mardi 4 décembre 2018

Le fabriquant de poupées de Cracovie - R.M. Romero



Infos sur le livre

éditions : Gallimard Jeunesse
date de publication : 20-09-2018
pages : 384
prix : 16€

Résumé éditeur

 Pologne, 1939. Un soir, une poupée du nom de Karolina prend vie dans l'atelier de Cyril, le fabricant de jouets. La joie et le courage de la petite poupée enchantent le quotidien de l'homme solitaire. Karolina lui apprend que le monde des poupées d'où elle vient est en guerre, tout comme celui des hommes. En ces temps sombres et tourmentés, la magie de karolina et de Cyril suffira-t-elle à protéger ceux qu'ils aiment ? 

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman à la couverture très attirante et au résumé bien en lien avec mes centres d'intérêt.

De quoi est-il question ?

Jusqu'alors, Karolina vivait au royaume des poupées. Un royaume en apparence féérique mais au sein duquel celle qui était couturière a dû vivre de nombreuses épreuves. Mais aujourd'hui, l'âme de Karolina a été appelé dans le corps d'une petite poupée de bois fabriquée par un passionné de jouets, au coeur de Cracovie.

Nous sommes en 1939 et malgré les drames qui s'annoncent une très belle histoire d'amitié débute entre ces deux êtres qui, sans en avoir conscience, avaient désespéremment besoin l'un de l'autre. Car le fabriquant de jouets n'est pas un fabriquant comme les autres. Il possède un don : celui de donner la vie, celui d'animer l'inanimé.

Pourtant, bientôt, Karolina et Cyryl ne pourront plus nier ce qui est en train de se jouer. Et parce qu'il est ami avec Jozeph et la jeune Rena, le pouvoir en place va commencer à voir d'un très mauvais oeil cet homme dont les seules préoccupations sont l'harmonie, l'amitié et la justice. Du haut de sa taille de poupée, Karolina fera alors tout pour redonner confiance et courage à son ami.

Du côté de la forme...

Des romans sur la seconde guerre mondiale et même sur le ghetto de Varsovie, voilà qui a été vu et revu. Pourtant, il s'agit toujours de sujets puissants et j'étais donc curieuse de voir comment l'auteure allait innover sur le sujet. Je n'ai pas été déçue.

Au début de ce roman, nous découvrons donc Karolina qui, par un peu de magie, va voir son âme être basculée du monde des poupées au monde des humains. Une manière très poétique de rendre les jouets vivants et de faire culpabiliser les adultes qui, en grandissant, ont oublié leurs jouets d'enfants. Nous assistons donc à la découverte de tout un monde par son regard.

Ce qui est alors très beau dans ce roman, c'est la relation d'amitié qui va se mettre en place entre le fabriquant de jouets et la petite poupée. Cette relation qui va naître, s'accroître et leur devenir vitale, qui ne pourrait pas en rêver ? D'autant que leur amitié va devenir très vite un véritable souffle d'espoir dans un monde en perdition.

Car il ne faut pas oublier que nous sommes ici dans un roman qui traite des prémices de la seconde guerre, du ghetto de Varsovie, de la persécution des juifs, d'assassinats commis impunément et de toutes les horreurs que nous connaissons. De quoi faire entrer les jeunes dans cette facette de l'histoire mais avec ce petit air de magie qui joue d'une dualité étonnante.

Il est vrai que ce roman est aussi un retour aux sources. Dans notre monde trop numérique, l'auteure redonne aux enfants le goût des "vrais" jouets à qui l'on peut donner vie. Un retour aux sources également dans le fondement même du bien et du mal, de ce que chacun de nous peut faire pour rendre le monde un peu meilleur.

Concernant le style de l'auteure, j'ai été étonnée de voir à quelle point elle maîtrisait sa dualité. Car à la fois elle retrace des faits historiques, violents, de manière très documentée et à la fois elle nous plonge dans un onirisme total et original dont on ne ressort pas tout à fait indemne. De plus, elle sait nous offrir des personnages forts qui savent nous marquer.

En conclusion... 

Voici un roman qui m'intriguait beaucoup et que j'ai dévoré. S'il traite d'un sujet déjà très largement exploité, l'auteure sait proposer ici quelque chose d'original nous permettant de voir le ghetto de Varsovie de manière bien différente. Car son originalité, c'est sa magie et son onirisme par le personnage de Karolina, une petite poupée au rôle magistral.
Il ne fait aucun doute que je suivrai avec plaisir cette auteure à l'avenir. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire