jeudi 17 août 2017

Juliette à Rome - Rose-Line Brasset



Infos sur le livre

éditions : Kennes
date de publication : 14-06-2017
pages : 272
prix : 12,90€

Résumé éditeur


C’est la semaine de relâche et Juliette se réjouit d’être en vacances. Mais sa mère lui apprend qu’elles partent toutes les deux à Rome ! Juliette devra y fréquenter un lycée français pendant que sa mère effectuera son nouveau reportage. À peine l’adolescente a-t-elle  découvert le Colisée qu’elle doit se rendre en classe et rencontrer ses nouveaux camarades. Or, ils ne lui réservent pas tous un accueil chaleureux… Comment réagira-t-elle devant l’intimidation ? Choisira-t- elle la vengeance ou le pardon ? Voilà pour Juliette une superbe occasion d’apprendre à mieux se connaître, tout en s’émerveillant devant les trésors de la ville éternelle…

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Kennes grâce auxquelles j'ai pu découvrir le nouveau volet d'une série jeunesse que j'affectionne tout particulièrement.

De quoi est-il question ?


C'est la semaine de relâche au Québec. Toute une semaine sans cours ! Le rêve pour une adolescente comme Juliette. Encore mieux ! Cette semaine-là la maman de Juliette, journaliste, doit se rendre à Rome pour essuyer un reportage sur l'antiquité de la ville. Et Rome, c'est la ville des pâtes, des pâtes à la bolognaise comme les adore l'adolescente !

Oui mais voilà, si Juliette fera bien partie du voyage, sa maman lui a prévu une semaine toute particulièrement... dans le lycée le plus prestigieux de Rome afin que sa fille s'essais à la scolarité européenne. Et ça, Juliette n'est pas du tout partante ! Ce ne sont même pas quelques glaces et quelques parts de pizza qui peuvent la consoler.

D'autant que dès le premier jour de classe, Juliette va comprendre à ses dépends qu'elle n'est pas du même monde que les élèves d'ici. Elle ne fait pas partie de cet univers fermé des fils de riches et ce qu'elle apprend à l'école secondaire n'a rien à voir avec les cours européens auxquels elle assiste ici. Pire, ses nouveaux camarades l'ont bien compris !

Du côté de la forme...


Vous le savez peut-être déjà, je suis une grande fan des aventures de Juliette, cette adolescente comme les autres qui a la chance de visiter les plus grands pays du monde avec sa maman, qui nous entraîne avec elle dans ses aventures.

Cette fois, Juliette se retrouve à Rome et ça, déjà, c'était fait pour me plaire. L'Italie, le Colisée, les pâtes... Le rêve quoi ! Et une nouvelle fois c'est avec beaucoup de talent que l'auteur parvient à laisser imaginer la ville où s'est échouée son personnage. Une nouvelle fois elle nous la fait visiter tout en nous donnant envie d'y aller "pour de vrai".

Mais le point fort de ce tome, c'est l'expérience humaine que va vivre Juliette dans un lycée italien avec ses programmes européens. Il est parfois difficile d'envisager d'entrevoir ce que peuvent être les scolarités à l'autre bout du monde et ce roman nous en donne un joli aperçu et qui n'est pas sans remettre en cause tout ce que l'on croit savoir, y compris pour le lecteur adulte.

Humainement parlant, c'est aussi une aventure tout à fait hors normes que l'adolescente va vivre ici au milieu d'autres adolescents pas toujours agréables mais qu'elle sera amenée à connaître et à comprendre. Ce roman est alors un beau roman sur l'intégration et sur l'amitié en plus d'un beau récit de voyage.

Enfin, et sur ce point je tiens à insister un peu, ce roman est un profond message sur le harcèlement scolaire. Si ici Juliette s'en sortira plutôt bien et si cette thématique n'est qu'effleurée, elle est belle et bien présente. L'auteure laisse alors entendre aux jeunes filles que c'est le silence qui peut détruire, elle encourage alors les adolescentes à parler de leurs difficultés avec beaucoup de douceur.

Côté écriture, c'est une nouvelle fois avec beaucoup de talent que l'auteure nous invite à découvrir une ville qui fait rêver à travers le regard d'une adolescente pleine de vie et au caractère bien trempée. C'est aussi avec finesse qu'elle nous fait réfléchir sur les tracas des jeunes et sur les difficultés qu'ils peuvent vivre au quotidien, sur leurs souffrances.

En conclusion...


Voici un roman que j'avais la plus grande hâte de découvrir et que j'ai dévoré en une matinée à peine, incapable que j'ai été de le reposer avant de l'avoir terminé. Voici un roman qui m'a fait voyager et qui m'a touchée sur les messages qu'il porte. Voici un roman une nouvelle fois bourré d'humour aussi délicieux qu'une bonne... glace à l'italienne !
Si vous ne connaissez pas encore cette série, n'hésitez pas. Et n'hésitez pas à la faire découvrir aux adolescentes qui vous entourent.

mercredi 16 août 2017

Les sentes buissonnières - Mireille Pluchard



Infos sur le livre

éditions : De Borée
date de publication : 01-10-2013
pages : 390
prix : 21,90€

Résumé éditeur


En 1880, Aurélie, fille d'un garde forestier, est la cinquième d'une fratrie de sept enfants. Vaillante et déterminée, elle s'applique à l'école pour sortir de son milieu et obtient brillamment son certificat d'études, puis son brevet. Quand son père, endetté, doit sacrifier ses études, Aurélie part travailler à la filature mais elle n'a pas l'intention d'abandonner son rêve...

Pourquoi ce livre ?


C'est avec le grand déstockage de romans De Borée que j'ai pu faire l'acquisition de ce livre republié récemment chez l'éditeur dans sa collection "Les indispensables".

De quoi est-il question ?


En 1859, Ruben Rouvière fait la connaissance de la jeune Hermine. Malgré la différence d'âge, l'attirance mutuelle est immédiate et le couple se marie. Les années passants, Hermine enchaîne les grossesses et mettra au monde 7 enfants. La naissance de la petite dernière, Samuelle, se passe si mal que la maman décède.

C'est Elise, la fille aînée, la "sacrifiée" qui se retrouvera "petite mère" de la fratrie devant pour cela mettre un terme à ses rêves de mariage avec l'homme qu'elle aime. La jeune Amélie, passionnée d'école, est pourtant bien loin de tout cela et rêve, elle, d'un avenir : un avenir en tant qu'institutrice, un avenir loin de la ferme.

Mais pour réaliser son rêve, Amélie devra affronter la loi patriarcale et le travail en même temps que les études. Afin de se faire respecter, elle devra affronter les regards suspicieux et les bâtons dans les roues. Afin d'être la femme qu'elle rêve d'être, elle devra se battre non sans toujours garder en tête le plus important : sa famille.

Du côté de la forme...


Vous le savez, j'apprécie beaucoup en général les romans de Mireille Pluchard et,notamment, en 2015, j'avais pris un grand plaisir à la lecture du Miroir d'Amélie, suite je viens de l'apprendre du présent roman.

Ici, l'auteure nous invite à découvrir plus précisément l'enfance d'Amélie : sa naissance au coeur d'une famille ravagée par la faim et les devoirs de la maison, son enfance passionnée pour l'école et la lecture, son adolescence de combat pour parvenir à devenir ce qu'elle veut être. L'auteur nous présente ici une jeune fille à la force de vivre exemplaire, au courage magnifique.

Ce roman nous plonge avec brio au coeur du XIX° siècle, de ses traditions et de ses familles rurales parfois dépassées par la vie. J'ai eu beaucoup de peine pour Elise qui pourtant aussi, parfois, m'a tapé sur les nerfs. J'ai eu beaucoup de tendresse pour le père qui, loin de profiter de son pouvoir paternel, a à coeur de rendre ses enfants, et surtout ses filles, heureux.

Il est vrai que j'aurais aimé que l'auteure développe un peu plus certains personnages. La souffrance et la rancune d'Elise auraient pu peut-être être davantage développées. De même, j'aurais aimé que le personnage de Séraphine à la fin du roman, sans trop vous en dire, prenne plus d'ampleur dans le combat d'Amélie pour son rôle d'enseignante.

Le roman ne divise clairement en deux temps avec une première partie axée sur l'enfance d'Amélie, sur sa volonté de devenir "maîtresse" et une seconde sur la vie d'Amélie après sa titularisation. Bien qu'étant toujours une fille puis une femme sachant ce qu'elle veut, on la voit vraiment grandir au fil des pages jusqu'à devenir une femme en fin de roman.

C'est avec un très grand plaisir que j'ai retrouvé la plume si poétique et si travaillée de Mireille Pluchard pour un personnage qui a su me prendre avec elle dans son histoire et un cadre historique au coeur duquel on se croirait. J'aurais pourtant aimé que certaines scènes prennent plus d'ampleur, que d'autres personnages soient soit plus soit moins présentés mais pas dans cet entre-deux.

En conclusion...


J'étais très curieuse de découvrir ce roman et j'ai passé un très bon moment avec lui. J'ai été attendrie par Amélie, petit bout de femme prête à tout pour réussir ses rêves, j'ai été charmée par le décors offert, j'ai été épatée par le message de volonté présenté ici. Je dois l'avoue, je suis très tentée à présent de relire la suite de l'histoire d'Amélie que, sûrement, je ne verrai pas de la même façon.
Voici un roman que je conseille sans hésiter à tous les amateurs du genre malgré des détails qui restent vraiment des détails.

mardi 15 août 2017

Les Lionnes de Venise, 1 - Mireille Calmel



Infos sur le livre

éditions : XO
date de publication : 18-05-2017
pages : 350
prix : 19,90€

Résumé éditeur



Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure. Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s'immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s'enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l'amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots. Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu'elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu'elle recèle le secret du pouvoir absolu. 

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions XO grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'une auteure que j'avais déjà lu il y a longtemps et dont ce nouveau titre me tentait beaucoup.

De quoi est-il question ?


Nous voici à Venise au coeur du 17° siècle. Lucia est issue d'une famille respectée et mène une vie heureuse entre son père qu'elle porte aux nues et son fiancé avec lequel elle doit tout prochainement se marier. Jusqu'au jour où la jeune femme voit son père recopier avec minutie une gravure à l'attention d'Isabella Rosselli.

Peu après, la demeure prend feu. Lucia parvient à se sauver mais doit se rendre à l'évidence : son fiancé est mort. Pire, son père a été enlevé et est désormais introuvable au coeur de la cité. Et tout semble tourner autour de cette mystérieuse gravure qui cacherait un lourd secret familial, secret qui pourrait bien bouleverser Venise.

N'écoutant que son courage et son amour pour son père, Lucia va donc partir dans une quête sans précédant qui la conduira dans les tréfonds de la ville, dans les couvents et au coeur de tous les dangers. Car la jeune femme ne tardera pas à comprendre que l'enlèvement de son père cache des convoitises et des secrets contre lesquels elle aura bien du mal à faire le poids...

Du côté de la forme...


Cela faisait pas mal de temps que je n'avais pas lu un roman de Mireille Calmel. Il faut dire que je n'avais que moyennement apprécié mes précédentes lectures de l'auteure et attendais un titre tentant pour me remettre dans le bain. Malheureusement, ça n'a pas marché.

Le début de ce roman était très prometteur : un cadre idyllique qui ne peut que faire rêver (Venise), un secret pouvant bouleverser des vies, une jeune fille au caractère fort bien loin des moeurs de son temps qui laissent les femmes à la cuisine. Et franchement, cette situation initiale, je l'ai adoré avec l'envie d'en savoir plus sur cette fameuse gravure.

Je dois aussi dire que toute la scène de l'incendie m'a bouleversée. C'est avec brio que l'auteure nous fait ressentir la peur de ses personnages et nous fait même respirer la fumée ambiante. Elle nous donne aussi un tableau très prenant de Venise qui, avouons-le perd un peu de sa superbe lorsqu'il est question de la crasse et des horreurs présentes.

L'intrigue elle-même était donc prometteuse mais, pour une raison que j'ignore, je n'ai pas réussi à me laisser prendre dedans. J'ai eu envie d'en savoir plus sur la gravure et sur l'enlèvement du père mais le déroulé des événements ne m'a pas convaincue et, à plusieurs reprises, j'ai totalement décroché sans que je ne sache vraiment l'expliquer.

De même, si le cadre géographique et historique m'inspirait, si le jeu des faux-semblants était attractif et si Lucia elle-même donne envie de la suivre, les longueurs de ce premier tome m'ont perdue même si la fin est magistrale, même l'auteure dénonce brillamment les faces cachées des grandes Maisons vénitiennes.

Côté écriture, force est de constater que Mireille Calmel maîtrise son sujet et prend beaucoup de plaisir à nous entraîner dans l'univers qu'elle crée. On sent qu'elle a beaucoup d'affection pour ses personnages, que son intrigue est travaillée (peut-être trop ?) et que ses recherches historiques sont sans faille. Mais cette densité brillante m'a, pour ma part, perdue.

En conclusion...


J'avais déjà tenté à plusieurs reprises des romans de l'auteur et espérait vraiment que mon ressenti face à ses romans avait changé. Ce n'est pas le cas à mon grand désespoir. Je sais que Mireille Calmel fait partie de ces auteurs que tout fan de roman historique se doit de lire et qui est portée haute par les presses en tout genre. Pour cela, je pense que le problème vient vraiment de moi et je le regrette.
Aussi, je ne peux que vous engager à aller découvrir par vous-même cette auteure sans trop tenir compte de mon propre ressenti qui, pour le coup, n'est vraiment pas représentatif des goûts de la majorité.

lundi 14 août 2017

Histoire d'une dédicace #1 - Michel Pignol

Mes lapinoux,

Cela faisait un petit moment que j'y pensais : vous présenter sur ce blog des dédicaces qui me sont particulièrement chères pour des livres qui ont, littéralement, provoqué un changement dans ma vie.

Et je ne pouvais pas inauguré ce rendez-vous avec un autre livre, un autre auteur, que celui que je vais vous présenter maintenant : Sonate pour un arc-en-ciel de mon ami Michel Pignol.


Pourquoi ce livre ?

L'histoire de cette dédicace remonte à 2009 (deux ans avant l'ouverture du blog, rendez-vous compte !) A cette époque, je dois avouer que le nombre d'auteurs que je connaissais "en vrai" je les comptais sur les doigts de la main et que les livres dédicacés en ma possession n'étaient pas nombreux non plus.

Lors d'un festival de danse qui compte tout particulièrement pour moi, le Grand Bal de l'Europe à Gennetines, dans l'Allier, il était annoncé qu'un auteur viendrait présenter pendant une heure son roman dédié à la danse traditionnelle. Je n'ai donc pas hésité bien longtemps... Et bien sûr j'ai fait l'acquisition du livre !


Et ensuite ?

Le roman a attendu quasiment un an dans ma pal avant que je ne l'en sorte enfin. Il faut dire que les événements s'étaient un peu bousculés et que je n'avais pas vraiment eu le temps de me plonger dans cette lecture comme je l'aurais voulu...

Et puis, avant l'été 2010 je me suis plongée dans l'aventure et là ce fut pour moi une véritable délectation, une révélation. Lorsque, un an plus tard, j'ouvrirai mon blog, ce roman sera l'un des premiers dont je parlerai et, aujourd'hui, j'ai fort envie de vous en refaire une chronique en bonne et due forme.

Une dédicace prémonitoire...

Découvrir une dédicace est toujours un grand moment, surtout lorsque celle-ci est personnalisée à souhait (nous en reparlerons). Celle-ci n'avait rien de tout ça :


Ce que nous ignorions à ce moment-là, l'auteur et moi-même, c'est combien cette simple phrase que certains jugerons "banale" ne pourrait en aucun cas être lue de la même manière des années plus tard. Car oui, Michel Pignol et moi nous sommes "rencontrés" ce jour-là à Gennetines, rencontrés au sens le plus propre du terme. Car de cette simple rencontre, une amitié tout à fait hors du commun est née.

Et depuis ?

Deux ou trois ans plus tard, j'ai découvert que l'auteur faisait partie d'un groupe de musiciens relativement connu sur le Grand Bal et j'y suis allée pour voir ce que ça donnait, ou plutôt l'auteur m'y a invitée. Je serais bien incapable de vous dire comment se sont enchaînés les événements ensuite mais ce que je sais, c'est qu'une belle amitié est née.

Aujourd'hui, c'est tout le groupe des Ensemaille qui m'honore d'une amitié tout à fait exceptionnelle et qu'il m'est impossible de vous décrire. Nous ne nous voyons qu'une fois par an mais ô combien cette fois est importante pour moi !

Un livre qui a changé ma vie...

Alors oui, ce livre a littéralement bouleversé ma vie et ce pour deux raisons majeures :
- Il m'a permis de savoir que j'aurais à coeur de toujours prendre en compte l'auto-édition dans ma passion de la lecture et de m'impliquer dans le monde du livre.
- Il m'a permis de gagner des amitiés magnifiques sans lesquelles ma vie ne serait plus tout à fait la même.


Voilà j'espère que ce petit récit vous aura plu et que vous aimerez ce nouveau rendez-vous autant j'aime vous le proposer.

dimanche 13 août 2017

In my mailbox (217)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et il est l'heure pour moi de vous montrer mes acquisitions de la semaine. Pas de réception SP ces derniers jours pour moi mais quelques achats "déstockage" sur une aire d'autoroute :


Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Quelles nouveautés ces derniers jours ?

samedi 12 août 2017

A la Belle Marquise - Gérard Georges



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 18-05-2017
pages : 315
prix : 19€

Résumé éditeur


En 1889, ce n'était encore qu'un très modeste moulin-chocolaterie. Mais Auguste et Clémentine Roussel, jeunes mariés, ont des idées et de l'ambition. Lui, ingénieur des Mines, a pour réputation de réussir tout ce qu'il entreprend. Elle, fille d'un confiseur réputé de Royat, a su depuis toute petite aiguiser son palais. Guimauves, pralines, dragées et autres douceurs n'ont aucun secret pour elle. Conjuguant leurs talents, Auguste fait le serment de créer " le meilleur chocolat de toute la contrée ", aux arômes et épices subtils... Comment, en une dizaine d'années, leur modeste entreprise artisanale deviendra-t-elle la florissante enseigne A la Belle Marquise, qui jusqu'à Paris et à l'étranger, fera le bonheur des gourmands et des célébrités ?

Pourquoi ce livre ?


Merci aux Presses de la cité grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'un auteur que je n'avais jamais vraiment pris le temps de lire, à mon grand regret.

De quoi est-il question ?


Le jeune Gaétan a toujours rêvé d'aventure. Aussi, le 30 avril 1884, il part avec son ami Samson en direction du château de Montrongnon pour y dénicher, ils l'espèrent, un trésor enfoui. Mais la roche cède et c'est l'accident. Gaétan en sortira amputé, Samson n'en reviendra pas, au grand damne des gens du village.

C'est Auguste, ingénieur des mines, qui a sauvé le garçon et qui, très vite, décide de le prendre sous son aile. Lorsque avec son épouse Clémentine, fille d'un confiseur réputé, il décide de reprendre l'entreprise familiale et de faire fleurir la réputation de la fabrique, il ne choisit nul autre que Géatan comme homme de confiance dans la bonne marche de l'affaire.

De l'union d'Auguste et Clémentine naîtra un petit garçon dont le parrain sera bien sûr Gaétan, homme brisé par la vie qui a bien du mal a envisager un avenir surtout depuis une terrible déception amoureuse... De Royat à la Côte d'Ivoire en passant par Vichy et Paris, la fabrique n'aura pas fini de faire parler d'elle et de créer les jalousies...

Du côté de la forme...


Je l'avoue, après le nom de l'auteur, c'est la couverture qui m'a irrémédiablement donné envie de me plonger dans cette lecture. Et oui, parlez-moi de chocolat et vous me perdez. Ajoutez à cela la montée en puissance d'une petite entreprise familiale et c'est la fin.

Dès le début de son roman, l'auteur prévient son lecteur : si les personnages de Auguste et Clémentine sont issus du réel et si la chocolaterie fait vraiment partie de l'histoire de Royat, ce roman reste une pure fiction et c'est tant mieux. C'est donc avec beaucoup de talent que l'auteur parvient à mêler l'historique et l'imaginaire.

J'ai été très touchée par les personnages de ce roman emprunts d'une soif de vivre qui fait du bien et par leur volontarisme sans faille. L'attachement entre Auguste et Gaétan est d'ailleurs tout à fait extraordinaire. C'est cet attachement, cette amitié, qui porte le roman et lui donne un souffle d'air frais malgré les épreuves que vivront les uns et les autres.

Le point fort de cette histoire est bien sûr la chocolaterie elle-même qui se présente presque comme un personnage à part entière pour laquelle les hommes vivent, se querellent parfois, s'émerveillent souvent. L'agrandissement de l'affaire est également un moment très fort avec cette preuve de la réussite si l'on s'en donne les moyens.

Et puis bien sûr, ce roman est roman sur l'amour, sur l'amitié et sur la vengeance. Le lecteur va donc être invité à suivre les pérégrinations amoureuses des différents personnages mais aussi la rancoeur d'autres, les hommes au sang chaud ou encore les thématiques d'une société patriarcale terribles. Mais ici, l'auteur fait le choix de ne pas en montrer toutes les horreurs et ça fait du bien.

Concernant le style de l'auteur, j'ai juste adoré. J'ai dévoré ce roman en une matinée à peine sans jamais pouvoir le reposer et ai pris beaucoup de plaisir à découvrir une ville où je vivrai bientôt, un décor historique qui évade et surtout des références littéraires qui changent de ce dont on peut avoir l'habitude comme avec Edmond Rostand que l'auteur m'a bien donné envie de retourner lire.

En conclusion...


Voici un roman qui me tentait énormément et que j'ai dévoré autant que j'aurais voulu dévorer les chocolats de sa couverture. Grâce à des personnages qui rappellent le bonheur qu'est celui de vivre, des relations humaines fortes et un cadre enchanteur, l'auteur nous entraîne dans son univers et ne lâche plus son lecteur, toujours avec une bienveillance qui fait du bien.
Un roman à découvrir sans attendre pour tous les amoureux de belles histoires familiales.... et de chocolat !

vendredi 11 août 2017

Pour tout l'or du Pérou - Jean-Michel Adrien


Infos sur le livre

éditions : Mélibée
date de publication : 21-04-2015
pages : 206
prix : 16€

Résumé éditeur


Paul, journaliste à la fois crédule et déterminé, rencontre Flavia, une jeune péruvienne au teint hâlé, aux cheveux noirs et à la peau parfumée. Il ne cesse de l'aimer sans savoir qu'elle le mettra sur la route d'une autre jeune femme, russe cette fois-ci. Alyona, à la recherche de son père disparu dans les Andes, découvre l'Amérique latine comme on découvre un trésor interdit. Entraînée dans une course-poursuite amazonienne impossible, elle bascule dans un autre univers, malgré elle. Bienvenue aux portes du Nouveau Monde, au Pérou, pays fascinant et charmeur, que l'on ne quitte jamais indemne.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Mélibée pour l'envoi de ce roman dont le résumé me faisait très envie d'autant que le Pérou est un pays que je ne connais que peu en même temps qu'il m'intrigue beaucoup. La couverture, par ailleurs, a fini de me convaincre.

De quoi est-il question ?


Paul est journaliste. Alors qu'il mène une vie plus ou moins paisible, voilà qu'un jour il rencontre Flavia, une jeune femme pour laquelle il aura le coup de foudre. Il est en effet arrivé quelques semaines plus tôt au Pérou en vue d'un reportage et, depuis que celui-ci a pris, profite de quelques jours de vacances dans ce pays si méconnu et à découvrir.

Dans le même temps, Alyona, une jeune femme russe part à la recherche de son père, une quête qui l'entraînera jusqu'en amérique latine, lieu dont elle découvrira toutes les richesses et bien plus encore. Cette jeune fille, en effet, bien qu'ayant eu une enfance heureuse, souhaite aujourd'hui qu'elle est adulte en savoir un peu plus sur elle et sur ses origines et c'est pourquoi elle va partir dans cette quête...

Du côté de la forme...


Les romans de quêtes personnelles sont toujours des romans qui me touchent tout particulièrement et d'autant plus les quêtes qui mènent à une découverte du passé et des origines. De plus, les romans évoquant des pays que l'on ne voit que peu en littérature sont toujours des romans qui m'attirent comme celui-ci avec la thématique du Pérou.

Dans ce roman, nous allons suivre deux chemins en alternance : d'une part le chemin de Paul que nous allons suivre au fil d'une sorte de romance et d'autre part Alyona que nous allons suivre alors qu'elle est à la recherche de son père. Deux êtres aux préoccupations bien différentes mais qui, nous nous en doutons dès le début du roman, vont finir par se rencontrer.

Voici une lecture que j'ai beaucoup apprécié et qui m'a permis de me plonger au coeur d'un pays que, malheureusement, je ne connais pas et que je ne connais même que fort peu à travers les livres. En effet, même si j'aurais aimé que l'auteur aille encore plus dans sa description de ce pays, j'ai tout de même été ravie de me rendre là-bas le temps de quelques pages car ce roman m'a vraiment permis de voyager.

Je me suis assez facilement laissée entraîner dans ce roman au sein duquel j'ai bien aimé l'écriture de l'auteur et l'ambiance même si, au final, j'aurais aimé que l'auteur aille plus loin dans son histoire et dans la personnalité de ses personnages. En effet, je dois dire que j'ai parfois malheureusement comme "décroché" de ce roman, peut-être à cause de cela justement puisque je suis restée comme hors du roman durant toute ma lecture.

En conclusion...


En débutant ce roman, je m'attendais à une belle histoire familiale me permettant de me plonger au coeur du Pérou et c'est à peu près ce que j'ai eu même si je dois dire que je regrette que l'auteur n'est pas été assez loin dans la personnalité de ses personnages et dans son intrigue. Dommage. Cependant, si vous aimez ce genre de romans, je vous invite à aller découvrir celui-ci pour vous faire votre propre avis.
Suite à cette lecture, je serai ravie de lire à l'occasion un autre roman se déroulant au Pérou car ce roman m'a simplement donner d'en savoir un peu plus sur ce pays.

jeudi 10 août 2017

De coeur inconnu - Charlotte Valandrey



Infos sur le livre

éditions : Cherche Midi
date de publication : 15-09-2011
pages : 335
prix : 17€

Résumé éditeur

En 2005, Charlotte Valandrey révèle dans L'Amour dans le sang sa séropositivité depuis l'âge de 17 ans et sa greffe cardiaque récente, le remplacement de son cœur passionné, éreinté : " C'est l'histoire d'une femme qui aima tellement qu'elle eut besoin d'un autre cœur... " Un mois après la parution de ce livre, Charlotte reçoit une lettre anonyme : " Je connais le cœur qui bat en vous, je l'aimais... " Ces mots, qui pourraient sembler fous, la bouleversent alors qu'elle est en proie à des cauchemars récurrents, des sensations impérieuses de déjà-vu et des changements intérieurs surprenants. C'est le début d'un étrange parcours pour Charlotte qui veut comprendre pour se libérer d'une présence qu'elle ressent intimement. Y a-t-il vraiment une autre vie en elle ? Un voyant troublant, un cardiologue amant, une psychanalyste rationnelle et un professeur figé dans le secret médical vont tenter de lui répondre. En quête de vérité, Charlotte, mère battante, femme joyeuse qui connaît le prix de la vie, nous entraîne avec elle dans un voyage initiatique captivant qui, des mystères de la mémoire cellulaire aux errances du cœur, la mènera peut-être vers ce port lumineux, but ultime de sa vie, l'amour rêvé, l'amour immense.

Pourquoi ce livre ?

C'est lorsque Charlotte Valandrey est venue à Saint-Etienne en 2011 que j'ai fait l'acquisition de son livre. Sa présence dans la nouvelle série de TF1, Demain nous appartient, m'a donné envie de le sortir enfin de ma pal.

De quoi est-il question ?

En 2005, malgré sa séropositivité, Charlotte Valandrey bénéficie d'une greffe cardiaque. Une expérience de vie qu'elle révèle dans un premier témoignage : L'amour dans le sang. La sortie du livre est un succès et l'actrice, à sa grande surprise, commence à recevoir des centaines de lettres venues de toute la France.

En parallèle, Charlotte Valandrey doit suivre des examens réguliers et poussés pour être sûre que son greffon n'est pas rejeté par son corps. Elle fait la connaissance d'un chirurgien dont le charme ne la laisse pas insensible. Jusqu'au jour où Charlotte ressent le besoin de connaître son donneur à l'encontre de tous les avis médicaux...

Dans ce second témoignage, l'actrice révèle alors sa vie "d'après", "d'après" la greffe, "d'après" la publication de son livre. Une renaissance révélée en somme mais qui se changera en véritable conte lorsque l'actrice se verra, à l'image d'un roman, en quête de réponses sur des cauchemars, des changements de goûts et d'étranges révélations.

Du côté de la forme...


Le témoignage de célébrité, comme vous le savez peut-être, ce n'est vraiment mon trip. Exception faite lorsque la célébrité en question a réellement quelque chose à dire. Déjà touchée par le premier témoignage de l'actrice, j'étais plus ou moins sûre de mon coup ici.

Au début de ce témoignage, nous retrouvons Charlotte Valandrey en novembre 2005 soit deux mois après la publication de son premier livre. Nous la retrouvons en proie à de terribles cauchemars et à des angoisses bien légitimes qu'il est bien difficile d'imaginer. C'est d'ailleurs avec émotion que l'actrice nous parle de cette épreuve qu'est celle d'une greffe.

Ce que j'ai aimé ici, c'est la parfaite cohésion entre la force de l'épreuve et la légèreté de "l'après" publication du livre. Les deux ne tarderont d'ailleurs pas à se rejoindre et il est à la fois magnifique et irréaliste de suivre la quête de l'actrice pour retrouver son donneur. J'ai même parfois eu le sentiment de quitter le témoignage pour me retrouver au coeur d'un véritable conte de fées.

L'intéressant ici est cette question des conséquences de la publication d'un livre. Bien souvent, il est difficile d'imaginer ce qu'une célébrité qui écrit un livre peut ressentir après la publication du dit livre. L'actrice nous en donne ici un aperçu avec beaucoup de générosité et d'émotion, comme si des années après elle ne comprenait toujours pas vraiment cet engouement pour son histoire.

Mais ce témoignage est aussi une nouvelle fois un hymne à la vie, un hymne à l'amour. Charlotte Valandrey se révèle être une femme passionnée et entière, une femme nourrissant sa force et son courage de l'amour de sa fille. Ce témoignage rappelle simplement à chacun que rien n'est impossible et que la vie vaut la peine qu'on se batte pour elle.

En conclusion...


Voici un témoignage qui traînait dans ma pal depuis pas mal de temps et que je suis très contente d'avoir enfin pris le temps de lire. Voici un témoignage qui fait du bien et qui offre un véritable souffle de vie. Voici un témoignage qui basculera dans l'improbable et qui révèle le coeur immense d'une actrice forte et courageuse.

mercredi 9 août 2017

Loupy le lapin - Ame Dyxkman et Zachariah OHora



Infos sur le livre

éditions : Little Urban
date de publication : 09-06-2017
pages : 32
prix : 12,50€

Résumé éditeur


Un bébé loup est adopté par la famille Lapin. Ce qui n'est pas du tout du goût de Lili, enfant unique. Elle a très peur de perdre sa place de chouchou. Elle a surtout très peur de se faire croquer par son nouveau petit frère !

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions Little Urban grâce auxquelles j'ai pu découvrir cet album à la couverture toute mignonne et au sujet plutôt tentant.

De quoi est-il question ? 


En rentrant chez eux, la famille lapin a la surprise de trouver un couffin devant sa porte. Dans ce couffin, un louveteau qui, de toute évidence, a été abandonné. Papa et Maman décident immédiatement de l'appeler Loupy et de le garder à la maison. Seule Lili se méfie de ce nouveau petit frère qui pourrait bien tous les dévorer.

Les jours et les nuits passent et Lili en reste convaincu : la place d'un loup, aussi bébé soit-il, n'est pas chez des lapins. Il va les dévorer et, en plus, ce loup ne cesse de la suivre de partout et de lui baver dessus. Mais personne ne l'écoute. Même ses amis, craintifs quand même un peu, s'attachent à Loupy. D'ailleurs, Loupy grandit et sa faim aussi...

Du côté de la forme...


Lorsque j'ai vu cet album, j'ai tout de suite su qu'il me faudrait le lire. Une histoire de lapins, déjà, c'était fait pour moi. Et puis cette couverture avec un loup déguisé en lapin et prêt à manger une carotte... comment y résister ?

L'histoire de cet album m'a tout de suite beaucoup plu avec deux thématiques importantes à traiter avec les plus jeunes : la différence et l'adoption. L'adoption, tout d'abord, avec l'idée d'un bébé étranger arrivant dans une famille. La différence, ensuite, avec l'acceptation de quelqu'un qui n'est pas pareil que soi et qu'il faut apprendre à connaître.

Concernant la différence, les auteurs jouent ici avec beaucoup de talent sur les préjugés. Ici, Lili a peur de Loupy car un loup, c'est bien connu, dévore les lapins. Il est donc très intéressant de voir la distinction entre le comportement de Loupy qui n'est autre que celui de tout enfant qui se respecte et qui veut découvrir le monde et les certitudes de la petite lapine.

Et puis, sans trop vous spoiler, la fin est digne des plus belles morales, idéale à faire découvrir à un enfant sur le point d'accueillir un petit frère ou inquiet face à la différence. Cet album est d'ailleurs un très beau message d'amour qui fait du bien dans ce monde de brutes et qui n'est pas sans nous faire réfléchir à nos propres convictions parfois erronées.

J'ai tout particulièrement apprécié le travail d'illustration de ce livre à la fois idéal pour les plus jeunes et finalement assez réaliste avec la représentation du poil notamment. Le réalisme côtoie d'ailleurs l'imaginaire entre l'acceptation de la différence dont nous avons parlé et la réalité du prédateur se nourrissant de la proie.

Le style est parfaitement adapté à de jeunes lecteurs et offrira une belle histoire à raconter le soir pour parler tout simplement de la famille et de la tendre qui unit ses membres. Le caractère parfois bédéiste de certains dialogues saura également initié les plus jeunes à ce genre et permettre aux parents de changer leurs voix pour une histoire pleine d'humour.

En conclusion...


Voici un album qui me tentait énormément et que je suis absolument ravie d'avoir eu la chance de découvrir. Voici un album qui évoque avec tendresse et humour des problématiques très actuelles qui font du bien d'être dites. Voici un album aux illustrations qui plairont autant aux petits qu'aux grands pour de beaux moments de tendresse.
Voici un album que je conseille vivement à tous les parents mais aussi aux enseignants qui veulent évoquer ces sujets.

mardi 8 août 2017

Le courage de Marie - Béatrice Nourry



Infos sur le livre

éditions : Nouvelles Plumes
date de publication : 20-02-2017
pages : 250
prix : 14,99 €

Résumé éditeur


À la mort de son mari, Marie, jeune institutrice, perd l’enfant qu’elle attend. Afin de conjurer sa peine, elle quitte son village et sa famille pour s’engager auprès de la Croix Rouge sur les lignes arrières. Parmi les soignants, elle retrouve Jean, le médecin militaire qui s’était occupé de son mari aux Invalides…

Pourquoi ce livre ?


Lorsque j'ai vu ce livre la première fois, j'ai su qu'il me faudrait le lire. Je remercie donc la boutique France Loisirs de Saint-Etienne de me l'avoir prêté.

De quoi est-il question ?


Nous voici à l'été 1916. Marie, une belle jeune femme, tente de survivre du côté de Nantes malgré les affres de la guerre. Elle prend notamment à coeur son rôle d'institutrice et tente tant bien que mal de faire oublier la guerre aux enfants, d'oublier que son propre mari est sur le front. La vie est loin d'être facile pour elle mais s'écoule lentement jusqu'au jour où tout bascule.

Blessé dans les tranchées, Martin est envoyé aux Invalides où Marie n'hésite pas à aller le voir. Mais l'homme qu'elle y trouve est bien changé. Dans un moment de faiblesse, elle se rapproche de Jean, un médecin en charge des blessés. Peu de temps après, l'homme meurt des suites de ses blessures et Marie tente de retrouver une vie normale.

Meurtrie, Marie décide de s'engager pour la Croix Rouge et d'apporter elle-même sa pierre à l'édifice, d'elle-même s'engager pour les hommes blessés du front. Elle y retrouve Jean et une idylle commence. Mais la guerre est loin d'être finie et ses ravages sont loin d'être terminés. Jean reviendra changé du front et les épreuves ne feront que commencer pour la jeune femme.

Du côté de la forme...


Vous le savez, je suis particulièrement friande de ce type de romans : un petit village, la guerre, le métier d'infirmière de l'époque ou encore une belle histoire d'amour... C'est donc très sûre de moi que je me suis plongée dans cette lecture à la couverture magnifique et c'est charmée que je ressors de cette histoire.

Dès le début du roman, j'ai éprouvé beaucoup de tendresse d'admiration pour Marie qui présente un courage et une force de vivre qui méritent d'être notés. Belle et innocente, la guerre va la changer mais surtout va lui apprendre à être forte. Il est assez difficile d'imaginer comment elle pourra admettre la mort de son mari puis supporter d'aimer un homme à jamais mutilé.

Ce ne sont d'ailleurs là que deux exemples des épreuves que Marie aura à vivre au fil de ce roman et auxquelles nous pourrons ajouter la perte d'un enfant, de graves douleurs familiales et l'obligation de devoir faire avec une belle-mère bien décidée à l'évincée de sa vie. Et malgré tout Marie se relèvera toujours ce qui force l'admiration une fois encore.

J'ai beaucoup aimé l'univers dans lequel nous plonge l'auteure, au coeur de cette période si trouble de l'histoire. Pourtant, j'ai eu le sentiment que tout allait vite, beaucoup trop vite et que, bien souvent, les épreuves se succédant, Marie s'en sortait peut-être un peu trop bien un peu trop vite comme si elle était blessée sur le moment mais que tout était très vite oublié.

L'émotion est au rendez-vous ici avec une image assez terrible de ce que pouvait être la vie d'une femme de l'époque mais surtout une belle réflexion sur le féminisme tel qu'il pouvait l'être à l'époque. En effet, Marie est une femme en avance sur son temps avec une volonté d'indépendance et de liberté qui fait du bien. Une volonté également de ne pas se laisser dicter sa conduite ce qui m'a touchée.

Ce roman est un premier roman publié pour l'auteure et je dis bravo à un style qui m'a convaincue et qui m'a permis de ne pas ressortir de ce roman une fois que je l'ai eu commencé. Certains passages sont peut-être un peu rapides et certains personnages tels que la mère de Jean trop peu exploités mais l'auteure sait nous immerger dans son histoire et c'est tout ce que l'on peut demander lors d'une lecture.

En conclusion...

Voici un roman que j'avais la plus grande hâte de pouvoir découvrir et avec lequel j'ai passé un agréable moment emprunt d'émotions comme je les aime dans une ambiance comme je les aime. Si j'aurais aimé en savoir un peu plus sur certains personnages et voir certains passages davantage développés, l'auteure a su me convaincre et m'offrir une belle histoire d'amour comme on les aime.
Si vous n'avez jamais lu de roman de ce type, peut-être celui-ci est-il un bon début pour découvrir ce genre d'univers.

lundi 7 août 2017

"C'est lundi, que lisez-vous ?" (161)

Initié par Mallou et repris par Galleane, ce rendez-vous hebdomadaire est fait pour répondre à trois questions :

- Qu'ai-je lu la semaine dernière ? 
- Que suis-je en train de lire ?
- Que vais-je lire ensuite ?


Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine commence et il est l'heure pour moi de vous montrer tout ce que j'ai lu ces derniers jours. Contrairement à la semaine dernière où je m'étais vraiment reposée sur mes lauriers, je dois dire que cette semaine je suis assez contente de moi car j'ai pas mal carburé.

- Ce que j'ai lu la semaine dernière

Résultat d’images pour copieuse elsa devernois


- Ce que je lis en ce moment

Dating you Hating you par [Lauren, Christina]

- Ce que je lirai ensuite

Animale (Tome 1) - La malédiction de Boucle d'or par [Dixen, Victor]

Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Quelles sont vos lectures du moment ?

dimanche 6 août 2017

In my mailbox (216)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lilie.
Le rendez-vous hebdomadaire a été déplacé chez Lire ou Mourir.



Salut mes lapinoux !
Une nouvelle semaine s'achève et il est l'heure pour moi de vous montrer les petits nouveaux qui sont arrivés dans ma pal ces derniers jours. Vacances obligent, ce sont uniquement les éditions De Borée qui se sont invitées chez moi mais qu'elle invitation !


- Les rubans de la vengeance - Alain Delage


Et voilà pour moi cette semaine !
Et vous ? Qu'avez-vous reçu de beau ?

samedi 5 août 2017

Le Trésor du papillon de fer - David Glomot



Infos sur le livre

éditions : De Borée
date de publication : 06-04-2017
pages : 301
prix : 19,90€

Résumé éditeur


Padraig, géant roux irlandais, est un jeune contrebandier qui croupit dans une prison anglaise. Auprès de Tull, son geôlier, ancien corsaire, il découvre l'existence d'un fabuleux butin de pirates. Ce trésor, en plus d'une belle quantité de métal précieux, recèlerait un mystérieux livre écrit par un conquistador, ancêtre de Padraig. Suivez les aventures du contrebandier et de ses complices Jethro l'affranchi, Lizzy la prostituée et Salamander le forban sur la piste du papillon de fer. Rôdez sur le port de Bristol, traversez l'Atlantique, affrontez les jungles des Caraïbes et les forêts du Canada, espionnez des sorcières sur la lande galloise et échappez aux chasseurs de primes et aux corsaires. Découvrez, enfin, Londres en plein cataclysme, en cette terrible année 1666 où la ville s'est embrasée... Aurez-vous le courage de vous embarquer à la recherche du fameux Livre de raison ?

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions De Borée grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman de la collection Histoire à la couverture magnifique et au sujet plutôt tentant.

De quoi est-il question ?


Nous voici en 1665 au coeur d'une prison anglaise. Padraig y attend son heure au sein d'une période où être irlandais et être pris par les anglais est tout sauf une bonne nouvelle. Il s'interroge pourtant sur sa détention : la logique voudrait qu'il ait déjà été exécuté. Hors son geôlier, Tull, semble bien décidé à le garder en vie pour mettre la main sur un trésor repéré depuis des décennies.

Des années plus tôt, Tull avait en effet réussi à mettre la main sur un livre, un livre écrit par un ancêtre de Padraig. Il est donc bien décidé à faire révéler à ce dernier tout ce qu'il sait sur cet ancêtre afin de mettre la main sur un trésor jalousement gardé. Alors, lors d'une rencontre privilégiée, il lui proposera une collaboration pour remettre la main sur ce trésor.

Alors, se souvenant du passé, Tull et Padraig partent en quête d'une Histoire gardée secrète et sauront s'allier avec Jethro, un esclave, et Lizzy pour remonter une sorte de chasse au trésor entre l'humidité des Caraïbes, la grandeur des villes telle que Londres et les grandes forêts nord-américaine. Ils découvriront alors bien plus qu'un simple trésor.

Du côté de la forme...


Lorsque la sortie de ce livre a été annoncé, je n'ai été tout d'abord que moyennement tentée. Et puis, en relisant les synopsis, je me suis rendue compte qu'il me fallait absolument le lire. Je me suis donc plongée dans cette histoire avec envie et n'ai pas eu à être déçue.

Dès les premières pages de ce roman j'ai eu le sentiment de retrouver l'ambiance si particulièrement d'un roman que j'affectionne beaucoup : Le comte de Monte Christo. Une prison sombre et presque déserte, une fausse mort... Mais aussi une ambiance qui fait très Pirates des Caraïbes autant l'attraction que le film et au fil de ma lecture j'ai même sentir l'odeur d'humidité de la moiteur.

Ce roman nous plonge au coeur du XVII° siècle et de ses valeurs avec ses quêtes de trésors en tous genres sur des continents encore inexplorés. Ceci allié à la thématique de l'esclavage, très en vogue à l'époque, et de la traite des nègres. Avec le personnage de Jethro le lecteur découvre donc comment étaient traités les esclaves à l'époque et cette part historique est vraiment très intéressante.

Il faut avouer que l'ensemble est assez long avec peut-être trop de rebondissements et des passages pas toujours clairs entre présent et passé mais ce qui m'a frappé dans ce roman, plus que l'intrigue au final assez vite résumée, c'est l'ambiance au sein de laquelle l'auteur nous plonge. C'est avec passion que l'on ressent la moiteur du cadre et l'émotion des personnages ainsi que leur envie de découvrir le trésor.

Pour ce qui est de la quête elle-même j'ai beaucoup aimé l'idée développée par l'auteur qui nous offre un regard neuf sur les quêtes de l'époque et sur les mystères enfouis qui font rêver. J'ai bien aimé comme les réponses se mettent en place et comme la quête d'un trésor devient peu à peu une quête de soi-même et une quête de la relation à l'autre.

J'ai tout particulièrement aimé le style de l'auteur qui sait nous plonger dans son roman sans nous permettre d'en ressortir, qui nous fait découvrir une ambiance avec brio et qui nous fait réfléchir à la fois sur l'Histoire et à la fois sur la nature humaine. Dans un mélange de réalisme et de roman d'aventure, l'auteur nous offre quelque chose de nouveau dans le genre qui fait du bien.

En conclusion...


Voici un roman que j'ai eu hâte de découvrir dès que je l'ai reçu et qui n'a pas traîné bien longtemps dans  ma pal. Voici un roman qui a su me faire retrouver un univers et une ambiance que j'affectionne beaucoup et qui m'ont fait du bien. Voici un roman qui a su m'embarquer dans une quête dont j'ai eu envie de connaître les aboutissants à chaque page. Les amateurs de romans d'aventure devraient aimer.
Le petit "à suivre" en fin de roman ne peut que donner envie d'attendre avec impatience la suite des événements que j'ai plus que hâte de découvrir.

vendredi 4 août 2017

Wanda - Madeleine Mansiet-Berthaud



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 15-06-2017
pages : 440
prix : 19,50€

Résumé éditeur



En Australie, au xxe siècle. La destinée bouleversante de Wanda, née d'une mère aborigène et d'un père blanc. Wanda est née en plein bush, dans une réserve au nord de l'Australie. C'est une muda-muda : moitié aborigène, moitié blanche. A huit ans, elle est arrachée aux siens pour vivre dans une institution gouvernementale, Homeland. Avec d'autres enfants métis, elle y est " éduquée " dans le but de devenir domestique. Ces années-là sont gravées à jamais dans sa mémoire : trop de sévices et d'injustice vont exacerber son tempérament rebelle. En Wanda grandit un projet de vengeance : retrouver ce père qui les a abandonnées, elle et sa mère. Pour cela, elle doit fuir... Tout au long de son périple jalonné de rencontres extraordinaires et d'épreuves initiatiques, dans l'immense territoire australien, la jeune fille saura-t-elle pardonner, réconcilier ses deux cultures et trouver, enfin, l'amour et la paix ? 

Pourquoi ce livre ?


Merci aux Presses de la cité grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman d'une auteure dont j'apprécie tout particulièrement le travail.

De quoi est-il question ?

Nous voici en 1947 en Australie. Mararu, une jeune aborigène tombe amoureuse d'un homme blanc et tombe enceinte. Convaincue de l'amour que cet homme lui porte, la jeune femme se voit déjà élever son bébé avec lui. Mais l'homme est muté à l'autre bout du pays et Mararu se retrouve seule avec sa fille à laquelle elle enseignera la haine des blancs.

Wanda est métis et grandit au sein de la tribu aborigène de sa mère. Sa couleur de peau lui vaut le rejet des autres membres mais sa mère lui porte un amour inconditionnel qui rend la fillette heureuse jusqu'au jour où elle est enlevée. Enlevée afin d'être élevée dans une institution créée par le gouvernement dans le but de faire des métis de parfaits domestiques pour les familles de blancs.

La fille grandit donc entre brimades et humiliations, corrections abusives et négligences. La haine envers les blancs et envers ce père qui l'a abandonnée nourrit donc Wanda. Devenue adulte, avec un compagnon de malheur, la jeune fille est envoyée pour travailler chez un "maître" différent des autres, elle y rencontrera une famille qui bousculera le reste de sa vie.

Du côté de la forme...

Lorsque j'ai vu la sortie de ce roman chez France Loisirs il y a quelques mois, j'ai su qu'il me faudrait absolument le lire. Sitôt que j'ai pu m'y plonger, je me suis donc jetée sur l'occasion et ai juste dévoré ce roman pourtant plutôt énorme.

Ce roman nous plonge au coeur de l'Australie du XXème siècle avec une réminiscence des thématiques de l'esclavage. La manière dont les européens se sont implantés en Australie, comme dans de nombreux autres endroits, est purement bouleversante. Il est difficile d'envisager comment des hommes ont pu faire ça à d'autres hommes et il n'y a pas si longtemps.

Mais ce qui m'a surtout troublée ici, c'est cette institution dans laquelle grandira Wanda. Comment peut-on tolérer d'enlever des enfants à leurs mères, les "instruire" selon des méthodes plus douteuses et penser, en prime, que c'est ce qu'il peut y avoir de mieux pour ces enfants ? Ces pratiques donnent envie de vomir et il n'est pas étonnant de constater le désir de vengeance de Wanda face à ce qu'elle a vécu.

J'ai été très touchée par ce personnage hors du commun et victime d'un procédé gouvernemental odieux. Et si j'ai été un peu perturbée par l'avancée assez rapide dans le temps qui donne le sentiment d'avoir plusieurs intrigues dans la même intrigue, j'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteure nous fait avancer dans la vie de Wanda et nous fait réfléchir entre passé et présent.

Et puis, les relations entre les personnages sont suffisamment complexes pour nous tenir en haleine et suffisamment belles pour nous émouvoir page après page. Dans un cadre de pure évasion l'auteure nous invite à réfléchir sur l'amour et sur les relations humaines mais aussi sur une Histoire jalousement gardée et cachée qui mérite d'être davantage connue.

C'est une nouvelle fois avec beaucoup d'émotion que j'ai retrouvé le style de l'auteure, un style très travaillé qui fait du bien et nous apprend des pages de notre Histoire dont nous ignorons tout. Avec une belle bienveillance l'auteure nous invite d'ailleurs à entrer dans l'intimité de personnages troublés qui ne sont jamais totalement mauvais ou totalement bon. Magnifique !

En conclusion...


Voici un roman que j'avais la plus grande hâte de pouvoir lire et que j'ai littéralement dévoré grâce à des personnages très fort, un décors incroyable et un cadre historique à connaître. Voici un roman qui m'a fait sourire et pleurer. Voici un roman que je ne saurais trop vous conseiller de lire si vous aimez les belles histoires de femmes et d'émancipation.
D'autres romans de l'auteure m'attendent dans ma pal et je compte bien vous en parler tout bientôt...

jeudi 3 août 2017

Chez Julotte - Joseph Farnel



Infos sur le livre

éditions : De Borée
date de publication : 17-02-2017
pages : 260
prix : 18,90€

Résumé éditeur


A la libération, Juliette fugue, abandonne ses parents aimants pour rejoindre Alain à la capitale, un résistant dont elle est tombée folle amoureuse. Pourtant, Alain n'a pas toujours été du bon côté pendant la guerre, et la jeune Juliette, belle et innocente, va découvrir et mener une vie parisienne dont elle n'avait pas idée auparavant : l'argent, le luxe, mais aussi les magouilles et les manipulations... Sera-t-il trop tard quand elle ouvrira les yeux sur celui qu'elle croit aimer ?

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions De Borée grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce nouveau roman très tentant d'un auteur que je connais depuis quelques années maintenant.

De quoi est-il question ?


Nous sommes en mai 1944. La jeune Juliette vit avec ses parents au coeur de l'Auvergne et voit son père, un grand homme, soigner des résistants et cacher dans sa grange des juifs en fuite. Forte de cette volonté d'aider, c'est ainsi que Juliette fera entrer dans sa vie Alain, un résistant qui ne la laisse pas insensible mais dont le père se méfie.

Il faut dire que le père a raison et qu'Alain n'a pas toujours été du bon côté de la barrière. Avant d'entrer dans la Résistance, l'homme était un collaborateur et a contribuer à faire arrêter de nombreux juifs afin de participer activement aux pillages. La seule règle d'Alain ? Faire selon son intérêt et se diriger là où le vent tourne.

Mais Juliette est amoureuse et, à la fin de la guerre, contre l'avis de ses parents, elle se rendra à la capitale pour rejoindre l'homme de sa vie. Elle découvrira alors une vie à mille lieux de tout ce qu'elle a toujours connu loin de ceux qui souhaiteraient tant la voir revenir. Une vie qui ne tardera pas à être rattrapée par un passé qui changera tout...

Du côté de la forme...


Il n'y a pas si longtemps, je vous parlais de Enterrement pour VIP du même auteur et avais hâte de vous présenter un autre de ses romans dans un genre tout à fait différent. Je dois dire que le résultat de ma lecture fut à la hauteur de mes attentes.

Tout commence pendant la seconde guerre entre la Résistance, les Justes mais aussi la Collation. C'est au milieu de tout ça qu'une histoire d'amour va naître entre Juliette et Alain, entre une jeune fille au coeur pur et un homme sans scrupule. L'auteur présente alors avec brio un amour passion qui mènera Juliette dans un univers dont elle ignorait tout.

Sans érotisme aucun comme cela est le cas en New Romance, l'auteur présente cet amour à la fois fort, que l'on peut envier, mais aussi destructeur. Au fil de ma lecture, je me suis dit que, malgré les apparences, Alain devait véritablement aimer Juliette, à sa manière. Le lecteur est donc invité à réfléchir sur les sentiments humains et sur les secrets que chacun cache.

Ce que j'ai aimé ici, c'est le décalage entre la vie au fin fond de l'Auvergne à la moitié du siècle dernier et la grandeur de la capitale à cette même époque. Pour quelqu'un d'aujourd'hui, il n'est déjà pas évident d'imaginer la vie à Paris alors pensez pour l'époque ! L'auteur parvient pourtant à nous laissez entrevoir à la fois l'émerveillement et la crainte de Juliette au milieu de tout ça.

Il m'est difficile d'aller plus loin concernant la vie de Juliette à Paris sans vous spoiler mais le fait est que le roman nous entraîne là où ne l'attend pas et que le personnage va évoluer de manière tout à fait étonnante. Par ailleurs, il est très fort de voir l'influence du passé sur le présent ce qui ne manquera pas de faire réfléchir le lecteur sur ses propres choix.

Concernant le style de l'auteur, que dire sinon qu'il s'agit d'un style qui se dévore et qu'on ne lâche pas avant d'avoir atteint la dernière page. Les émotions présentes page après page sont intenses autant pour les personnages que pour le lecteur et le cadre historique est décrit avec beaucoup de perspicacité pour une évidente immersion historique.

En conclusion...

Voici un roman que j'attendais de lire avec impatience et avec lequel j'ai passé un très joli moment plein d'émotion dans un cadre historique que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. Voici un roman qui a su m'emmener là où je ne m'attendais pas et que je conseillerais volontiers à tous les amoureux de belles histoires de femmes.

mercredi 2 août 2017

Mais que font les parents la nuit ? - Thierry Lenain et Barroux



Infos sur le livre

éditions : Little Urban
date de publication : 10-03-2017
pages : 24
prix : 13,50€

Résumé éditeur


- Maman ? Papa ? - Oui, Sofia ? - Qu'est-ce que vous faites la nuit pendant que je dors ? - Que crois-tu que nous faisions ?

Pourquoi ce livre ?

Merci aux éditions Little Urban grâce auxquelles j'ai pu découvrir cet album à la couverture très mignonne et au résumé plutôt alléchant.

De quoi est-il question ?


Pour Sofia, comme tous les soirs, il est l'heure d'aller se coucher, de bonne heure, bien plus tôt que ses parents. Alors Sofia s'interroge : que peuvent bien faire ses parents lorsqu'elle est couchée et profondément endormie ? Mais les parents de Sofia sont malins et, plutôt que de lui répondre, pourquoi ne pas la laisser deviner elle-même ?

Du côté de la forme...

Quel enfant ne s'est jamais demandé ce que le monde faisait quand il dort ? Et pire encore, quel enfant ne s'est jamais demandé ce que peuvent bien faire ses parents, la nuit ? En tant que grande fan d'albums jeunesse j'étais donc plutôt curieuse de voir comment les auteurs allaient répondre à ces questions.

Avec un tel album, je dois avouer que je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais avait en vue quelque chose de très onirique. Il faut avouer qu'avec le caractère très mystérieux de la couverture tout était envisageable et c'est là ce que j'ai bien aimé car cette couverture avec l'enfant en route vers la sortie du champ était plutôt intrigant.

L'onirisme, c'est bien là ce que j'ai eu avec quelque chose de très en lien avec un univers imaginaire prêt à développer l'imaginaire des plus jeunes et laisser entrevoir aux adultes tout ce que l'enfance pu envisager. J'ai beaucoup aimé les idées de Sofia qui sont à la fois typiques d'un imaginaire débordant mais aussi très réaliste et, pourquoi pas, possible.

Le point fort de cet album est le caractère rassurant qu'il a l'ambition d'offrir à l'enfant en démentant chacune de ses hypothèses afin de lui faire comprendre que jamais les parents n'auraient à coeur de faire ce que l'enfant aime si l'enfant n'est pas là. Du coup, cet album devient parfait pour aider l'enfant à s'endormir, le soir, même si les parents restent éveillés.

Au niveau de l'illustration, je dois dire que je ne suis pas fan de ce style très géométrique et au final assez enfantin. Si l'on peut être touché par la recherche de couleurs à la fois vives et reposantes et si le texte est en parfaite adéquation avec l'image, bien qu'avec une vraie distinction entre les deux qui ne sont pas enchevêtrées, ce style ne m'a pas convaincue. Dommage.

En conclusion...


Voici un album à la couverture mystérieuse que je me faisais une joie de découvrir et avec lequel j'ai passé un agréable moment même si le travail d'illustration n'est le style que je préfère. Voici un album parfait pour rassurer l'enfant au moment d'aller dormir plein d'onirisme et de réponses aux questions les plus insensées mais les plus perturbantes pour les petits. A conseiller à tous les parents qui recherchent des histoires du soir.
Thierry Lenain fait partie de ces grands auteurs jeunesse à suivre absolument !

mardi 1 août 2017

Celui que je rêvais d'être - Laurent Ournac



Infos sur le livre

éditions : J'ai lu
date de publication : 12-04-2017
pages : 220
prix : 6€

Résumé éditeur


Quel a été le chemin parcouru par Laurent Ournac avant de devenir l'une des personnalités préférées des français ? Dès son plus jeune âge, il se découvre une passion : la comédie. Son but ? Faire rire les gens. C'est donc avec humour et sincérité que la star de Camping Paradis nous dévoile les joies, les déboires et les rencontres qui ont ponctué sa vie professionnelle et personnelle. Sans complexe, il partage avec nous ses difficultés pour perdre du poids jusqu'à cette prise de conscience où maigrir était devenu une question de survie. La sleeve gastrectomie, opération chirurgicale encore peu connue en France, lui permettra d'atteindre cet objectif. Un témoignage qui nous entraîne dans l'intimité de l'acteur, depuis son enfance à aujourd'hui.

Pourquoi ce livre ?


Merci aux éditions J'ai lu grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce témoignage très fort qui m'avait tentée lors de sa sortie en grand format.

De quoi est-il question ?

Depuis son rôle notable dans Mon incroyable fiancé, la popularité de Laurent Ournac n'a cessé de grimper en flèche. Il faut dire que l'acteur a toujours su qu'il était fait pour ça : faire rire les gens, leur apporter du bonheur. Fils de fonctionnaire, aucun piston ne lui a fait gravir les échelons. Seuls sa détermination et son talent ont fit de lui l'homme qu'il est aujourd'hui.

Mais derrière son air jovial et sa bonne humeur constante, Laurent, l'homme a toujours été, d'abord en surpoids, puis malade d'obésité. Et s'il ne recula pas devant le besoin de prendre 20kgs pour son premier rôle, les années passant, le besoin de perdre du poids devint essentiel, primordial même. De régimes en diètes pour finir par une opération radical, l'acteur nous raconte son combat contre les kilos...

Entre vie professionnelle et vie privée non sans passer par vie familiale où l'acteur nous raconte sa relation privilégiée avec sa femme et sa fille, Laurent Ournac se raconte sans tabou. Mais, au-delà d'un récit de vie, l'acteur nous dévoile les secrets de son opération et les coulisses des hôpitaux, les coulisses de la décision d'une vie pour voir celle-ci enfin être celle souhaitée.

Du côté de la forme...


Les témoignages de célébrités, ça n'est pas tellement mon truc. Je leur prête souvent, peut-être à tort, une intention commercial qui m'agace. Cette règle comporte cependant des exceptions lorsque j'estime que la célébrité en question a réellement quelque chose d'essentiel à raconter.

En me plongeant dans ce témoignage, c'était donc surtout la partie sur l'opération et sur les conditions d'une telle décision qui m'intéressaient. Tout ceci n'arrive qu'en fin d'ouvrage mais quelle intensité ! Il est difficile pour quelqu'un qui ne l'a pas vécu d'imaginer ce qu'a pu vivre l'acteur mais c'est cependant avec beaucoup d'émotion qu'il nous le laisse entrevoir.

Le début de ce témoignage met en valeur le courage et la ténacité de l'acteur, sa volonté de percer dans le métier et surtout sa détermination malgré l'impossibilité évidente de piston au sein de sa famille. J'ai été très touchée par ce récit et cette manière de présenter l'envie, et même le besoin, de faire de la comédie, un besoin viscéral que seuls la passionnés peuvent comprendre.

Et puis, à travers son récit, l'acteur nous fait réfléchir sur la notion même de célébrité et sur la bêtise de certains "fans" incapables de respecter la vie privée d'un acteur, estimant que, du moment où la personne est célèbre, elle leur appartient. Une mentalité que j'ai beaucoup de mal à comprendre et qui, à travers ce récit, m'a agacé encore davantage.

Enfin, j'ai été touchée ici par la sensibilité de l'acteur qui nous émeut lorsqu'il nous conte ses déboires, nous fait rire lorsque l'anecdote s'y prête et nous impressionne de par sa force de vivre. Ce récit se présente donc à l'image d'un acteur qui sait nous faire rire et pleurer à la fois. Ce récit se présente comme un message d'espoir à l'égard de tous ceux qui souffrent de la même maladie.

Durant ma lecture, je me suis demandée comment je pourrais vous parler d'un style dans la mesure où l'on sait pertinemment que ce type de livre est écrit par un autre. Pourtant, à la toute fin du livre, apparaissent des mots qui m'ont frappée : des remerciements de l'acteur pour celle qui l'a aidé à conter son histoire. Plutôt que de parler de style, je plébisciterai donc ce travail d'équipe et cette honnêteté de l'acteur à l'égard de sa "plume fantôme".

En conclusion...


Voici un témoignage que j'étais plutôt curieuse de pouvoir lire et que j'ai évidemment dévoré. J'ai bien aimé découvrir la ténacité de l'acteur pour réaliser ses rêves et ai été très touchée par son courage face à la maladie. Voici un témoignage qui se révèle être une véritable leçon de vie et une belle leçon d'espoir à découvrir sans hésiter.