ça fait du bien. L'identification est possible parce que les personnages, c'est chacun d'entre nous à un moment ou à un autre de nos vies.

En conclusion... 


Voici un roman dont je ne savais pas trop ce que je devais attendre et qui a su me séduire. Car si j'ai eu un peu de mal à entrer dedans au début je me suis finalement laissée portée par toute la poésie qu'il dégage tout en appréciant l'absence de manichéisme chez les personnages. Cette histoire est une histoire comme il pourrait à tous nous en arriver et ça fait du bien.
Un roman à découvrir pour les amateurs d'histoires familiales. 

Clepsydre-sur-Seine - Bertrand Puard

 

Infos sur le livre

éditions : éditions du rocher
date de publication : 05-06-2019
pages : 256
prix : 12,90€

Résumé éditeur

Heurteauville, microscopique village coincé à l'ombre de l'abbaye de Jumièges, n'aurait jamais dû apparaître sur les écrans radars d'Ewan Lahuppe, jeune Parisien de 13 ans bien dans ses baskets ! Alors quand son père Antoine, flic mythique du 36, quai des Orfèvres, lui annonce qu'ils partent s'y installer avec sa demi-soeur Chloris et sa belle-mère Marie, Ewan se cabre. Heauteauville... mais c'est nulle part ! Peut-être... Si l'on veut bien faire abstraction de la présence d'une des plus grandes communautés scientifiques d'Europe qui y travaille en secret et d'un afflux de milliardaires que rien ne permet d'expliquer. Si ce n'est un gisement de cristaux de temps, piégé dans les dépôts alluvionnaires de la Seine, qui rendrait - théoriquement - possible le voyage dans le temps.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions du Rocher grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'un auteur que je suis depuis quelques années maintenant.

De quoi est-il question ?

Lorsque son père annonce à Ewan, 13 ans, qu'ils vont quitter Paris pour déménager quelque part en Normandie, le jeune garçon est loin d'être convaincu. Lui qui est habitué depuis l'enfance à la grande ville, comment être sûr que dans ce patelin paumé il y aura ne serait-ce qu'une librairie pour parfaire sa bibliothèque ?

Pourtant, à Heurteauville, Ewan commence à s'interroger. Entre des scientifiques qui disparaissent et des personnages forts étranges, tout porte à croire qu'il se passe quelque chose de pas très net à Clepsydre-sur-Seine, cette ville que son père s'évertue à lui dire qu'elle n'existe pas. D'autant que, bientôt, c'est tout l'écosystème qui semble être remis en question.

Alors qu'il cherche des réponses, Ewan rencontre la jeune Alicia, une adolescente fraichement débarquée des Etats-Unis. Ensemble, et contre toute attente, ils vont être embarqués par le grand-père de la jeune fille dans un voyage dans le temps. Car changer le passé est désormais la seule solution pour sauver l'écologie.
Du côté de la forme...

Cela faisait un petit moment que je n'avais pas eu l'occasion de me plonger dans un roman de l'auteur et je suis absolument ravie d'avoir enfin pu en redécouvrir un d'autant que la couverture de celui-ci m'intriguait tout particulièrement.

Tout commence comme nombre de romans pour adolescents : un jeune garçon sans histoire qui va devoir faire face à un changement de vie bien malgré lui et qui, dans sa nouvelle vie, va se découvrir un but à suivre et va surtout mener une enquête sur l'étrangeté qui règne dans ce nouveau lieu. Commun, mais fonctionnant toujours et assez formateur pour inviter les jeunes au changement. 

Mais très vite, le lecteur comprend qu'il va être question dans cette histoire d'une thématique pas si souvent traitée en littérature, et surtout en littérature de jeunesse : la science. Car c'est avec brio que l'auteur va se servir de cette histoire pour parler de progrès scientifiques et également de politique tout en restant très accessible.

Le principe du voyage dans le temps, voilà quelque chose qui est toujours assez efficace, en tout avec moi, et qui permet de faire rêver et de refaire le monde. D'autant qu'ici, la thématique du voyage dans le temps est aussi là pour amener une enquête digne des polars ce qui crée un mélange des genres très intéressant.

Le mélange des genres et des références, c'est là ce qui fait tout le charme de ce roman avec notamment l'ambition d'amener les jeunes vers des textes et des films qu'ils ne connaîtraient pas forcément telle qu'Agatha Christie. Dans le même temps, l'auteur se fait plaisir en glissant des références qui lui sont chères et qui sauront séduire le lecteur averti.

Le point fort de l'auteur est de savoir proposer sinon un style au moins un univers qui lui est propre et que personne ne semble pouvoir imiter. Un univers où la science a toute sa place, une science qui parvient à me passionner alors qu'il n'y a pas plus littéraire convaincue que moi. Peut-être aurais-je apprécié une deuxième partie plus développée où tout ne se passe pas aussi bien.

En conclusion... 

Voici un roman qui m'intriguait pas mal et avec lequel j'ai passé un joli moment. Voici un premier tome qui met en place une série prometteuse. Voici une histoire qui met en place de jolis personnages et des thématiques renouvellées. J'ai très largement apprécié ici les références et suis très curieuse de voir où la dernière du roman va nous mener.
Voici une petite série que je suivrai sans hésiter et que je vous invite à découvrir.

Les petites reines - Clémentine Beauvais



Infos sur le livre

éditions : J'ai lu
date de publication : 04-09-2019
pages : 315
prix : 7,40€

Résumé éditeur

A cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont le malheur d'avoir gagné le "concours de Boudins"de leur collège de Bourg-en-Bresse, terminant respectivement Boudin d'Or, d'Argent et de Bronze. Comme elles n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort, elles décident d'organiser un grand voyage à vélo, direction Paris, l'Elysée. L'idée ? Torpiller la garden-party du 14 Juillet ! Ce qu'elles n'avaient pas prévu, c'est que leur périple attirerait l'attention des médias... Un road-trip déjanté et comique, 100 % made in France, avec de la vraie cuisine du terroir et des colorants naturels.

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions J'ai lu grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce fameux roman dont j'entendais tellement de bien depuis si longtemps.

De quoi est-il question ?

Mireille, Hakima et Astrid ne sont pas ce que l'on aurait coutume d'appeler des canons de beauté, bien au contraire. D'ailleurs, les collégiens n'ont pas hésité à leur faire remporter le "concours de boudins". Et si Mireille le prend avec détâchement, si Hakima a bien d'autres ennuis, Astrid, elle, souffre de cette élection sordide.

Contre toute attente, cette élection va pourtant rapprocher les trois adolescentes. Car si les adultes sont incapables de mettre un terme à ce genre de "jeux", autant en prendre son pari. C'est ainsi que Mireille, Astrid et Hakima vont se trouver un autre point commun : une raison indéniable d'être à l'Elysée le 14 juillet pour faire entendre leur voix.

L'idée est lancée, direction Paris. Et pour financer le voyager quelle meilleure idée que de vendre... des boudins ? Et comme les adolescentes n'ont pas les moyens, c'est à vélo qu'elles feront le voyage depuis Bourg-en-Bresse. Ce qui n'était pas prévu, c'est que les médias s'en mêlent et qu'elles deviendraient un symbôle pour la France entière...

Du côté de la forme...

Depuis la publication de ce roman, ce n'était que du bien que j'en entendais. Et pourtant, pour une raison obscure, je n'arrivais pas à franchir le pas. La parution en poche a été pour l'occasion rêvée de me faire enfin mon propre avis et force est de constater que je me range à l'avis général.

Que les héroïnes de ce roman soient des adolescentes rondes, avec de l'acnée et même pas forcément brillantes au collège, voilà qui était déjà original et en opposition avec tous ces romans et ces films où les héroïnes ont toujours quelque chose pour elles. Ici, Mireille, Hakima et Astrid n'ont rien, pas même un peu de courage au début. De quoi interroger.

Et pourtant, très vite, ce point de départ, on l'oublie. On l'oublie pour ne plus voir que trois jeunes filles qui vont décider d'aller en vélo jusqu'à l'Elysée, chacune pour une raison très personnelle. Dès lors, le courage transperce non sans laisser, en filigrane, l'idée qu'il s'agit là de jeunes filles qui n'ont bien sûr pas toutes les clés.

Ce roman est un road trip, genre assez en vogue mais que je ne lis pas très souvent, faute de trouver les titres qui pourraient me toucher. Mais je dois bien avouer qu'ici j'ai compléter adhéré au genre d'autant que l'humour est au rendez-vous à chaque page et que nous sommes loin des road trip à travers le monde tel qu'on les imagine souvent.

Et puis, à l'image des adolescentes, le lecteur va passer de la seule envie de découvrir une jolie histoire à la vision d'un symbôle. Un symbôle de courage, un symbôle féministe mais aussi un symbôle d'espoir non sans poser la question du harcèlement scolaire et des manières de se reconstruire quand la vie ne vous fait pas de cadeaux.

Question style, celui de Clémentaine Beauvais est particulièrement fort et poétique. L'autrice sait conter une histoire tout en posant de vraies questions et sans omettre d'offrir une véritable originalité qui fait du bien dans un monde livresque où il n'est plus si évident de se démarquer. Un style que l'on n'oublie pas pour amener avec douceur le lecteur vers une fin des plus justes.

En conclusion... 

Voici un roman dont j'entendais parler depuis longtemps et dont j'étais finalement assez curieuse de me faire mon propre avis. Voici un roman qui a dès les premières pages su me séduire et me garder captive jusqu'à la dernière ligne. Voici un roman qui pose de vraies questions avec tendresse et humour. Voici un roman à lire sans attendre.
Ce n'était pas attendu mais pour moi aussi ce roman est un coup de coeur. 

Solange aux loups - Serge Camaille et François Rabasse

Aucune description de photo disponible.

Infos sur le livre

éditions : Arts du trait
date de publication : 20-11-2019
pages : 48
prix : 14€

Résumé éditeur

"Quand nous étions enfants, nos grands-pères nous racontaient à la veillée de belles histoire bourbonnaises et berrichonnes. Les plus marquantes ont été retenues, et Solange aux loups en fait parti, relatée par Serge Camaille dans l'ouvrage Les légendes du Bourbonnais paru aux éditions CPE. Puis il y a eu la rencontre avec François Rabasse dans un salon de la région parisienne. Au fil de la discussion fut évoquée Solange. Très attaché à notre beau terroir et à la forêt de Tronçais, il a écouté d'une oreille attentive, puis a lu la belle histoire, qui l'a tout de suite attiré. Ensuite, son talent de dessinateur de BD a fait le reste, avec la précision et la passion qui le caractérisent."

Pourquoi ce livre ?

Il est plutôt rare que j'achète des bandes-dessinées, prenant en compte le rapport "prix-temps de lecture". Mais pour l'ami Serge Camaille, je pouvais bien faire une exception.

De quoi est-il question ?

Le narrateur arrive au village, exténué par une longue route, et aspire à un peu de repos chez son ami qui l'attend. Discutant de tout et de rien, c'est alors que le narrateur voit aller vers la rivière une très belle jeune femme accompagnée de ses trois enfants. Sa beauté le trouble, son ami va lui raconter son histoire.

Dans le bourbonnais du XIX° siècle, la vie bat son plein dans les petits villages de campagne. Dans ce village, vit Solange, une très belle adolescente qui ne laisse pas les hommes insensibles. Une aubaine pour ses parents qui la voient déjà faire un grand mariage. Mais Solange, elle, ne s'intéresse qu'à un garçon de ferme, orphelin de surcroît.

Pour empêcher les deux jeunes gens de se voir, Laurent est envoyé dans un village voisin mais les amoureux continuent à se voir en cachette jusqu'à cette fameuse nuit où, s'étant retrouvés dans les bois alentours, les jeunes gens se font attaquer par des loups. Et c'est Solange qui mènera la danse pour éloigner les bêtes de son amoureux blessé.

Du côté de la forme...

La BD n'est pas le genre dont je vous parle le plus mais, de temps à autres, j'apprécie de pouvoir en découvrir une, surtout quand le sujet me touche particulièrement. Ici, une légende de terroir et une belle histoire de femme, il n'en fallait pas plus pour me tenter.

Cette BD nous plonge au coeur d'un village en plein XIX° siècle et ça, déjà, ça ne pouvait que me séduire, moi qui suis une amoureuse de terroir et d'histoire des régions. Et force est de constater qu'en un rien de temps les auteurs parviennent à nous mettre dans l'ambiance et à nous immerger dans cet autre temps tant dans les décors que dans les mentalités.

La légende se présente comme un bond dans le temps puisque le narateur va se faire conter l'histoire de Solange par son ami. De fait, la mise en abyme nourrit le style de la légende et du récit ce qui est une bonne idée. On se laisse alors porter par l'histoire entre apréhension pour le couple et certitude du happy end.

Cette histoire est une histoire d'amour, une histoire d'amour envers et contre tout entre deux jeunes gens. Une thématique intemporelle qui fonctionne toujours et qui a fait le monde. Pour autant, le combat pour l'amour va aussi devenir ici un combat réel où la place de la femme est essentiel. Par le courage de Solange, cette histoire devient une vraie histoire féministe.

Au niveau du texte, nous sommes dans le récit, le récit de l'ami. Aucun dialogue ne vient porter la légende et pourtant, l'illustration fait que l'on croit entendre ces dialogues ou tout du moins les imaginer. On imagine les mots tendres, on imagine le désespoir, on imagine même les voix faiblir face à la douleur et à la perte de l'espoir.

Mais ce qui m'a surtout touchée avec cet ouvrage, c'est la force de la précision dans le texte comme dans le dessin. Dans le texte, rien n'est laissé au hasard et le genre de la légende est respecté, le lecteur se laisse conter l'histoire comme lors d'une veillée d'hiver. Quant au dessin, tout est respecté jusque dans la représentation de la coiffe de Solange. Bravo !

En conclusion... 

Voici une BD que j'ai eu envie de découvrir pour mon amour des tradition et par amitié pour l'auteur, voici une BD dont je ne savais qu'attendre et qui a su me séduire à tous points de vues. Voici une BD qui mérite d'être connue du plus grand nombre pour son histoire mais aussi pour sa volonté à nous offrir un petit morceau de vies et d'histoire.