mardi 23 août 2016

Les chimères de l'exil - Marie Kuhlmann



Infos sur le livre

éditions : Presses de la cité
date de publication : 24-03-2016
pages : 360
prix : 20€

Résumé éditeur


Après la défaite de 1870, l'Alsace devient une " terre d'Empire ", rattachée au Reich. Ceux qui choisissent de garder la nationalité française doivent quitter définitivement leur petite patrie. A Soufflenheim, village de potiers, Louise et Sidonie, amies d'enfance, n'envisagent pas de se séparer. Mais déjà, le frère de Louise, Charles, a suivi un Alsacien, ingénieur mécanicien génial qui a réorganisé toutes les usines d'armement françaises, près de Paris. Puis, Sidonie, demandée en mariage par un Allemand établi à Strasbourg, est aussi sur le départ... Louise trouve alors un stratagème pour s'évader car son père refuserait de la laisser partir. Au bras de Valentin, ami de son frère, elle monte dans le train de la Compagnie de l'Est, avec d'autres candidats à l'exil... Commence alors une autre vie, dans la proche banlieue ouest de Paris où les Alsaciens déracinés forment déjà une colonie, plutôt bien acceptés à l'arsenal de Puteaux, mais traités de Boches par la population. La grande famille Estreicher et leurs proches, solidaires en toutes circonstances, se regroupent rue de Seine, entre Suresnes et Puteaux. La vie offrira de nouvelles perspectives, professionnelles et amoureuses, à Louise. Elle percera également un secret familial et comprendra pourquoi son lien avec Sidonie est si fort même après la mort de celle-ci... 


Pourquoi ce livre ?


Merci aux Presses de la cité grâce auxquelles j'ai pu découvrir ce roman à la très jolie couverture et au résumé plutôt tentant.

De quoi est-il question ?


Nous voici en 1870. La France vient de perdre l'Alsace-Lorraine. Afin de ne pas devenir allemands, des milliers d'alsaciens se lancent sur les routes en direction de Paris. Louise est de ceux-là. Bien que contrainte de devoir quitter sa famille et Sidonie, sa meilleure amie, la jeune femme est bien décidée à tenter sa chance à Paris en trouvant refuge chez Charles, son frère.

A Paris, Louise découvre que les alsaciens sont bien accueillis, mais pas par tous. Si la famille Kreutzberger est bien décidée à venir en aide à ces immigrés, nombre de personnes ont bien du mal à accepter que des personnes parlant à peine leur langue arrivent. Par chance, Louise va pouvoir devenir couturière pour la famille Kreutzberger et s'intégrer dans le monde.

Pourtant, malgré son bonheur apparent, malgré son intégration relativement facile au sein de la société parisienne, la vie n'est pas si douce pour Louise. La jeune femme est en effet confrontée au pouvoir masculin des hommes qui vivent avec elle mais, surtout, la jeune femme ne va pas tarder à découvrir un secret qui pourrait bien changer tout ce qu'elle croyait savoir...

Du côté de la forme...


Vous le savez, les romans historiques et autres romans de terroir sont des romans dans lesquels j'adore me plonger. Le XIX° siècle étant une période que j'affectionne beaucoup, cette période précise étant moins traitée dans les romans d'aujourd'hui, je ne pouvais que m'y plonger.

Sans surprise, le roman commence avec le voyage en train qui va permettre à Louise de gagner Paris. Un début attendu mais toujours efficace qui plonge d'emblée le lecture dans une ambiance lourde, pesante et intense pour un personnage qui ne peut que nous toucher. Pourtant, j'ai trouvé ce début un peu trop lourd en ce sens qu'il nous présente beaucoup de personnages d'un coup.

Puis, nous découvrons Paris en 1870 et je dois dire que j'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur présente la ville à cette époque même si j'ai eu le sentiment qu'elle restait un peu en surface. Les relations entre les personnages sont assez intenses et j'ai été touchée par la volonté d'indépendance de Louise qui va très vite s'adapter à son nouveau monde et prendre une place difficile à obtenir pour une femme de l'époque.

Le point fort de ce roman est de révéler, une fois encore, la thématique du rejet de l'immigré accusé de prendre le travail des gens du pays. En 1870 ce furent les alsaciens. Il est intéressant alors de voir que les époques changent, que ceux qui fuient changent mais que les mentalités restent les mêmes. Regrettable et pourtant tellement vrai.

Pour ce qui est du secret, je dois avouer que je suis un peu déçue. Révélé trop vite, trop peu exploité dans le résumé, le lecteur reste sur sa fin. Je n'irai pas jusqu'à dire que le résumé est mensonger mais, comme souvent malheureusement, il laisse entrevoir une part minime de l'histoire afin d'attiser la curiosité. C'est dommage avec, par ailleurs, une autre intrigue tout aussi prenante.

L'écriture est agréable avec des personnages attachants et au fort caractère, avec une plongée dans un monde à la fois très proche et très éloigné du notre. Basé sur l'adaptation d'une femme dans une ville dont elle ignore tout et au sein d'une société très éloignée d'elle, ce roman est aussi un beau message sur l'émancipation.

En conclusion...


Voici un roman que j'avais de pouvoir découvrir et que j'ai pris grand plaisir à lire. Avec une plongée dans une époque un peu exploitée de nos jours dans les romans, cette histoire est une réflexion sur l'émancipation, sur l'évolution de notre monde et sur la place que peut gagner une femme de l'époque. Un roman à découvrir pour les amateurs de romans historiques.
Ce roman était le premier que je lisais de l'auteur mais sans doute pas le dernier.

1 commentaire:

  1. Encore une fois, je ne suis vraiment pas fan de l'époque...

    RépondreSupprimer